logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/07/2010

Retraites : Et si on réparait un oubli ?

Je sais, c'est l'été, les vacances, le farniente, le soleil, la plage ou mieux la montagne, pour ceux qui peuvent ... Et pourtant, le projet de loi sur les retraites continue son chemin. Il est examiné en commission en ce moment à l'Assemblée Nationale. Alors, il faut en parler encore et toujours.

Dans un article "Financement des retraites : l'enjeu des cotisations", Bernard Friot, professeur d'économie et de sociologie à l'Université Pais X, écrivait : " On oublie toujours, quand on raisonne sur l'avenir des retraites, que le PIB progresse d'environ 1,6% par an, en volume, et donc qu'il double, à monnaie constante en 40 ans. C'est pourquoi nous avons pu multiplier par 4,5 les dépenses de pension depuis 1960."

Bernard Friot

Pourquoi une information aussi déterminante est-elle passée sous silence ? Parce que, tout simplement, un petit calcul facile montrerait que ceux qui nous gouvernent nous prennent pour des demeurés. En effet, si aujourd'hui 10 actifs produisent un gâteau de 100 et qu'ils ont à charge 4 retraités. ce sont 14 personnes qui se partagent un gâteau de 100. Ainsi la part de chaque personne est de 7,14 ( 100 : 14). Si, dans 40 ans, 10 actifs produisent un gâteau de 200 et qu'ils ont à charge 8 retraités, ce seront 18 personnes qui se partageront un gâteau de 200. Ainsi la part de chaque personne sera de 11,1 ( 200 : 18) !

C'est limpide, non ? Il sera donc possible de financer des retraites au même niveau qu'avant leurs contre-réformes. De plus, la part de gâteau restante pour l'investissement et l'élévation du niveau de vie sera bien plus importante en 2040 ( en monnaie constante).

productivite-en-france-insee.1243613087.JPG

Alors, où est le problème ? Pourquoi cet acharnement à nous faire prendre des vessies pour des lanternes et à vouloir détruire un système qui fonctionne bien ? Parce que le système social français mis en place par le Conseil National de Résistance ( CNR) à la sortie de la Seconde Guerre Mondiale met en rage les hommes d'affaires et les financiers pour des raisons évidentes.

Il leur est impossible de réaliser des plus values "boursières" sur 40% de notre part salariale ( les fameuses cotisations sociales) qui payent notre retraite et notre santé, en toute dignité. n'oublions pas que ces cotisations sociales représentent notre salaire différé qui est le fruit de notre travail. Il ne s'agit ni d'assistanat ni de charité patronale comme certains voudraient le laisser entendre.

Et c'est bien là que se situe tout l'enjeu de leur réforme : les financiers rêvent de faire main basse sur notre salaire différé. Pour s'emparer de cette "galette", leur stratégie consiste à réduire nos droits pour nous contraindre, de plus en plus, à financer notre santé et notre retraite par des assurances privées. Et voilà, le tour est joué.

C'est d'ailleurs le même tour qu'ils nous jouent avec les Services Publics. En diminuant leurs moyens, en réduisant leurs missions, ils veulent que les citoyens s'en détournent pour mieux ensuite les offrir au secteur privé !

Nous savons pour qui roulent Sarkozy et son gouvernement. C'est encore plus clair depuis l'affaire Woerth/ Bettencourt et les révélations faites sur les financements de l'UMP par les grandes fortunes en détournant la loi via les micropartis des députés et ministres de la majorité. Dis moi qui te finance, je te dirais pour qui tu roules !

Nous savons donc ce qu'il nous reste à faire. RV le 7 septembre prochain ...

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique