logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/05/2012

Régine Deforges - RUE DE LA SOIE

Editions Fayard - 1994

Nous retrouvons dans ce roman les personnages centraux de "La bicyclette bleue", chronique à succès de la vie d'une famille française durant la Deuxième Guerre Mondiale : Léa Delmas et François Tavernier. Pour ceux qui ont vu l'adaptation télé de "la Bicyclette bleue", impossible maintenant de ne pas voir ces deux personages sous les trais de Laetitia Casta et de Georges Corraface !

La Bicyclette bleue

Au début du roman, ils se marient mais sont vite séparés. En effet, François Tavernier accepte du Président de la République, Vincent Auriol, une mission secrète auprès du président vietnamien, HÔ Chi Minh. Au terme d'une longue quête, il parvendra à le rencontrer, mais ce sera trop tard pour des paroles de paix. De son côté, Léa, en butte aux poursuites de criminels nazis, de retour d'Argentine ( voir le second roman de la saga : "Noir Tango"), et sans nouvelles de son mari, entreprend de le rejoindre. Après bien des périls, elle le retrouvera, blessé et menacé par le Viêt-minh.

Dans la post-face de l'édition de se roman à France Loisirs, Régine Desforges écrit : "Les aventures de ces deux personnages à travers l'Indochine en guerre me permettent de montrer le pays, ses habitants et leurs combats, ainsi que ceux menés par l'armée française, composée de jeunes volontaires, souvent venus des maquis, et d'autres, notamment dans la Légion, issus de la Milice, de l'armée allemande". Effectivement, le principal intérêt de ce roman réside bien dans les portraits des personnages, Français ou Vietnamiens, qui traversent l'histoire. Régine Deforges sait parfaitement nous transmettre leurs engagements, leurs doutes, leurs contradictions.

Nous baignons dans le romanesque le plus total. Les personnages sont beaux et courageux, les paysages sont magnifiques, il y a de l'action, du sang et des larmes. Tous les ingédients sont réunis pour une lecture agréable. Parfois, c'est même trop ! L'errance de Léa à la recherche de son mari tourne parfois à la visite touristique des plus beaux sites du Vietnam. C'est un peu décalé ... Et à la fin, les retrouvailles, trop attendues !

Un bon moment de lecture, l'été, sur la plage où pendant un moment de farniente, quand on n'a pas envie de se prendre trôp la tête avec des lectures compliquées.

 

L'auteur

 

Régine Deforges est née à Montmorillon en Poitou où elle est élevée dans différentes institutions religieuses. Très tôt, les livres constituent son univers d’élection : elle devient tour à tour libraire, relieur, éditeur, scénariste, réalisateur et écrivain. Elle ouvre plusieurs librairies, tant à Paris qu’en province, et crée, en 1968, sa propre maison d’édition, l'Or du Temps, et devient de ce fait la première éditrice française. Le premier livre qu’elle publie, Le Con d'Irène (sous le titre édulcoré « Irène ») , attribué à Louis Aragon, est saisi 48 heures après sa mise en vente, le 22 mars 1968. Elle sera, par la suite, condamnée pour « outrage aux bonnes mœurs » et privée de ses droits civiques.

Elle publie ensuite un catalogue de livres écrits par des femmes (Les Femmes avant 1960). Elle publie une centaine d’ouvrages (notamment des livres d’Apollinaire, Gautier, Restif de la Bretonne et Mandiargues, entre autres), dont la plupart font l’objet d’interdictions diverses voire, pour certains, de poursuites pour outrage aux bonnes mœurs. De nombreux procès et de lourdes amendes l’obligent à déposer son bilan.

Elle a été présidente de la Société des Gens de Lettre et membre du jury du Prix Femina dont elle a démissionné en solidarité avec Madeleine Chapsal suite à son exclusion. Elle a également tenu une chronique à L'Humanité, dont des recueils ont été publiés.

Son roman La Bicyclette Bleue, premier de trois tomes composant l'ouvrage, a connu un grand succès populaire (plus de dix millions d'exemplaires vendus), mais a valu à Régine Deforges quelques démêlés judiciaires avec les héritiers de Margarette Mitchell, auteur d'Autant en Emporte le Vent, qui ne sont pas parvenus cependant à convaincre les juges que Régine Deforges avait plagié l'Américaine.

À titre personnel, elle est membre du comité d'honneur de l'Association pour le Droit de Mourir dans la dignité et co-signe en 2009 un texte réclamant la dépénalisation de l'euthanasie.

Elle est l'épouse du dessinateur du Nouvel observateur Pierre Wiazemski, dit Wiaz, dont elle a une fille. Elle a également eu un fils avec Pierre Spengler, un industriel.

 

Extrait

" Surgirent d'entre les rochers des hommes qui pointèrent leurs armes hétéroclites sur le groupe. Aucun bruit n'avait annoncé leur présence. Le capitaine s'avança en levant son kalachnikov. Après un bref conciliabule, Dang Van Viêt fit signe à sa troupe et à Tavernier de venir le rejoindre. Les nouveaux venus dévisagèrent François avec curiosité. Puis tous reprirent leur marche. Peu après, le capitaine Viêt ordonna de s'arrêter et pénétra seul dans une case sur pilotis bâtie au flanc de la montagne. Il en ressortit une dizaine de minutes plus tard.

- Le président vous attend. Ne le fatiguez pas, il est souffrant.

Il grimpa à son tour l'échelle de bambou. Seule une lampe posée sur une table éclairait la pièce aux murs de paille où on le fit entrer. Assis devant des cartes étalées sur la table, un homme d'une quarantaine d'années, aux épais cheveux noirs, leva la tête. Ce qui frappait le plus dans ce visage couleur d'ambre aux pommettes saillantes, aux narines larges, au front démesuré, à la bouche bien dessinée et aux lèvres sensuelles, c'était l'intensité du regard, puis l'intelligence qui en émanait. L'homme, vétu comme un paysan, lui sourit. François éprouva une sympathie immédiate et fit de même en inclinant la tête.

- Le président Hô va vous recevoir dans quelques instants. Veuillez vous asseoir, fit l'homme en désignant un petit tabouret.

- Je vous remercie. Excusez-moi, mais j'ai l'impression de vous avoir déjà vu quelque part ...

- Cela est possible. En 1946, j'accompagnais le président Hô Chi Minh en France.

- Je m'en souviens. Vous étiez le chef de la délégation vietnamienne à Fontainebleau... Vous êtes monsieur Pham Van Dông.

- C'est exact, monsieur Tavernier.

Une jeune fille vêtue d'un pantalon et d'une courte veste indigo gravit l'échelle. Elle portait un plateau de raphia où s'alignaient des gobelets et une théière en terre. A gestes gracieux, elle versa le thé.

- Servez-vous, monsieur Tavernier, soyez le bienvenu parmi nous."

 

Pham Van Dông

Pham van Dông qui sera 1er Ministre du Vietnam réunifié en 1976.

Hô Chi Minh ( Oncle Hô pour les Vietnamiens). Héro de l'indépendance du Vietnam et Président de la République démocratique du Vietnam.

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique