logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/12/2010

AEROSMITH : "Pump"

Sorti en 1989, "Pump" est le 13eme album du groupe de Boston ( USA), Aerosmith. Formé 19 ans plus tôt, par le jonction de deux groupes : Chain Reaction  de Steven Tyler et Jam Band de Joe Perry et Tom Hamilton.

Près de vingt ans plus tard, les créateurs du groupe sont toujours là, avec, à leurs côtés, Brad Whitford à la guitare et Tom Hamilton à la Basse. Depuis sa création le groupe, avec des succès divers, n'a cessé de sortir des albums ( studio et live) et de parcourir le monde lors de tournées mémorables.

Aerosmith logo.png

Après un passage à vide au début des années 80, la fin de la décennie voit le retour en force du groupe de Boston. En 1987, l'album Permanent Vacation est un  succès commercial et la tournée qui suit rencontre un véritable triomphe aux Etats Unis comme au Japon, etc...

La période correspond également avec la volonté de Steven Tyler et Joe Perry de sortir de la drogue. C'est dans ce contexte que sort,en 1989, l'album "Pump". une totale réussite battant les ventes de Permanent Vacation , avec singles dans le Top–ten : Janie's Got a GunLove in an Elevator et la ballade What it takes. Cette réussite rétablit définitivement Aerosmith comme un des plus grands groupes de rock. Pour promouvoir l’album, le groupe reprend la route pour le Pump tour qui dura 12 mois et qui sera marqué par son retour dans les salles européennes pour la première fois depuis 1977, ainsi que le seul passage en Australie dans la carrière du groupe.

 

 

Avec Bruce Fairbairn à la production, Mike Fraser aux manettes et Jim Vallance et Desmond Child qui viennent donner un coup de main aux compositions, le résultat est à la hauteur : un album dynamique, raffiné et irrésistible.

Une section rythmique déchaînée, lesgrooves aventureux d' Hamilton, le jeu déchaîné de Joey Kramer confèrent à chaque titre avec une dynamique rarement atteinte. Mais cette efficacité est doublée de multiples imprévus. Chaque titre bénéficie d’attentions particulières, aussi bien au niveau de l’habillage sonore que des thèmes abordés, le plus souvent avec humour. Les intros de « Love In An Elevator », « The Other Side » ou « Voodoo Medecine Man » en sont les parfaites démonstrations, ainsi que l’enchaînement destructeur entre « Young Lust » et « F.I.N.E. » ou  le très rock’n’roll « My Girl ». « Janie’s Got A Gun » et sa structure à tiroirs, l’incontournable blues « Don’t Get Mad, Get Even » et la superbe ballade « What It Takes » permettent de reprendre son souffle. En fait, il est difficile, voir impossible, de ressortir un titre parmi les différentes perles qui composent cet album.

Il s'agit donc un album incontournable qu’Aerosmith nous offre avec ce « Pump » et chaque amateur de Hard-Rock se doit de le faire figurer dans sa discothèque.

 

 

  Video live de "What it takes", extrait de l'album Pump

 

 

28/12/2010

Les voeux du président Sarkozy

 

Les voeux 2011 de Sarko. Incroyable ... non ? En fait, il s'agit d'une parodie montée par le PCF. Encore visible sur You tube, elle a disparu de Dailymotion. Censure ?

 

27/12/2010

Les grèves de Novembre-Décembre 1947 à Marseille

Le 16 décembre 1987, l'Institut Régional CGT d'Histoire Sociale de PACA, organisait à Marseille, avec l'Union Départementale CGT des Bouches du Rhône, un Colloque à l'occasion du 40eme anniversaire des évènements des 10 et 12 novembre 1947 à Marseille.

Ce colloque a été l'occasion de solliciter des témoignages  de syndicalistes, élus municipaux de l'époque, ayant participé aux évènements, mais aussi l'analyse de plusieurs historiens dont Antoine Olivesi, Jean Domenichino ou Robert Mencherini, ainsi que du conservateur des Archives départementales, Christian Oppetit. Contributions regroupées au sein d'un ouvrage publié à l'issue du Colloque et d'autant plus précieuses qu'aujourd'hui, nombre de ces témoins ont disparu et seul reste leur témoignage sur ces évènements...

 

Mais que s'est-il donc passé à Marseille de si important en ces mois de novembre et décembre 1947 qui puisse faire l'objet d'un colloque  ?

Pour comprendre l'importance des évènements, un petit retour en arrière s'impose. A la Libération, le gouvernement mis en place associe toutes le forces politiques ayant participé à la Résistance et à la Libération du pays, y compris les communistes. De part son comportement durant les années 1939-1945, le parti Communiste sort grandi de la Seconde Guerre Mondiale. Son audience est incontournable et il participe naturellement au gouvernement de reconstruction de la France.

Autre force incontournable, la CGT réunifiée, qui compte un nombre d'adhérents jamais égalé et qui a décidé de participer pleinement au mouvement de reconstruction du pays.

A Marseille, le PCF dirige la Mairie, en la personne de Jean Cristofol et cinq députés sur huit élus sont Communistes. La CGT est omniprésente dans la plupart des entreprises et revendique 182 000 adhérents dans les Bouches du Rhônes.

Mais la France, comme l'Italie, du fait du poids du PCF et de la CGT, est une exception qui contrecarre les projets des USA d'utiliser une politique d'aide à la reconstruction des pays européens en échange d'une alliance politique et militaire durable ( Doctrine Truman, Plan Marshall). Pour parvenir à ses fins, il faut affaiblir à la fois le PCF et la CGT. Au niveau syndical, la minorité réformiste de la CGT ( constituée au sein de la tendance Force Ouvrière) reçoit l'appui et l'aide financière des Etats-Unis pour son travail de division interne. Au plan politique, les ministres communistes sont révoqués le 4 mai 1947.

Dans le même temps, les ouvriers qui ont participé sans rechiger à la reconstruction du pays depuis la Libération, tardent à en voir les bénéfices. Les temps sont durs, particulèrement à Marseille, où le ravitaillement est difficile et les rations restent limitées. Un mouvement de mécontentement commence à se faire sentir. Des mouvements de grève éclatent tout au long de l'année 1947.

 Pourtant, lors des élections municipales d'octobre 1947, c'est le RPF (droite) qui remporte la mairie de Marseille avec une voix de plus que les communistes. Ce renversement de majorité a été possible grace à l'abstention des élus socialistes (sous la conduite de Gaston Deferre) et du MRP qui font ainsi le choix de donner la Mairie à la droite.

Une des premières décisions de la majorité municipale nouvellement élue est d'augmenter le tarif du tramway marseillais. La CGT appelle à boycotter cette augmentation. Le 10 novembre 3 militants CGT sont arrêtés puis libérés. Lors d'une manifestation devant la mairie qui refuse de revenir sur sa décision d'augmentation du tarif, 5 militants CGT sont de nouveau arrêtés.

 

Leur procès est programmé pour le 12 novembre au matin. Le Tribunal décide, fait unique dans la période, le maintien en prison des militants arrêtés. Aussitôt la nouvelle connue, des milliers de travailleurs arrivent des usines vers la Palais de Justice qui est envahi. L'après-midi, le Tribunal prononce du sursis et la libération immédiate des militants.

Mais, alors que tout allait rentrer dans l'ordre au Palais de Justice, la nouvelle arrive qu'à la Mairie, l'ancien maire et les élus communistes sont agressés par les gros bras du RPF. La foule décide donc de se rendre en Mairie et met en déroute les agresseurs de l'ancien maire.

En soirée, de nombreux jeunes militants décident d'une opération punitive en direction du quartier de l'Opéra, le repère des gangsters de Marseille et des boîtes de nuit qu'ils contrôlent. Les frères Guerrini, figures de la pègre locale tirent. Le jeune Vincent Voulant est tué.

La grève est alors totale tant dans la Métallurgie, que chez les Marins, les Dockers, dans le Bâtiment, la Chimie ou à la Sécurité Sociale à Marseille. Elle va s'étendre dans tout le pays dans les jours suivants et à de nouvelles corporations. Gaston Deferre, leader de la SFIO Marseillaise, stigmatise les grévistes "fauteurs de troubles" et en appelle à "la défense de la République."

Le 16 novembre, 75% des travailleurs marseillais sont en grève puis 96% le 19 novembre. Dès le 23 novembre, on dénombre plus de  2 milions de grévistes dans tout le pays. La droite comme la SFIO accusent la Parti Communiste de conduire une grève politique et d'atteindre à "la souveraineté nationale". A l'interne, dans la CGT, la tendance Force Ouvrière met en garde les travailleurs contre la grève !

Le 2 déceembre, grève générale dans les Bouches du Rhône. Violents affrontements avec la police dans le quartier de la Joliette à Marseille. Dans la nuit du 8 au 9 décembre, Sylvain Bettini ( recapé de Dachau) est froidement abattu dans le dos par la police à l'Estaque alors qu'il revient de coller des affiches.

Le 10 décembre, un appel est lancé à la reprise du travail. Au plus fort de la grève, il y aura eu 3 millions de grévistes dans le pays. De nombreux succès auront été arrachés dans les entreprises en matière d'augmentation de salaire durant ces trois semaines !

Aujourd'hui encore, l'analyse de ces journées divise les historiens. Grève politique ou conjonction d'une situation politique et d'un mécontentement social profond ? Les participants au colloque, 1987, avec la recul, optent pour la seconde alternative. Ils s'interrogent également sur les véritables raisons qui avaient conduit le gouvernement à tant de fermeté vis à vis des grévistes et des manifestants ( refus de dialogue, successions de mesures antisociales, réquisitions, provocations, révocations de policiers jugés trop timorés face aux manifestants, répression violente, emprisonnement, etc...).

L'un des intervenants, Roger Moretti, s'interroge. Pourquoi une telle intransigeance au moment où la CGT avait lancé un large débat démocratique au sein des travailleurs pour contrecarrer l'offensive de division de Force ouvrière. Il semble évident que cette consultation si elle avait eu lieu, aurait condamné les pratiques de division. Les minoritaires n'en voulaient donc pas ! N'en voulaient pas non plus les forces politiques qui tentaient d'affaiblir le mouvement social et la CGT ! Peut-être cette approche permet-elle de mieux comprenbdre l'attitude gouvernementale et de la SFIO de l'époque, leur intransigeance et tout refus de négocier poussant les travailleurs à l'affrontement et rendant ainsi impossible la consultation nationale telle que l'avait voulue la direction de la CGT ...

24/12/2010

Serge Gainsbourg : Comme un Boomerang

On nous annonce ces derniers jour, des inédits de Gainsbourg. Coup de pub pour le 20eme anniversaire de la mort de l'artiste ? En tous cas, l'un de ces inédits, ou du moins annoncé comme tel, est sur le Web depuis 6 mois. C'est le titre écrit par Gainsbourg en 1975 pour la Chanteuse Dani. Elle devait l'interpréter à l'Eurovision. Mais il fut jugé trop radical. "Comme un Boomerang". Depuis elle l'a enregistré avec Etienne Daho. L'original par Gainsbourg ....


Comme_Un_Boomerang SEGE GAINSBOURG
envoyé par minette39. - Regardez d'autres vidéos de musique.

Truman Capote : "La Traversée de l'été"

Editeur : Grasset - 2006

Grady McNeil a dix-sept ans et l'âme passionnée. Elle est secrètement amoureuse de Clyde, gardien de parking à Broadway. Alors qe ses riches parents vont passer l'été en Europe, elle se retrouve seule dans un New-York vibrant sous la canicule. Son ami d'enfance, le fantasque et fidèle Peter Bell lui tiendra compagnie. Mais, délaissant le luxe de la 5eme Avenue, elle retrouve Clyde. Ils s'aiment mais à leur façon. La fierté provocante de Grady et la nonchalance de Clyde vont peu à peu les entraîner vers de dangereux précipices. Cette saison sera toute leur vie.

Ce premier roman de Truman Capote, aux accents fitzgeraldiens, fut retrouvé 20 ans après sa mort lors d'une vente aux enchères chez Sotheby's. Il s'agissait d'un manuscrit écrit sur quatre cahiers d'écolier. Roman dont Capote fait mention dans certaines lettres adressés à ses amis, il hésita à le publier de son vivant pour finalement y renoncer. La rédaction de La Traversée de l'été semble avoir débuté au milieu des années 40, Capote a 19 ans, puis reprise en 1949 lors d'un séjour en Italie. De retour aux USA, le roman est abandonné. Capote écrit à une amie, en juin 1953 : "Quant à La traversée de l'été, il y a longtemps que je l'ai déchiré, et de toute façon, il était inachevé." En fait, le roman est abandonné dans l'un des logements new-yorkais de Truman Capote et sera récupéré, avec d'autre effets, par le propriétaire du logement lorsqu'il le débarrassera pour le relouer. Le manuscrit, acheté par la New York Public library fut finalement publié en 2006.

C'est bien un récit complet qui est publié. Mais un récit que Capote jugeait ne pas avoir mené à sa perfection.

Il s'agit d'une sorte d'East Side Story, du heurt de deux mondes qui se croisent, s'attirent sans vraiment se comprendre. Tout en finesse psychologique, avec un style d'une très grande richesse, difficile de considérer qu'il s'agit là d'un roman écrit par un jeune homme de 20 ans. Les thèmes de ce court roman sont universels : l'amour, l'amitié, la difficulté d'affronter les différences sociales, l'insouciance et le besoin d'absolu des adolescents. Ses personnages sont attachants et la montée dramatique du récit ménage une fin abrupte et inattendue.

 

L'auteur

 Abandonné à cinq ans par sa mère, le jeune Truman Capote (nom de naissance Truman Streckfus Persons) est élevé par ses tantes à la Nouvelle Orléans. Il commence à écrire à l'âge de dix ans et publie sa première nouvelle, Miriam, à vingt ans. Il se fait connaître dès son premier roman, Les Domaines hantés, paru en 1948. Après le succès du Petit Déjeuner chez Tiffany, portrait aigre-doux d'une marginale, Capote change radicalement de style. Il consacre six années à l'écriture de De Sang froid, une enquête très réaliste tiré d'un fait divers sanglant. C'est là le manifeste du "non fiction novel" (roman de non-fiction) par l'enfant terrible de la littérature américaine. Au sommet de sa gloire, mondain, alcoolique, il est aussi célèbre pour ses propos corrosifs que pour ses livres. Son roman inachevé, Prières exaucées, offre une peinture sans fard des milieux qu'il fréquente et fait scandale avant même d'être publié. Il meurt à 60 ans, rongé par une vie d'excès.

 

Extrait

 "Devant elle s'étendait un couvre-lit bleu, immense comme un ciel sans fond ; mais ce lit lui semblait étranger, un endroit qu'elle aurait juré n'avoir jamais vu. la lumière jouait sur la surface soyeuse, y dessinait des lacs et les oreillers dressaient des montagnes inexplorées. Quand Clyde l'enlaçait sur la banquette de la voiture ou dans les terrains vagues qu'ils avaient repérés en banlieue, elle n'éprouvait aucune appréhension. Mais le lit avec ses lacs, son ciel démesuré, ses étranges reliefs, l'impressionnait et l'effrayait par sa solennité.

"Tu as froid ou quoi ? demanda-t-il, tandis qu'elle se pressait contre lui comme si elle voulait le traverser.

- Ce n'est rien, juste un frisson, répondit-elle en s'écartant légèrement. Dis-moi que tu m'aimes.

- Je te l'ai déjà dit.

- Oh non ! Tu ne l'as pas dit. J'écoutais et je n'ai rien entendu.

- Laisse-moi le temps.

- Je t'en prie."

Il s'assit et regarda l'heure de la pendule de la chambre. Il était plus de cinq heures. Avec des gestes décidés, il enleva sa visière et commença à délasser ses souliers.

"Clyde, je t'en prie, dis-le moi.

- Ouais, dans un mmoment, répondit-il en souriant.

- Il ne s'agit pas de ça, répliqua-t-elle. Sans compter que ça ne me plaît pas tant. On dirait que tu parles à une pute.

- Laisse tomber, ma poule. Tu ne m'as pas amené ici pour parler d'amour.

- Tu me dégoûtes.

- Ecoutez-là ! Elle est furieuse !"

Un silence suivit, volant bas comme un oiseau blessé. Clyde le rompit.

" Tu as envie de me gifler, hein ? C'est marrant quand tu te fâches comme ça. Ca ne me déplaît pas. Tu es du genre soupe au lait, hein ?"

Il souleva Grady qui se sentit plus légère et enfouit sa tête dans le cou de l'aimé.

" Tu as encore envie que je te le dise ? murmura-t-il en lui caressant les cheveux. Je le ferai, promis juré. Mais déshabille-toi d'abord."

 

19/12/2010

Air : 10 000 HZ Legend


Troisième album du groupe français Air , "10 000 HZ legend" est sorti en 2001, chez Virgin records. Le groupe, formé à la fin des années 90 par Jean Benoît Dunkel et de Nicolas Godin ( deux anciens camarades de lycée à Versailles), compose une musique qui emprunte à la fois aux univers de la pop, du rock psychédélique et de la musique électronique. Le tout formant un univers bien particulier, sorte de french touch qui fera son succès international.

Le nom Air est un acronyme de Amour, Imagination, Rêve.

Avec 10 000 HZ Legend, le groupe s'oriente vers un son plus expérimental que dans les deux premiers albums. L'album, enregistré à Paris, au studio Apollo, dans le 6eme arrondissement, bénéficie de la collaboration de Beck ( au chant et à l'harmonica), et  des figures de la scène américaine tels que Ken Andrews ou Jason Falkner,  le batteur Brian Reitzell, le bassiste Justin Meldal-Johnsen, etc...

La pochette, très futuriste est dessinée par le graphiste Ora-Ïto

 

 Pochette 10,000 Hz Legend [Japan Bonus Track] par Air

Album moins lisse, et certainement moins commercial que les précédents, son succès sera plus mitigé. Pour autant c'est un album central dans la production musicale française des années 2000. Il occupera la 7eme place dans les charts en France, en Angleterre et en Allemagne. Avec le recul du temps, on peu considérer qu'il s'agit certainement de l'album le plus inventif du groupe, sorte de chef-d'oeuvre du genre.

 

 

 Air - People In The City
envoyé par krijka. - Regardez plus de clips, en HD !

Video : "People in the City", 8eme titre de l'album "10 000 HZ Legend", composé par Dunckel et Godin.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique