logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/01/2010

Arturo PEREZ-REVERTE : Le Tableau du Maître flamand

Le Livre de Poche, 2005- jean Claude Lattès - 1993 - Edition espagnole 1990.

 

Etrange roman policier que cet ouvrage qui, en 1993, a obtenu le Grand Prix de littérature policière. C'est qu'à proprement parler, il ne s'agit pas vraiment d'un roman policier. Ces derniers n'y ont que peu de place. Plutôt un roman à énigmes. Enigme historique et énigme criminelle. Le tout orchestré par une partie d'échecs commencée au XVeme siècle ... et poursuivie de nos jours. Qui plus est, une partie d'échecs virtuelle, représentée sur un tableau du Maître Flamand Van Huys que Julia, le personnage central, est chargée de rénover.

Sur la toile peinte en 1471, un seigneur et un chevalier jouent aux échecs, observés depuis le fond par une femme en noir. Détail curieux, le peintre a éxécuté ce tableau deux ans après la mort mystérieuse d'un des joueurs et tracé l'inscription en latin "Qui a pris le cavalier ?", également traduisible par "Qui a tué le chevalier ?".

Viennent alors se percuter les passions des collectionneurs, celles des joueurs d'échecs et de la logique mathématique qui finalement permettra d'élucider à la fois le crime commis cinq siècles plus tôts et ceux commis tout au long du roman, comme poursuivant la partie en suspens sur la toile...

Perez-Reverte pousse tant le souci du détail dans la description du tableau qu'il parvient à nous le rendre réel. En fait, il s'est inspiré d'un tableau d'un vrai maître flamand, Van Eyck, "La Vierge au chancelier Rolin".

L'auteur

Né à Cartagène en 1951, issu d'une famille de marins, Arturo PEREZ-REVERTE a toujours été passionné par la mer. Dans sa jeunesse, il sèche les cours pour regarder les bateaux accoster. Licencié en sciences politiques et en journalisme, il travaille d'abord comme matelot, puis devient grand reporter et correspondant de guerre pour le quotidien Pueblo (pendant 12 ans), puis pour la télévision espagnole, notamment pendant la crise du Golfe et en Bosnie. Il a également fondé une revue appelée Defensa. En 1986, Arturo Perez-Reverte débute son travail d'écriture et sa vie d'écrivain. Ses romans sont primés : "Le tableau du Maître Flamand" reçoit le Grand prix de littérature policière en 1993 et "La peau de Tambour" le prix Jean Monnet en 1997. Il publie de nombreux ouvrages, comme "Le Cimetière des bateaux sans nom" ou encore "Le Peintre de bataille" en 2007, qui connaissent tous des succès mondiaux et dont plusieurs ont été portés à l'écran. Il est membre de l'Académie Royale Espagnole depuis 2003.

 

Extrait

"Julia s'était retournée vers Munoz et le regardait avec des yeux incrédules. Jusque-là, les échecs n'avaient été pour elle qu'un jeu aux règles un peu plus compliquées que les dominos, un jeu qui demandait seulement plus de concentration et d'intelligence. C'est pour cela que l'attitude de Munoz en face du Van Huys l'impressionnait tant. Il était évident que cet espace pictural en trois plans - miroir, salle, fenêtre - où prenait place le moment représenté par Pieter Van Huys, espace dans lequel elle s'était sentie prise de vertige à cause de l'effet optique créé par le telent de l'artiste, que cet espace était pour Munoz - lui qui, un instant plus tôt, ignorait presque tout du tableau et de la plupart de ses connotations inquiétantes - un espace familier, en marge du temps et des personnages. Un espace dans lequel il semblait se trouver à l'aise comme si, faisant abstraction de tout le reste, le joueur d'échecs eût été capable d'assimiler sur-le-champ la position des pièces, de s'intégrer au jeu avec un naturel renversant. Et qui plus est, à mesure qu'il se concentrait sur La Partie d'échecs, Munoz se dépouillait de sa perplexité initiale, de la réticence et de la confusion qu'il affichait au bar, pour reprendre l'aspect du joueur impassible et sûr de lui sous lequel elle l'avait vu pour la première fois au club Capablanca. Comme si la présence d'un échiquier suffisait pour que cet homme timide, indécis et terne retrouvât toute son assurance.

- Vous voulez dire qu'il est possible de jouer en arrière, de remonter jusqu'au début de la partie représentée sur le tableau ?

Munoz fit un de ses gestes qui n'engageaient à rien.

- Jusqu'au début, je ne sais pas... Mais je pense que nous pourrons reconstituer quelques coups - il regarda le tableau, comme s'il venait de le voir sous un jour nouveau, puis il s'adressa à César. Je suppose que c'est exactement ce que voulait le peintre.

- A vous de la découvrir, répondit l'antiquaire. La question perverse est de savoir qui a pris un cavalier."

Toutes mes escuses pour l'absence d'illustrations, problème de logiciel...

Commentaires

J'avais commencé ma découverte de Perez Reverte par La Peau du Tambour

Le Tableau du Maître flamand est sans doute le roman qui m'a séduite le plus parmi tous ses ouvrages, car depuis j'ai tout lu!
cette partie d'échecs à l'envers, !

il est dans mon album "Livres " sur mon blog, en bonne place,
un faible également pour Le Maître d'Escrime

Merci de le mettre en lumière, et bonne année, auprès de nos livres, ou ailleurs,
fanfan

Écrit par : framboisine | 02/01/2010

Je t'ai retrouvé dans tes montagnes, égal à toi-même. Surtout ne change rien. Je te souhaite une BONNE ANNEE AINSI QU'A TES PROCHES ET TOUS CEUX QUI TE SONT CHERS... BONNE ANNEE AU SYNDICAT... Et bises de miche qui ne t'oublie pas.

Écrit par : michel | 03/01/2010

Tu trouves encore le temps de lire ? J'ai pris celui de passer chez toi... Bises de miche

Écrit par : miche | 06/01/2010

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique