logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/06/2009

Faux arrêts maladie : ce qui se cache derrière les chiffres

Un article fort instructif  de François Krug publié sur le site "Rue 89".

Polémique en vue : de nombreux salariés abuseraient de la Sécu. Selon des chiffres révélés par La Tribune et repris un peu partout, 13% des arrêts maladie de courte durée et 11% des arrêts de longue durée seraient injustifiés.

Le problème, c'est que ces statistiques ne disent pas vraiment ce qu'on veut leur faire dire. Et qu'elles cachent une réalité aggravée par la crise économique.

qzpe418o.jpg

L'art d'interpréter les chiffres

La Tribune s'est procurée un bilan des opérations de la Cnam en 2008 (l'article n'est disponible qu'en accès payant), et résume à la une : « Plus de 10% des arrêts maladie sont abusifs. » Pas si vite.

Comme le précise d'ailleurs l'article, les chiffres ne portent que sur une partie des arrêts maladie : ceux qui ont été effectivement contrôlés par les médecins de la Sécu. Qui s'intéressent en priorité aux arrêts répétés ou longs, plus susceptibles de masquer des abus. Il faut en effet distinguer deux catégories, les arrêts inférieurs ou supérieurs à 45 jours :

  • Arrêts courts : 285 000 contrôlés, 37 000 jugés injustifiés, soit 13%
  • Arrêts longs : 1,2 million contrôlés, 130 000 injustifiés, soit 11%

Conséquences de ces contrôles : les salariés concernés ont vu leurs indemnités journalières suspendues, et ils ont été renvoyés au travail.

Pourquoi le mal de dos est très surveillé

Pourquoi la Cnam contrôle-t-elle certains arrêts maladie et pas d'autres ? Un porte-parole résume la stratégie :

« Les arrêts maladie sont systématiquement contrôlés lorsqu'ils dépassent 45 jours. Pour les autres, nous avons une politique de contrôle sur les arrêts répétés ou fréquents. 

La Cnam ne s'étend pas sur cette « politique de contrôle ». Selon La Tribune, l'assurance maladie s'intéresse aux salariés tombant souvent malades, « par exemple au moins trois arrêts de moins de 15 jours sur un an », mais aussi à certaines pathologies, comme les lombalgies.

Le mal de dos ? « On l'utilise de manière un peu hypocrite », explique Didier Ménard, généraliste dans la cité des Francs Moisins en Seine-Saint-Denis et vice-président du Syndicat de la médecine générale :

« C'est une justification fréquente et pas trop vérifiable : à partir de 30 ans, une radio montrera forcément qu'il y a quelque chose qui ne va pas. On est parfois obligé de l'utiliser pour masquer d'autres pathologies moins acceptées par l'assurance maladie, comme les états dépressifs liés à la souffrance au travail. »

Les médecins se contrôlent

 

Le docteur Ménard explique que, comme ses confrères, il est « obligé de s'auto-contrôler » pour limiter la durée des arrêts :

« Avant de prescrire un arrêt, je dois réfléchir à l'argumentaire du courrier que je devrai envoyer à l'assurance maladie. Car, en face, la philosophie est de moins en moins médicale et de plus en plus assurantielle. Un jour, l'assurance maladie a décidé que c'était un poste qui coûtait cher et que, si ça coûtait cher, c'est qu'il y avait des abus. »

 bachelot.jpg

La souffrance au travail mal reconnue

Pour Didier Ménard, le débat n'est pas économique mais médical. « La question, c'est de savoir si l'arrêt maladie est une thérapeutique », résume-t-il. Il raconte :

« Hier soir, j'ai donné 15 jours à un patient très dépressif en lui disant : "Tu te fais plaisir." D'accord, je vais augmenter le budget des indemnités journalières, mais j'évite une hospitalisation et des médicaments (...). Il y a de plus en plus d'arrêts liés à la souffrance au travail, à la crise, aux nouvelles règles de management. Est-ce qu'il faut mieux que j'endorme cette douleur avec des anxiolytiques et des antidépresseurs ? »

 

Les salariés hésitent à s'arrêter

Fin mai, un amendement de Frédéric Lefebvre avait vite été enterré par le gouvernement : le député UMP voulait autoriser les salariés volontaires à travailler à domicile pendant leurs arrêts maladie ou leurs congés maternité.

La polémique avait occulté un autre problème : les salariés ne sont pas toujours prêts à s'arrêter. Même lorsque leur médecin le leur suggère, selon le docteur Ménard.

« Moi, j'ai plutôt des problèmes avec les gens qui refusent de s'arrêter. D'abord, parce qu'ils ne toucheront que la moitié de leur salaire. Et la deuxième raison, c'est la peur de perdre son emploi : celui qui s'arrête, c'est celui qui pénalise l'entreprise et il sera le premier sur la liste en cas de licenciements. L'arrêt maladie, ça devient un luxe. »

 

712395964.jpg

 

22:46 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rue 89, sécu, arrêt maladie, abus, chiffres | |  Facebook | |

Commentaires

Très intéressant !

Écrit par : Philippe | 18/07/2009

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique