logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/11/2010

Philip KERR : "Un requiem Allemand"

Troisième et dernier roman de "La trilogie Berlinoise" de Philip KERR, "Un requiem allemand", marque la mort de l'Allemagne nazie. Les troupes des armées de libération ont envahi l'Allemagne et occupent le pays. Berlin, administré par les alliés qui ont découpé la ville en plusieurs zones, est anéantie. Les berlinois vivent de rien au milieu des ruines de la guerre dans un Berlin de cauchemar, écrasé sous les bombes, en proie au marché noir, à la prostitution, aux exactions de la soldatesque ...
Américains et Soviétiques se partagent le pouvoir et intriguent sur les dépouilles du nazisme dont certains survivants vendent leurs services aux uns et aux autres.

C'est dans cette ambiance de 1947 que nous retrouvons Bernie Gunther, le détective berlinois dont l'enquête va nous mener de Berlin à Vienne. Contacté par un colonel de renseignement soviétique, dans le but de sauver de la potence un nommé Becker, accusé du meurtre d'un officier américain. Mais quel rôle jouait au juste ce Becker — que Bernie Gunther a connu quelques années plus tôt ? Trafiquant ? espion ? coupable idéal ?
À Berlin, puis à Vienne, tandis que la dénazification entraîne une valse des identités et des faux certificats, Bernie enquête. Mais qui manipule qui ? Les Soviétiques ou les Américains ?

 

 L'auteur

Philip Kerr, né à Edimbourg, en Ecosse, en 1956 a étudié à l'université de Birmingham et a travaillé en tant que rédacteur pour divers journaux avant de devenir écrivain. Auteur d'une dizaine de romans traduits en 25 langues, il vit maintenant à Londres avec sa femme, Jane Thynne, auteure également, et leurs trois enfants.

En 1989, à 32 ans, il envoie son manuscrit de l'Eté de cristal à quelques éditeurs londoniens. Accepté sans coup férir ! Très vite viendront un deuxième tome, puis un troisième et le succès, bientôt mondial (sa Trilogie a été vendue dans plus de 40 pays). Le petit Gallois au teint mat qui se faisait moqué par ses copains d'école prend sa revanche. "Je me suis fait par moi-même, aime à répéter ce fils de la working class.

 

 

Extrait

 "J'étais à demi tourné lorsque son arme s'abattit sur moi. En tombant, j'eus le temps de distinguer un gros type chauve à la mâchoire tordue. Il me saisit par la peau du cou pour me remettre sur pied et je me demandai pourquoi je n'avais pas piégé tout le pourtour de mon col avec des lames de rasoir. Il me poussa dans un petit sentier menant à une clairière où se trouvaient plusieurs grandes poubelles. Une petite fumée et une odeur écoeurante s'élevaient du toit d'une petite cabane en brique où l'on brûlait des ordures. A côté de quelques sacs de ciment, une plaque de tôle rouillée était posée sur un soubassement de brique. L'homme m'ordonna de la soulever.

Cela me vint tout d'un coup. C'était un Letton. Un gros lard de Letton. S'il travaillait pour Arthur Nebe, il avait dû appartenir à une division SS lettone ayant sévi dans un cmp de la mort polonais. Les endroits comme Auschwitz comportaient de nombreux gardiens lettons. Les lettons étaient déjà des antisémites fervents alors que Moses Mendelssohn était encore l'enfant chéri de l'Allemagne.

Tirant de côté la plaque de tôle, je découvris une sorte de puits de vidange ou de fosse à fumier. En tout cas, ça en avait l'odeur. le chat de tout à l'heure surgit entre deux sacs marqués "oxyde de calcium" posés près de la fosse. Il miaula d'un air méprisant, comme pour me dire : " Je t'avais prévenu qu'il y avait quelqu'un dans la cour, mais tu ne m'as pas écouté." L'âcre odeur de chaux qui s'élevait de la fosse me donna la chair de poule. " Eh oui, miaula le chat comme dans une nouvelle d'Egar Poe, l'oxyde de calcium est un alcali bon marché qui sert à traiter les sols acides. Un produit qu'on s'attend à trouver dans un vignoble. Mais on l'appelle aussi chaux vive, et la chaux vive est très efficace pour accélérer la décomposition des cadavres."

Je compris avec horreur que le Letton avait la ferme intention de me tuer. Et moi, tel un philologue, je m'évertuais à définir son accent et à me remémorer des formules chimiques apprises à l'école."

 

27/11/2010

Philip KERR : "La Pâle figure"

Second opus de "La trilogie Berlinoise" de Philip Kerr, "La Pâle figure" nous conduit sur les pas du détective Bernie Gunther dans l'Allemagne nazie de l'été et de l'automne 1938. Nous l'avions laissé dans le premier opus, "L'Eté de cristal", alors qu'il venait de sortir de Dachau en 1936, à l'heure des Jeux Olympique de Berlin. Deux ans plus tard, nous le retrouvons avec son associé Bruno Stahlecker, toujours pris entre ses convictions anti-nazies, son insolence et sa volonté de survivre fusse au prix de quelques compromis avec le pouvoir en place.

Sommé de réintégrer la police, avec le grade de KriminalKommissar et de quitter son métier de détective, Bernie va fréquenter les milieux interlopes du Berlin nazi pour cette nouvelle enquête qui le conduit à cotoyer les plus hauts dignitaires du régime. Plusieurs jeunes aryennes ont été retrouvées mortes, égorgées. Les coupables désignés par le pouvoir : les Juifs. B. Gunther est chargé  par Heydrich de faire la lumière sur cette affaire. Il continue cependant à mener l'enquête au service d'une riche veuve dont les penchants homosexuel du fils risquent de le conduire dans les camps de concentration. Dans les coulisses du pouvoir, Bernie va fréquenter les milieux de la psychiatrie, les cercles homosexuels ( une certaine homophobie transparait dans les propos du détective, parfois difficilement supportable !), les pratiques occultes, les complots contre Hitler, etc... .

 

L'auteur

P.B. Kerr est né à Edinburgh en 1956, ville où il a suivi sa scolarité avant d'intégrer l'Université de Birmingham en 1974 pour suivre des études de Droit. Titulaire de son diplôme de Droit en 1980, il s'oriente vers des emplois de rédacteurs dans diverses publications. C'est en 1989 qu'il publie sa première nouvelle, "Les violettes de mars" suive du premier roman de la Trilogie Berlinoise, "L'été de cristal". Depuis, il n'a cessé d'écrire , totalisant 13 ouvrages à ce jour.

Il est père de trois enfants et marié à l'auteure Jane Thynne

 

 

 

 Extrait

"Frau Lange était une grande et grasse orchidée. Des bourrelets de graisse tressautaient sous ses bras et sur son visage couleur de pêche, comme chez ces stupides clébards qu'on gave jusqu'à ce que leur robe devienne beaucoup trop grande pour eux. Son stupide clébard était encore plus informe que le flasque shar-pei auquel elle ressemblait.

- C'est très aimable à vous d'être venu si vite, déclara-t-elle.

J'émis quelques grognements déférents, mais elle avait cette sorte d'élégance que l'on ne peut acquérir qu'en habitant un endroit aussi extravagant que Herberstrasse.

Frau Lange s'installa dans une chaise longue verte et étala son chien sur ses larges cuisses comme si sa fourrure était un tricot qu'elle entendait poursuivre tout en m'expliquant son problème. Elle devait avoir dans les 55 ans. Peu importe, à vrai dire. Lorsqu'une femme dépasse la cinquantaine, son âge n'a plus d'intérêt pour personne, sauf pour elle. Alors que pour les hommes, c'est exactement le contraire.

Elle me tendit un étui à cigarettes.

- Ce sont des mentholées, précisa-t-elle comme s'il s'agissait d'une clause conditionnelle."

 

 

 

 

07/11/2010

La Justice Fédérale de Pennsylvanie va se prononcer sur la vie ou la mort de Mumia Abu-Jamal !



Le 9 novembre prochain la Cour d’Appel Fédérale de Philadel­phie examinera à nouveau la situation de Mumia Abu-Jamal. C’est à l’issue de cette audience que la Cour décidera de la sentence définitive : peine de mort ou prison à perpétuité. La ques­tion est de savoir si elle résistera à l’injonction de la Cour Suprême des Etats-Unis en refusant de donner le feu vert à l’exécution du journaliste noir américain. Cette situation appelle une mobilisation urgente pour sauver cet homme privé du droit élémentaire à défendre son innocence et dont la vie se ré­sume depuis 29 ans à espérer enfin sortir du couloir de la mort.

Le mardi 9 novembre, partout dans le monde, des initiatives interpelleront les autorités amé­ricaines pour formuler l’exigence de justice et de liberté en faveur de Mumia Abu-Jamal.

En France, des rassemblements auront lieu devant les représentations consulaires des Etats-Unis à Paris (18 h place de La Concorde) et en province : Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice, Rennes, Strasbourg et Toulouse.

Une délégation française se rendra aux USA  pour ap­porter son soutien à Mumia et à son équipe de défense dirigée par Maître Robert R. Bryan lors de l’audience à Philadelphie.

Le Collectif français de soutien à Mumia Abu-Jamal appelle également à participer à la campagne internationale d’interpellation de Barack Obama en signant la pétition en ligne à son attention sur www.mumiabujamal.net … comme l’ont déjà fait de nombreuses personnalités : Danielle Mitterrand (France), Günter Grass (Allemagne, prix Nobel de littérature), Mgr Desmond Tutu (Afrique du Sud, prix Nobel de la paix), Fatima Bhutto (Pakistan, écrivaine), Noam Chomsky (États-Unis, philosophe), Ed Asner (États-Unis, acteur et produc­teur), Mike Farrell (États-Unis, acteur), Michael Radford (États-Unis, réalisateur, Oscar du meilleur film pour Il Postino / Le Facteur), Colin Firth (Royaume-Uni, acteur et co-réalisateur du film In Prison My Whole Life sur l’affaire Mumia Abu-Jamal), Robert Meeropol (États-Unis, fils de Julius et Ethel Rosenberg).
drawing of mumia abu-jamal writing from prison
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique