logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/01/2009

Petites boules de carbone ...

Il y a les photos des montagnes que j'essaie de vous proposer régulièrement sur ce blog. Le monde est beau, la neige immaculée nous renvoie l'image de la pureté et de la serénité ... Vous êtes nombreux à vous émerveiller devant ce spectacle. Et puis, au détour d'un mail, on est alerté sur le contenu d'un article du Monde daté du 12 janvier 2009. On va le lire et c'est l'effroi. Soudain plus rien n'est beau. Nous sommes dans un monde de barbares. Face à cela nous avons un devoir de révolte et de dénonciation.

Je vous invite à donner deux minutes de votre temps pour lire l'article en question. Ensuite, c'est affaire de conscience :

"Des blessés d'un type nouveau – adultes et enfants dont les jambes ne sont plus que des trognons brûlés et sanguinolents – ont été montrés ces derniers jours par les télévisions arabes émettant de Gaza. Dimanche 11 janvier, ce sont deux médecins norvégiens, seuls occidentaux présents dans l'hôpital de la ville, qui en ont témoigné.

Les docteurs Mads Gilbert et Erik Fosse, qui interviennent dans la région depuis une vingtaine d'années avec l'organisation non gouvernementale (ONG) norvégienne Norwac, ont pu sortir du territoire la veille, avec quinze blessés graves, par la frontière avec l'Egypte. Non sans ultimes obstacles : "Il y a trois jours, notre convoi, pourtant mené par le Comité international de la Croix-Rouge, a dû rebrousser chemin avant d'arriver à Khan Younès, où des chars ont tiré pour nous stopper", ont-ils dit aux journalistes présents à Al-Arish.

Deux jours plus tard, le convoi est passé, mais les médecins, et l'ambassadeur de Norvège venu les accueillir, furent bloqués toute la nuit "pour des raisons bureaucratiques" à l'intérieur du terminal frontalier égyptien de Rafah, entrouvert pour des missions sanitaires seulement. Cette nuit-là, des vitres et un plafond du terminal furent cassés par le souffle d'une des bombes lâchées à proximité.

"A l'hôpital Al-Chifa, de Gaza, nous n'avons pas vu de brûlures au phosphore, ni de blessés par bombes à sous-munitions. Mais nous avons vu des victimes de ce que nous avons toutes les raisons de penser être le nouveau type d'armes, expérimenté par les militaires américains, connu sous l'acronyme DIME – pour Dense Inert Metal Explosive", ont déclaré les médecins.

Petites boules de carbone contenant un alliage de tungstène, cobalt, nickel ou fer, elles ont un énorme pouvoir d'explosion, mais qui se dissipe à 10 mètres. "A 2 mètres, le corps est coupé en deux; à 8 mètres, les jambes sont coupées, brûlées comme par des milliers de piqûres d'aiguilles. Nous n'avons pas vu les corps disséqués, mais nous avons vu beaucoup d'amputés. Il y a eu des cas semblables au Liban sud en 2006 et nous en avons vu à Gaza la même année, durant l'opération israélienne Pluie d'été. Des expériences sur des rats ont montré que ces particules qui restent dans le corps sont cancérigènes", ont-ils expliqué.

Un médecin palestinien interrogé, dimanche, par Al-Jazira, a parlé de son impuissance dans ces cas : "Ils n'ont aucune trace de métal dans le corps, mais des hémorragies internes étranges. Une matière brûle leurs vaisseaux et provoque la mort, nous ne pouvons rien faire." Selon la première équipe de médecins arabes autorisée à entrer dans le territoire, arrivée vendredi par le sud à l'hôpital de Khan Younès, celui-ci a accueilli "des dizaines" de cas de ce type.

Les médecins norvégiens, eux, se sont trouvés obligés, ont-ils dit, de témoigner de ce qu'ils ont vu, en l'absence à Gaza de tout autre représentant du "monde occidental" – médecin ou journaliste : "Se peut-il que cette guerre soit le laboratoire des fabricants de mort ? Se peut-il qu'au XXIe siècle on puisse enfermer 1,5 million de personnes et en faire tout ce qu'on veut en les appelant terroristes ?"

Arrivés au quatrième jour de la guerre à l'hôpital Al-Chifa qu'ils ont connu avant et après le blocus, ils ont trouvé un bâtiment et de l'équipement "au bout du rouleau", un personnel déjà épuisé, des mourants partout. Le matériel qu'ils avaient préparé est resté bloqué au passage d'Erez.

"Quand cinquante blessés arrivent d'un coup aux urgences, le meilleur hôpital d'Oslo serait à la peine, racontent-ils. Ici, les bombes pouvaient tomber dix par minutes. Des vitres de l'hôpital ont été soufflées par la destruction de la mosquée voisine. Lors de certaines alertes, le personnel doit se réfugier dans les corridors. Leur courage est incroyable. Ils peuvent dormir deux à trois heures par jour. La plupart ont des victimes parmi leurs proches, ils entendent à la radio interne la litanie des nouveaux lieux attaqués, parfois là où se trouve leur famille, mais doivent rester travailler… Le matin de notre départ, en arrivant aux urgences, j ai demandé comment s'était passé la nuit. Une infirmière a souri. Et puis a fondu en larmes."

A ce moment de son récit, la voix du docteur Gilbert vacille. "Vous voyez, se reprend-il en souriant calmement, moi aussi…"

21:05 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Palestine, Gaza, carbone, bombes, blessés | |  Facebook | |

Commentaires

Hélas que te dire ? nous sommes bien impuissants malgré les pétitions, les manif ...
Biche

-----------------------------
Nous devons faire pression sur nos gouvernants pour qu'ils interviennent. Ils l'ont fait en d'autres occasions pour d'autres conflits !

Phil

Écrit par : Biche | 15/01/2009

Merci d'etre venu dans mon Blog et de lire mon poême, ca me fait du plaisir de voir que tu aimes la langue espagnole; j'ai toujour aime la langue francaise et sa Literature; mon grand pere nous
avait faire l'aimer, un des, premiers cadeaux qu'il ma fait a eté Telemaque de Fenelon, en francais, mais a ce moment je ne pas pu le lire; j'ai le gardé toujours;apres comme je me suis marie avec un francais et suis venue vivre en France,
36 ans, j'eu l'occasion de conaitre bien sa Literature et son Histoire .
Je te saue MARU (Marussia)

----------------------

J'ai appris l'espagnol à l'école. J'ai eu la chance d'avoir un professeur qui m'a fait aimer cette langue en étudiant Garcia Lorca, Neruda et bien d'autres.
A 15 ans, en 1973, et après j'écoutais les Quilapayun venus du Chili et qui résistaient à Pinochet par la chanson.
Pour moi, la langue espagnole est une langue de résistance.

Philippe

Écrit par : mbouillon | 16/01/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique