logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/08/2011

Quelques jours à Turin et dans les environs.

 

Ces congés d'été ont été l'occasion d'une virée en Italie, à Turin et dans sa région. De retour, voici quelques photos en partage...

 

Première halte avant d'arriver dans la capitale du Piémont, la Sacra di San Michele. De l'autoroute qui nous conduit vers Turin, sa présence saute aux yeux, perchée à 962m d'altitude, au sommet d'un éperon rocheux, elle domine la vallée de sa masse imposante. En quittant l'autoroute à Avigliana, l'approche de l'abbaye s'effectue très progressivement par une petite route qui serpente à travers bois et offre une vue magnifique sur la vallée de la Doire..

Et la Sacra de San Michele est là ...

 

196.JPG

 

La comparaison est facile et revendiquée avec le Mont Saint Michel en France. On gare la voiture au parking et on rejoint à pied l'abbaye en 5mn . Avant d'entrer  on passe devant les ruines d'un édifice roman octogonal dédié à la mémoire du Saint sépulcre de Jérusalem (construit à la fin du XIeme siécle), le Sépulcre des moines.

 

197.JPG

 

Nous entrons dans l'abbaye par la porte de fer.

 

 

199.JPG

Déjà, la vue sur la plaine Turinoise et les collines est imprenable. Nous ne sommes qu'à quelques dizaines de minutes de Turin...

 

 

198.JPG

L'édifice a été progressivement édifié durant le second millénaire, entre le XIeme et le XIXeme siécle. C'est un Auvergant qui eut l'idée d'édifier une église à cet endroit. Hugues de Montboissier. Au XIIIeme siècle plus de 100 moines vivaient ici et controlaient 140 monastères bénédictins. L'édifice fait corps avec la roche en une architecture où rochers d'origine et constructions se mèlent harmonieusement.

202.JPG

Sculptures et bas reliefs nous offrent des personnages aux attitudes assez étonnantes en ces lieux dédiés à la religion...

 

203.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

204.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sommet de la pointe rocheuse nous parvenons à l'église abbatiale qui mèle styles roman et gothique. De magnifiques fresques du 16eme siècle en ornent les murs.

 

 

205.JPG207.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

206.JPG

209.JPG208.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au détour d'un couloir, une jolie porte colorée qui nous laisse imaginer ce que pouvait être une abbaye au temps des couleurs. Aujourd'hui les édifices religieux ont pratiquement tous perdu leurs couleurs. Mais au Moyen Age, ils étaient couverts de fresques et de couleurs rutillantes.

 

210.JPG

 

Au long des siècles et des guerres l'édifice est devenu une cible militaire. Il en a souffert. Une grande partie des bâtiments d'origine est en ruine et nous laisse deviner la splendeur de la construction initiale et son importance. Le mérite des restaurateurs est de ne pas avoir tenter une reconstitution mais de maintenir l'édifice en l'état. Cette partie, dite "le monastère nouveau" date des XIIeme et XIVeme siècles.

 

 

211.JPG

De la terrasse, magnifique point de vue sur la vallée de la Doire, ses villages et les Alpes italiennes.

 

 

213.JPG

 

 

Dominant cette partie de la Sacra de San Michele, la Torre della Bell'Alda, clocher inachevé du XIIIeme siècle.

 

214.JPG

 

La visite se termine par l'ancienne hôtellerie qui accueillait jadis les pélerins et qui est maintenant salle de congrès.

 

 

215.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette abbaye est un des joyaux du Piémont. A tel point qu'en 1994, elle est devenue le symbole de la Région. Pour autant, en cet après-midi de juillet, les touristes y étaient pluôt rares. Tout au plus une dizaine de personnes. Nous étions loin des encombrements du Mont Saint Michel français et de ses cars de touristes ...

La visite terminée, nous poursuivons vers Turin où nous avons prévu de passer la soirée et la journée du lendemain. Ce qui nous permet de faire un tour d'horizon des principaux points d'intérêt de la ville. En voici quelques-uns ...

Le Duomo

 

Comme toute ville italienne qui se respecte, Turin possède son Duomo. Celui-ci est dédié à Saint Jean, patron de la ville et date de la fin du XVe siècle. Le campanile est en brique qui tranche sur la blancheur de la façade aux trois portails.

 

218.JPG

L'intérieur est richement orné comme dans la plupart des églises italiennes, riches en dorures, sculptures et représentations religieuses.  L'orgue est surmmonté de la Croix de Savoie.

 

216.JPG

 

Le Duomo de Turin est célèbre par la présence de la pièce de tissu que les catholiques affirment être le saint suaire dans lequel le Christ aurait été enveloppé lors de sa descente de la croix. Plusieurs scientifiques en constestent la réalité . Quoiqu'il en soit, il était conservé dans une chapelle derrière le maître-autel avant l'incendie de 1997 qui a gravement endommagé la chappelle mais a épargné l'urne contenant la précieuse relique. Aujourd'hui, la châsse est conservée avec une reproduction photographique du saint suaire dans une chappelle sur le côté gauche du Duomo.

217.JPG

 

Le Santuario de la Consolata.

 

Elevé à l'emplacement d'une église plus ancienne dont seul subsiste le campanile roman.

 

221.JPG

L'intérieur est de toute beauté. Il faut vraiment faire une halte ici lorsque l'on visite Turin même si le risque est grand de passer devant sans s'arrêter tant l'extérieur de l'édifice est relativement banal. Mais à l'intérieur ... c'est l'éblouissement ...

 

220.JPG

 

 

 

219.JPG

 

Avant de pouruivre la promenade, une petite halte gourmande. Connaissez-vous le "bicerin" ? Moi je ne connaissais pas ... C'est une spécialité de Turin depuis le milieu du XIXeme siècle.

Qu'en est-il de ce fameux bicerin ? Il s'agit en fait d'une boisson, mélange de café très chaud ( au fond du verre), de chocolat noir fondu et de crème fleurette. Cela se déguste dans un  verre à anse ( appelé aussi bicerin), surtout sans remuer. Il ne faut pas que les saveurs se mélangent. Après la crème et le chocolat, l'amertume du café arrive comme une cerise sur le gateau. C'est très bon.

 

Et bien, justement, en face le Santuario de la Consolata, sur la petite place se trouve un petit café du XVIIIeme siècle, al Bicerin, qui sert cet exquis breuvage.

Caffe Al Bicerin in Turin - External view

 

Après la "pause bicerin", nos pas nous conduisent vers la zone archéologique de Turin qui nous permet de découvrir le passsé romain de la ville. Des restes du théâtre antique du 2eme siècle ap JC et surtout la porta Palatina, belle porte d'enceinte romaine en brique rouge.

 

224.JPG

 

Les pavés, sous la porte, conservent les traces dues à l'usure du passage des chars et des charettes.

225.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Derrière le Duomo, l'élégant Palais Royal, Palazzo Reale avec sa façade du XVIIe siècle fut la résidence de la maison de Savoie.

 

226.JPG

 

 

 

Il ouvre sur la Piazza Castello, l'une des plus belles de Turin, entourée d'arcades d'où partent deux des rues les plus majestueuses de la ville, la Via Roma et la Via Po.

 

234.JPG

L'Eglise San Lorenzo offre un intérieur, tout en courbes, richement orné de marbre. Ces femmes montent les escaliers vers l'autel, à genoux.

 

 

227.JPG

 

 

 

229.JPG

 

 

 

230.JPG

Dans une partie latérale de l'église des reproductions du dit "saint suaire"... Photos en positif et en négatif sensées représenter les traces laissées par le corps du Christ et son sang.

 

232.JPG

 

 

233.JPG

 

Nous empruntons la Via Po, l'une des plus harmmonieuse de la ville, toute en arcades. Elle fut tracée aux XVIIe et XVIIIe siècles pour relier le centre de Turin au Pô. Elle débouche sur la Piazza Vittorio Veneto. Grande place du XIXe siècle, entourée de façades rigoureusement identiques qui lui donnent une unité sans pareil, elle s'abaisse doucement vers le fleuve au pied des collines turinoises.

 

237.JPG

 

Nous traversons le Pô et nous dirigeons vers le Monte des Cappuccinni. Ce Mont des Capucins culmine à 284 m et offre un très beau panorama sur la ville et le fleuve.

 

238.JPG

239.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au sommet de la colline, une petite église nous propose un bel intérieur baroque.

 

241.JPG

 

Tout cela, c'est bien beau. Mais marcher une journée entière, ça fatigue. Pour souffler et se détendre à l'heure de l'apéro, le quartier autour de la piazza Emanuelle Filiberto, de la Via Sant'Agostino est idéal. Comme dans de nombreuses grandes villes italiennes  (je n'ai jamais retrouvé cela en France), les bars proposent, entre 19h et 22h, des apéritifs à 6 ou 7 euros avec, à volonté, l'accès à un buffet composé de propositions variées ( fromages, charcuteries, pizza, tartines, etc...). C'est rempli de jeunes et très animé.

Après cette déambulation dans le centre historique de Turin, une petite escapade dans les environs de la ville. Nous partons aujourdh'ui passer la journée dans le Canavese, au nord de Turin où nous attendent lacs et châteaux.

Première halte, Agliè et son chateau. C'est jour de marché et il pleut ! Ici aussi les touristes sont absents. Nous sommes six en tout et pour tout lors de la visite du chateau et nous avons droit à un commentaire en italien. Pas pratique lorsque l'on ne maîtrise pas la langue. Mais en comprenant un mot sur quatre, on parvient tout de même à suivre les grandes lignes à condition d'être très attentif.

Construit au 17e siècle, il fut la proprité des Savoie qui l'agrandirent au 18e siècle. L'intérieur date du XIXe siècle. Mais pas de photo, c'est interdit !

 

242.JPG

 

Bon. Comme visite de château, on a déjà fait mieux. Il est l'heure du repas. Dans ce petit village d'Aglié nous tombons sur l'unique restaurant : l'auberge "Locanda del Sole". L'auberge est installée dans une veille demeure au centre du village et semble être là depuis des temps immémoriaux.  Les femmes sont à la cuisine et le patron au service. En France, c'est souvent le contraire ... dans les restaurants ! Nous avons droit, pour un prix sympathique, à une belle cuisine italienne, généreuse et colorée. Une adresse à retenir pour les éventuelles escapades en Canavese. Vous ne le trouverez sur aucun guide et pourtant il vaut bien des restaurants branchés vantés sur les sites et autres guides gastronomiques...

Après cet intermède culinaire, départ vers Castellamonte dont le seul intérêt réside dans la Rotonda, basilique inachevée du XIXe siècle... Une curiosité, plutôt !

 

 

244.JPG

Puis direction Ivrea, le berceau de la machine à écride Olivetti. Ce n'est pas pour cela que nous y allons mais surtout pour les petits lacs glaciaires parsemés au nord de la ville. Paradis des pècheurs ...

 

245.JPG

246.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Encore quelques kilomètres et c'est le lac de Viverone qui se présente à nous. Beau lac au pied de la Serra d'Ivrea. Mais des pontons déserts, des bateaux déserts ... Où sont donc les touristes en plein mois de juillet ? Pas ici en tout cas ... On ne s'en pleindra pas. Tout est calme et tranquilité .

247.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

248.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

251.JPG

Retour sur Turin en passant par le castello di Masino. Construit au 12eme siècle, il fut transformé au 17e en résidence de campagne.

 

 

254.JPG

 

De là, beau point de vue sur cette région du Canavese qui offre un mélange de richesses naturelles et historiques et d'activités industrielles omniprésentes dans la paysage.

 

252.JPG

 

 

Ce soir nous dormirons à Chieri. Heureusement, l'hôtel que nous avions choisi disposait d'un restaurant sinon, pas de repas ! En effet, cette ville offre la caractéristique de ne pas disposer de restaurant dans son centre. En tous cas nous n'en avons pas trouvé ! Curieux pour une ville qui conserve tout de même de nombreux attraits touristiques et culturels et qui n'est pas loin de Turin ...

Le Duomo du XVe siècle. Les drapeux italiens qui décorent toutes les villes en ce mois de juillet 2011 rappellent que les Italiens fêtent cette année le 150eme anniversaire de leur unité.

 

256.JPG

 

L'arc de triomphe érigé en 1580.

 

258.JPG

 

 

Avant de rentrer en France, un petit détour par la colline de Superga et sa Basilique qui dominent à 670 mètres la ville de Turin. L'imposant édifice fut  construit au XVIIIeme siècle par Juvara, l'un des grands architectes turinois.

 

259.JPG

 

 

 

Son intérieur baroque ne présente pas un grand intérêt au regard d'autres édifices religieux de Turin.

 

260.JPG

Par contre, il est possible de monter sur le dôme à pied, et là, la vue est inégalable sur Turin et les Alpes.

 

261.JPG

 

Un commentaire sur les hôtels et les restaurants....

Lors de notre escapade à Turin, nous avons séjourné dans un Bed and Breakfast dans le centre historique : le B and B, Ai Savoia, logé dans le Palazzo Saluzzo Paesana. Un cadre magnifique pour des chambres de grand confort.

Notre chambre

Les hôtels italiens ont la réputation d'être chers. C'est vrai. La chambre que nous occupions était affichée à 125 euros la nuit ! Mais il y a un truc ... En passant par les centrales de réservation hôtelière sur internet, on peut obtenir des réductions supérieurs à 40%, ce qui les met à des niveaux de prix inférieurs à des hôtels français de même gamme. D'autant que les petits déjeuners sont compris dans le prix de la chambre. Un simple calcul montre qu'il est possible d'accéder à des hôtels de charme en Italie pour des tarifs équivalents à des Etapes Hôtels en France ! Et sans devoir réserver des mois à l'avance.

Enfin, un restaurant à éviter : Le Rondini, situé Piazza de la Repubblica.

C'est assez cher, on attend des heures à cause d'un service totalement désorganisé. Erreurs de tables, erreurs d'adition. Nous y avons mangé un plat et nous sommes partis ! Il est toujours aussi difficile de manger correctement dans les grandes villes...

 

Nous sommes loin d'avoir épuisé les choses à voir à Turin. Ce sera pour un prochain séjour ...

Commentaires

Merci pour ce petit voyage à Turin.
J'ai fait aussi un petit voyage organisé en Italie via Florence, Padoue, Venise, Vérone, avec des escales dans les hôtels agréables.
Par contre, j'ai été déçu par l'accueil des italiens, surtout à Venise.
J'ai fait un petit reportage sur mon blog avec de belles photos.
Bonne soirée.

Écrit par : pimprenelle | 02/08/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique