logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/10/2011

Ethan COEN : " J'ai tué Phil Shapiro"

Editions de l'Olivier - Cahiers du Cinéma - 1998

 

Les quatorze nouvelles qui constituent cet ouvrage nous dressent le portrait de personnages un peu en marge, un peu hors champs, décalés. C'est le détective privé mordu par son client, le boxeur incapable de se défrendre, le tueur à gages malchanceux, le mafioso inoffensif, etc... Tous semblent inaptes à vivre la vie qui est la leur, à suivre le chemin qu'ils ont emprunté. Rien ne va comme il devrait !

En toile de fond de ces récits à la fois drôles et tragiques, ironiques et féroces, la culture juive américaine. Les peurs et les démons de la jeunesse d'Ethan Coen traversent ces histoires et nous les rendent attachantes.

Il s’agit, souvent, d’histoires banales : la crise de la quarantaine, l’enfer conjugal ou familial, etc.... La narration à la première personne, par l’emploi d’un langage adapté à la condition sociale du narrateur, ajoute à la trivialité de ces récits et révéle une violence et un désespoir latents, que l’hébétude dissimule jusqu’au jour où la crise éclate. Les personnages étant souvent de condition modeste, la naïveté de leur récit ajoute au pathétique des faits ; les sentiments les meilleurs, les plus touchants et les plus simples, sont souvent exprimés avec une brutalité, une conviction qui nous réjouissent moins qu’elles ne nous renseignent sur la misère morale du personnage. Si les textes livrent peu de repères sociaux, on imagine cependant un univers middle-class,  des small towns, ces villes aussi grandes que les grandes villes françaises et qui ont pourtant des allures de sous-préfecture. Aussi, conformément à cette idée de sous-préfecture, si les personnages manquent de carrure, c’est tout simplement pour affronter la vie ou les sentiments qui les assaillent. Qu’ils le cherchent ou non, ils sont agressés, aliénés, opprimés, par leurs plus proches parents - les enfants, l’épouse ou l’époux - ou le « système ». Mais ici, nous sommes dans la constat et non la critique sociale !

 

L'auteur

 

Ethan Coen (né lle 21 septembre 1957) a grandi à St. Louis Park, Minnesota dans la proche banlieue de Minneapolis. Il est marié depuis octobre 1993 à la monteuse Tricia Cooke. Frère de Joel Coen avec qui il signe de nombreux films, il est diplômé de l'université de Princeton.

Avant Ladykillers, leur filmographie repose sur un « partage des tâches » : Joel à la réalisation, Ethan à la production, l'écriture (ou adaptation) du scénario étant commune. Mais depuis, Ethan Coen est également crédité comme réalisateur de leurs films. Ils travaillent également ensemble pour le montage de leurs films (parfois sous le pseudonyme de Roderick Jaynes).

Une part de leur succès sont des comédies (Intolérable Cruauté, O'Brother, Ladykillers, The Bog Lebowski). Cependant, deux thrillers sont majeurs dans leur cinématographie et sont le négatif l'un de l'autre à 10 ans d'intervalle. En 1996, ils réalisent Fargo qui les révèlera à un public international, puis un pendant texan, No Country for Old men, pour lequel ils recevront les récompenses du meilleru film et du meilleur réalisateur lors de la cérémonie des Oscars en 2008..

Après la noirceur de No Country for Old Men, les frères Coen réalisent deux comédies, Burn after Reading et A Serious man, à forte teinte autobiographique.

En 2010, ils tournent leur premier western, True Grit, adapté d'un roman éponyme de Charles Portis, déjà porté à l'écran dans Cent Dollars pour un shérif en 1969 avec John Wayne. Le film révèle au grand public la jeune actrice Hailee Stenfield, qui reçoit pour son rôle de multiples récompenses et nominations.

Ethan est Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.

 

Extrait

 

"Il était assis dans son bureau, les yeux levés sur les miens et les doigts figés, au milieu d'une addition, sur sa machine à calculer. Calculus, en latin, c'est un petit caillou ; on s'est longtemps servi de pierres pour compter. J'ai appuyé sur la détente et son visage a explosé, projetant en purée de hareng les éclaboussures de sa cervelle.

Son bureau était à l'extrémité d'un corridor de pierre de taille plein d'échos du Carmody-Wells, un immeuble commercial. Ma démarche jusque-là fut ferme et mesurée, comme ma démarche jusqu'à la bimah quand on m'y a appelé le jour de ma bar mitsvah. Mon oncle Maury avait fourni le buffet pour ma bar mitsvah. C'était un grand et gros homme qui marchait en traînant les pieds avec des membres de pantin désarticulé, des poils noirs sur tout le corps et des lunettes qui se balançaient à un cordon passé autour de son cou. J'ai deux autres oncles qui sont traiteurs, eux aussi, Marv et Yitzchak. Mais oncle Maury avait soumis le devis le moins couteux.

Ils étaient cinq frères dans la famille de mon père qui habitait le Bronx. Mon père Phil et l'oncle Schmuel étaient les deux seuls qui n'avaient pas fait traiteur. Mon père était imprimeur de tissus. Oncle Schmuel était mort-né.

J'ai tué Phil Shapiro.

Il nous avait fait déménager à Minneapolis. J'ai vécu dans cette ville inconnue, glaciale, où l'haleine des gens reste suspendue autour de leur tête, où les nez sont en proie à des picotements douloureux, où le crachat craque et gèle avant d'atteindre le sol. J'ai fini par partir pour le royaume des pelouses à la fac de droit de Harvard, et mon nez a cessé de couler. La fac de droit de Harvard - pendant des années on en avait parlé à la maison. La copine de ma mère, Mimsy Kappelstein, ne cessait de nous tanner avec les mérites de son fils , Danny, qui était sorti sixième de sa promotion. Quand je suis sorti cinquième, maman était déjà malade du cancer qui allait l'emporter. Elle était à l'hôpital quand elle l'a appris, sous perfusion. Elle se tendit pour parler. Oncle Yitzchak se pencha sur elle, tout près. De ses lèvres parcheminées, maman murmura :

- Dites-le à Mimsy."

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique