logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/07/2010

"Les tsiganes roumains sont des Européens comme les autres"

Suite à un fait divers survenu entre la police et les "gens du voyage" qui s'est soldé par la mort d'un jeune homme suivi d'un déferlement de violences, comme à son habitude, le gouvernement surf sur la médiatisation pour bomber le torse, menacer, "on va voir ce que l'on va voir" ! Plus grave, comme à son habitude également, il stigmatise : après les jeunes des banlieues, ce sont les roms et autres tziganes qui sont visés ! Et plus particulièrement les roms, tziganes de Roumanie.

Le problème des migrations des tziganes de Roumanie n'est pas nouveau. Il s'agit avant tout de la question de la pauvreté en Europe qui est posée mais aussi du traitement des minorités dans les pays européens.

Suite aux positionnements du gouvernement français, le quotidien de Bucarest Adevarul réagit et dénonce le caractère discriminatoire de la politique proposée par la France.

29.07.2010 - Adrian Halpert -

Si un officiel roumain avait fait de telles allégations, il aurait été immédiatement mis dos au mur par ses collègues européens et accusé de racisme. Mais, venant d'un Français, elles ont été immédiatement adoptées par les autres capitales européennes. L'Europe commence-t-elle à être perturbée par ces "réseaux de trafic d'enfants, de prostitution et de mendicité" mentionnés par Pierre Lellouche ? Apparemment, oui. Seulement, malheureusement pour elle, il est un peu tard pour essayer d'en porter toute la responsabilité sur la seule Roumanie. Dénonçant les conditions "proprement scandaleuses" dans lesquelles vivent les Roms en Roumanie, le secrétaire d'Etat français menace la Roumanie de ne pas pouvoir rentrer "dans ces conditions" dans l'espace Schenghen, en mars 2011 comme prévu [cela permettrait aux Roms de s'installer légalement partout en Europe]. Mais il faudrait rappeler à monsieur Lellouche que le problème des Roms en Europe est un tantinet plus ancien, et qu'il a commencé à se manifester bien avant l'adhésion de la Roumanie à l'Union Européenne, le 1er janvier 2007. A savoir dans les années 1990 ! Car qui accueillait à bras ouverts les milliers et milliers de tsiganes roumains qui prétendaient alors être soit victimes de discriminations dans leur pays d'origine, soit politiquement opprimés ? N'était-ce pas cette même Europe qui fait aujourd'hui la moue? Ensuite, dans les années qui ont suivi, des dizaines de milliers de familles de tsiganes ont continué de passer la frontière comme du beurre dans la poêle, avec le large concours de la police des frontières roumaine. Pour de vrai ! Mais il est tout aussi vrai que ces mêmes individus ont passé les frontières de l'Europe occidentale avec la même facilité, munis de papiers approximatifs, voire même sans papiers. Certes, après le 1er janvier 2007, il y a encore eu moins d'obstacle à la circulation des Roms, mais le gros de ceux qui gênent aujourd'hui les Français avaient déjà quitté la Roumanie.

Lellouche a encore clamé que les Etats européens étaient responsables des actes de leurs ressortissants, et que la Roumanie était donc la première responsable des actes des Roms de Roumanie, chargée de veiller à leur bonne intégration. Bon. Et maintenant, que voudrait ce monsieur ? Rapatrier de force ceux qui sont partis ? En vertu de quelle loi ? Retenir de force en Roumanie ceux qui voudraient partir ? En vertu de quelles réglementations ? Les tsiganes roumains sont aussi européens que monsieur Lellouche, et ils jouissent du même droit à circuler librement au sein de l'Union. Ou alors, serait-il possible que, en quelque sorte, Pierre Lellouche nous exhorte à mener une politique de discrimination raciale ?

Si ces messieurs européens ne sont pas contents, ils auraient dû réfléchir à la question avant de nous intégrer dans l'Union européenne sans que nous y soyons vraiment préparés. Mais cela, c'est une autre histoire..."

Où l'on comprend bien que la liberté de circulation dans l'aire européenne n'est que poudre aux yeux. Liberté pour les populations les plus aisées. Mais gardez vos pauvres ! En réalité, la seule circulation qui les intéresse vraiment, c'est bien celle des capitaux.... et aucune autre.

En France, la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) a condamné les discriminations dont sont victimes les Roms en matière d’éducation, de santé, de logement. L’année précédente une résolution du Parlement européen relevait que les Roms sont la cible d’ “attaques racistes de discours de haine, d’agressions physiques, d’expulsions illégales et de harcèlement policier". Victimes et non coupables ! Vous avez bien lu : discours racistes, expulsions illégales, harcèlement ... Ne l'oublions pas, en hindie, "roms" signifie "hommes"

Les roms constituent aujourd’hui la seule communauté transnationale authentiquement européenne. Venus d’Inde il y a cinq ou six siècles, étrangers à toute forme de nationalisme, ils ont désormais pour patrie, par-delà les pays où ils sont installés, l’Europe elle-même. Par un étrange paradoxe, ils en sont devenus aussi la minorité la plus vulnérable.  Ne serait-il pas temps de leur reconnaître le statut de citoyens européens à part entière.

 

Une lecture édifiante : Jean marc Tutine - le crime d'être Roms . 2005 - Editions Golias.

Commentaires

Le nom de ROM pour le Tsiganes n'est pas correct.
En langue tsigane:
ROM = l'homme ou coup!
ROM n'est pas un nom ethnique.

People roumain proteste contre l'utilisation du nom de rom pour le tsiganes.

Écrit par : Vasile | 16/09/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique