logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/10/2008

Lire en fête - J'ai aimé : "L'oiseau bariolé" de Jerzy Kosinski

Jerzy Kosinski, d'origine juive, est né en Pologne en 1933. Pays qu'il a quitté en 1957 pour s'installer aux Etats-Unis. C'est donc enfant qu'il a traversé la Seconde Guerre Mondiale dans son pays d'origine. Cette expérience intime le marquera à jamais. Dans l'avant-propos du roman, il déclare : "Je savais que les évènements réels avaient été beaucoup plus brutaux que les fantasmes les plus bizarres".

medium_4530.jpg


"L'Oiseau bariolé", écrit en anglais, fut publié aux Etats-Unis en 1965. Il est disponible, en poche, aux éditions "J'ai Lu", précédé d'un avant-propos de l'auteur.

medium_9782290006283.gif


Son objectif, avec "L'oiseau bariolé" ? Dépeindre l'homme "dans son état le plus vulnérable, celui d'un enfant, et la société sous la forme la plus meurtrière, en état de guerre".. A sa sortie, le livre partagea la critique. Il fit les frais d'attaques de certains à l'Est le jugeant téléguidé par les Américains et y voyant une charge contre les régimes d'Europe de l'Est. Mais aux Etats-Unis même, le livre fut jugé par d'autres trop complaisant avec l'armée soviétique. En Pologne le livre fut rejeté à cause de l'image obscurantiste qu'il donne des habitants des campagnes Polonaises.

Il s'agit en fait d'une métaphore apocalyptique de l'Histoire. A chaque page se rencontrent l'épouvante, la barbarie, la violence et la haine. L'écriture très froide et distanciée ajoute à l'aspect implacable des évènements vécus par l'enfant.Un désespoir définitif à l’endroit de l’Homme anime ces pages implacables.

A 6 ans, Jurek est envoyé à la campagne par ses parents qui pensent ainsi lui épargner les conséquences de la guerre. Mais, rejeté car différent physiquement par la couleur de ses cheveux, le petit garçon va de village en village et ne recontre qu'hostilité et superstitions.

medium_51WX27DJS3L._SL500_AA240_.jpg



Pourquoi ce titre "L'oiseau bariolé" ?


Un des personnages du livre, rencontré par Jurek, s'amuse à peindre des oiseaux de couleurs vives. Puis il les remet en liberté dans la forêt au milieu des autres oiseaux. Ceux-ci ne reconnaissent pas leur congénère et l'attaquent jusqu'à le mettre en lambeaux.

Cette histoire et une métaphore de la propre histoire du héro du livre. L'enfant cherche à se faire accepter des villageois qu'il rencontre sans y parvenir mais, au contraire, en provoquant violence et barbarie de leur part, à cause de sa différence de couleur de cheveux.

Les premières lignes.

" Je vivais dans la cabane de Marta et j'attendais chaque jour, chaque heure, que mes parents viennent me chercher. Je pouvais bien pleurer, mais à quoi bon ? Marta se souciait peu de mes pleurnichements.
Elle était vieille, et se tenait toujours courbée, comme si elle cherchait à se casser en deux. Ses longs cheveux, jamais peignés, étaient noués en plusieurs nattes épaisses, impossibles à dêméler. Elle les appelait "ses tresses de fée". J'aurais dit "les tresses du diable", car des puissances infernales les habitaient, qui attiraient peu à peu Marta, par ses cheveux, vers la sénilité."


Un livre immense.
medium_l-JKjpg.jpg

Commentaires

Bonjour Philippe
Je découvre ton blog avec beaucoup d'intêret .Et bien sûr constate que nous sommes voisins !
Merci pour toutes ces infos partagées et ces invitations à la lecture de livres qui ont l'air passionnant
Amicalement
Jacques

Écrit par : Jacques de Haute Provence | 07/10/2008

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique