logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/07/2011

"LES JOURS HEUREUX" - Le Programme du Conseil National de la Résistance de mars 1944 : comment il a été écrit et mis en oeuvre, et comment Sarkozy accélère sa démolition.

Comme il est bienvenu cet ouvrage publié par l'Association "Citoyens résistants d'Hier et d'Aujourd"hui", aux Editions La Découverte - 2010 !

L'histoire de ce livre commence le 4 mai 2007. Nicolas Sarkozy est alors candidat à l'élection présidentielle. Il décide, quelques jours avant le premier tour, de se rendre au plateau des Glières en Haute Savoie afin d'y saluer la mémoire des maquisards massacrés en mars 1944 par les nazis et les miliciens français. Récupération politique  ?  Coup de communication ? Nul n'en doute. En cette veille d'élection, toutes les voix sont bonnes à prendre. Quelques anciens Résistants s'en émeuvent et le font savoir. Parmi eux, Walter Bassan, 80 ans, qui passe un coup de fil à son ami, le cinéaste Gilles Péret. Ils rédigent un communqiué de protestation qui ne passe pas les frontières des rédactions. Ils décident alors d'appeler les citoyens à venir participer à un Pique-Nique sur le plateu des Glières. Le 6 mai Sakozy est élu. Le dimanche suivant, ils sont 1500 a se retrouver autour des anciens Résistants aux Glières !

Mais, élu président, Sarkozy renouvelle l'opération. Il a trouvé son Solutré à lui. Et, chaque année, il est de retour sur le plateau. Il ose même prétendre, en 2009, que son action se situerait dans le droit fil "du Conseil national de la Résistance, qui dans les heures le splus sombres de notre histoire, a su rassembler toutes les forces politiques pour forger le pacte social qui allait premettre la renaissance française". Pure imposture bien entendu ! Chacun sait bien que l'objectif de Sarkozy est, tout au contraire, de détricoter les acquis issus du CNR et de mettre à bas ce pacte social...

Publié en 1944, sous le titre "Les Jours Heureux", le programme du CNR annonçait un ensemble ambitieux de réformes économiques et sociales, fondateur du fameux "modèle social français". Casser ce modèle, c'est l'objectif du patronat et du gouvernement comme s'en réjouissait d'ailleurs en 2007, Denis Kessler, un des penseurs du MEDEF lorsqu'il déclarait : "Le programme du gouvernement est clair, il s'agit de défaire méthodiquement le programme du CNR".

D'où la contre-offensive de l'associaiton "Citoyens Résistants d'hier et d'aujourd'hui", créée en mai 2007 et qui organise chaque mois de mai, après la visite présidentielle, un pique-nique sur le plateau des Glières dont le succès ne se dément pas puisque chaque année se sont plusieurs milliers de personnes qui se pressent dans ce haut lieu de la résistance ( 4 à 5000 ces dernières années) !

Cet ouvrage contient donc le texte du CNR, complété par une série d'articles expliquant comment il fut conçu puis mis en oeuvre par les premiers gouvernements issus de la libération. Mais aussi, analysant comment, dès les années 1990, cet édifice a fait l'objet d'une démolition en règle. Il se termine par un appel à la mobilisation citoyenne.

 

L'association

L'association Citoyens résistants d'hier et d'aujourd"hui est née des rassemblements citoyens annuels aux Glières depuis 2007. Parrainée par l'ancien résistant et ambassadeur de France Stéphane Hessel, ainsi que par l'ancien résistant Raymond Aubrac et l'écrivain John Berger, elle appelle les citoyens, élus et gouvernants à agir selon les principes du Conseil National de la Résistance, fondés sur la solidarité, l'entraide et la réussite de tous.

 

Extrait

"Unis quant au but à atteindre, unis quant aux moyens à mettre en oeuvre pour atteindre ce but qui est la libération rapide du territoire, les représentants des mouvements, groupements, partis ou tendances politiques groupés au sein du CNR proclament qu'ils sont décidés à rester unis après la Libération. (...) Afin de promouvoir les réformes indispensables :

a) sur le plan économique :

- l'instauration d'une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l'éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l'économie ;

- une organisation rationnelle de l'économie assurant la subordination des intérêts particuliers à l'intérêt général et affranchie de la dictature professionnelle instaurée à l'image des Etats fascistes ;

(...)

- le retour à la nation des grands moyens de production monopolisés, fruit du travail commun, des sources d'énergie, des richesses du sous-sol, des compagnies d'assurances et des grandes banques ;

- le développement et le soutien des coopératives de production, d'achats et de ventes, agricoles et artisanales ;

- le droit d'accès, dans le cadre de l'entreprise, aux fonctions de direction et d'administration pour les ouvriers possédant les quailfications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l'économie ;

b) sur le plan social :

- le droit au travail et le droit au repos, notamment par le rétablissement et l'amélioration du régime contractuel du travail ;

- un rajustement important des salaires et la garantie d'un niveau de salaire et de traitement qui assure à chaque travailleur et à sa famille la sécurité, la dignité et la possibilité d'une vie pleinement humaine ;

(...)

- la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d'un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l'organisation de la vie économique et sociale ;

- un plan complet de sécurité sociale, visant à donner à tous les citoyens des moyens d'existence, dans tous les cas où ils sont incapables de se les procurer par le travail, avec gestion appartenant aux représentants des intéressés et de l'Etat ;

- la sécurité de l'emploi, la règlementation des conditions d'embauchage et de licenciement, le rétablissement des délégués d'atelier ;

- l'élévation et la sécurité du niveau de vie des travailleurs de la terre par une politique de prix agricoles rémunérateurs, (...), par une législation sociale accordant aux salariés agricoles les mêmes droits qu'aux salariés de l'industrie, par un système d'assurance contre les calamités agricoles (...) ;

- une retraite permettant aux vieux travailleurs de finir dignement leurs jours ;

(...)

d) la possibilité effective pour tous les enfants français de bénéficier de l'instruction et d'accéder à la culture la plus développée quelle que soit la situation de fortune de leurs parents, afin que les fonctions les plus hautes soient réellement accessibles à tous ceux qui auront les capacités requises pour les exercer et que soit ainsi promue une élite véritable, non de naissance mais de mérite, et constamment renouvelée par les apports populaires.

(...)"

Commentaires

Bises à toi que je n'ai pas oublié et ravie de te retrouver comme je t'ai quitté : citoyen, indigné, résistant. MICHE

Écrit par : miche | 09/07/2011

This is a great taste of its article given a good education to have it

Écrit par : Custom Essay Writing | 27/07/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique