logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/03/2009

En attendant le printemps - 2

Le printemps, c'est dans 17 jours. Je vous propose de terminer cet hiver qui fut rude par un peu de douceur, en poésie. Une sélection totalement arbitraire parmi mes poètes préférés. Tous les jours à 12h, un nouveau poème

medium_250px-Baudelaire_crop.jpg


LE SERPENT QUI DANSE

Que j'aime voir, chère indolente,
De ton corps si beau,
Comme une étoffe vacillante,
Miroiter la peau !

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleux et brunis,

Comme un navire qui s'éveille
Au vent du matin,
Mon âme rêveuse appareille
Pour un ciel lointain

Tes yeux, où rien ne se révèle
De doux ni d'amer,
Sont deux bijoux froids où se mêle
L'or avec le fer.

A te voir marcher en cadence
Belle d'abandon,
On dirait un serpent qui danse
Au bout d'un bâton.

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tête d'enfant
Se balance avec la mollesse
D'un jeune éléphant,

Et ton corps se penche et s'allonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues dans l'eau.

Comme un flot grossi par la force
Des glaciers grondants,
Quand l'eau de ta bouche remonte
Au bord de tes dents,

Je crois boire un vin de Bohême,
Amer et vainqueur,
Un ciel liquide qui parsème
D'étoiles mon coeur !

Charles Baudelaire - "Les Fleurs du mal" - Spleen et Idéal - 1857



- www.printempsdespoetes.com
medium_PDP_Affiche_Jaune-2.jpg

Commentaires

Sur ta chevelure profonde
Aux âcres parfums,
...
La véritable force du poète, mesurer la profondeur d'une chevelure qui a besoin d'un bon shampoing sans que ce soit ridicule, c'est même beau.
bravo Charles !

Salut !

Écrit par : Crabillou | 04/03/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique