logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23/01/2011

Daniel Appriou : "Ruses et stratagèmes de l'histoire"

Editions Le Pré aux clercs - 2000

"Ruse et imagination font plus que force ni que rage", aurait pu dire La Fontaine, et l'histoire militaire lui aurait souvent donné raison. Car ici, il s'agit avant tout de guerres, d'histoires de combats, de sièges, de conquête, ...

Au-delà des anecdotes multiples contenues dans cet ouvrage, il s'agit bien de mettre l'inventivité et l'intelligence humaine au service de ses pires instincts, ses instincts guerriers. Depuis les ruses d'Ulysse, l'histoire du Cheval de Troie ou la fuite victorieuse des Horace devant les Curiace jusqu'aux stratagèmes utilisés durant la Seconde Guerre Mondiale, l'histoire des conflits fourmille de tromperies et de duperies qui ne furent pas toutes couronnées de succès.

Des faux moines, des Empereurs déguisés en maçon, des futurs papes feignant l'agonie pour être élus, des généraux doublés par des acteurs de cinéma, des villes en carton, des cadavres espions, etc... L'imagination humaine semble sans limite. Mais pour quelles causes ? Quels intérêts, sinon ceux de la domination.

Cet ouvrage offre une visions très anecdotique de l'histoire. Une suite de petites "nouvelles" historiques sans analyse ni recul, sans que les évènements soient non plus situés dans leur constexte.

L'auteur

Ecrivain et expert judiciaire, Daniel Appriou est l'auteur de plusieurs ouvrages, tels "Petite histoire des grands mots historiques", " Les destins tragiques de l'histoire de France", etc... . L'histoire vu par le "petit bout de la lorgnette" à hauteur d'anecdotes.

 

Extrait

"Hirsute, l'homme semblait épuisé. Il s'appuyait sur un long bâton qui, à chaque pas, frappait pesamment le sol, comme s'il s'agissait d'un effort extrême. La longue robe de bure sombre avait piètre allure et, sous le large capuchon, le moine dissimulait un visage à la barbe foisonnante.

Il faisait déjà nuit depuis des heures en ce 8 janvier 1297 lorsque le franciscain commença à gravir la côte raide qui menait à la citadelle. Il dépassa l'église deSainte-marie-au-Port et, en levant les yeux, le saint homme put apercevoir les tours noires et crénelées de la forteresse se détachant à peine sur le ciel sombre. Sa progression était lente, son pied glissait souvent sur les cailloux qu'il envoyait rouler vers le bas.

Sans doute les gardes en faction au-dessus de l'unique poterne avaient-ils entendu les éboulis venus rompre le silence de cette nuit d'hiver. D'ailleurs, l'homme d'Eglise ne faisait rien pour passer inaperçu et, après maints efforts et signes d'essoufflement, il parvint enfin au pied de l'imposante muraille qui l'écrasait de sa masse. La porte de bois renforcé d'épaisses ferrures aux clous énormes était l'unique accès à la forteresse fichée sur son éperon rocheux."

 

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique