logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/12/2008

Dernières nouvelles du CHICAS

Hier, le Comité Technique d'Etablissement avait voté contre le plan de redressement du CHICAS, le Comité Médical ( les médecins) avait fait de même. Aujourd'hui, l'enjeu était d'obtenir un vote négatif du Conseil d'Administration. Déjà ces organismes avaient refusé, il y a quelques semaines, un premier plan de redressement. Pourtant, c'est exactement le même qui est aujourd'hui présenté assorti de quelques vagues promesses de l'Agence Régionale d'Hospitalisation (ARS). Mais les deux Maires de Sisteron et Gap semblent être rentrés dans le rang et décidés à voter en faveur du plan de redressement et des 64 suppressions de postes qu'ils avaient pourtant rejetés auparavant ! Roselyne a du les rappeler à l'ordre...

Après les manifestations de samedi 13 12 à Gap ( 150 personnes) et à Sisteron (250), un rassemblement était prévu aujourd'hui à l'ouverture du Conseil d'Administration. Une cinquantaine de personnes ont répondu présentes.


medium_SS101617.JPG



medium_SS101618.JPG


medium_SS101619.JPG


Et contre toute attente... le Conseil d'Administration a de nouveau rejeté le plan de redressement et ses suppressions d'emplois ! Le combat continue pour sauver l'Hôpital public ...

21:00 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : CHICAS, Hôpital, GAP, Sisteron, ARS | |  Facebook | |

14/12/2008

Dans la rue pour l'Hôpital public...

Hier, samedi 13 décembre, l'Intersyndicale CGT, CFDT, FO, Solidaire des Hôpitaux des Alpes du Sud appelait à la mobilisation. Deux manifestations étaient programmées. Une à Sisteron. Peut-être Jacques pourra-t-il nous en donner des nouvelles ... et une à Gap.

A Gap nous n'étions que 150 manifestants pour une cause, la défense de l'Hôpital public, qui en aurait mérité beaucoup plus. Aux côtés des personnels des Hôpitaux du département, quelques enseignants également en lutte, des usagers et des militants syndicaux. Il en faudra beaucoup plus si nous voulons stopper la casse de l'Hôpital public.

C'est un début, ne nous laissons pas aller au pessimisme.

Photos !

Devant l'entrée de l'Hôpital de Gap, avant le départ...

medium_SS101604.JPG


medium_SS101605.JPG


medium_SS101609.JPG


medium_SS101606.JPG


Et c'est parti pour un tour de ville...

medium_SS101611.JPG


medium_SS101612.JPG


medium_SS101613.JPG


medium_SS101614.JPG


medium_SS101615.JPG


Prochain RV, Mardi 16 décembre vers 18h. Défilé aux lampions où enseignants et hospitaliers ont prévu de converger pour défendre ensemble les services publics de proximité.

09/12/2008

Travailleurs saisonniers : salariés à part entière !

Une des réalités des Hautes Alpes, c'est la saisonnalité de son activité économique, essentiellement liée au tourisme. De ce fait, les salariés saisonniers sont évalués entre 10 et 12 000 dans le département. Autant de salariés qui vivent la précarité et les petits revenus en permanence, bien souvent couplés avec des conditions de travail pénibles, en particulier dans le secteur de l'Hôtellerie-Restauration.

Etre saisonniers, dans les Hautes Alpes, ce n'est pas un choix. Il n'y a pas d'autre alternative. 70% des emplois proposés par l'ANPE sont des contrats inférieurs à 6 mois. C'est tout dire ! Certains réussissent à alterner travail estival et travail hivernal par la pluriactivité, sans trop de coupure entre les deux. D'autres, après la saison hivernale quittent les Hautes Alpes pour chercher du travail ailleurs. D'autres enfin n'ont d'autre choix que de compléter leurs revenus avec les allocations chômage.

Ces derniers vont se voir privés de cette allocation au bout de trois périodes d'indemnisation. Pour certain, cela va tomber, dès ce printemps. Après la saison, plus rien ! Et cela suite à la convention UNEDIC signée en 2006 par le MEDEF et trois organisations syndicales de salariés : la CFDT, la CFTC et la CGC. Cette convention est actuellement renégociée. L'enjeu est énorme pour les saisonniers. C'est pourquoi ils se font entendre.

Aujourd'hui, ils se sont rassemblés à une soixantaine devant l'antenne ASSEDIC de Briançon.

medium_SS101573.JPG


medium_SS101579.JPG


medium_SS101576.JPG


Mais l'antenne ASSEDIC de Briançon, plutôt que de recevoir les salariés présents, avait préféré baisser les rideaux. Peut-être la direction avait-elle peur de s'entendre dire quelques vérités quant à sa façon de traiter les dossiers des saisonniers !

Donc, ces derniers se sont repliés vers l'antenne ANPE, où ils ont pu dialoguer avec la Directrice.

medium_SS101581.JPG


Prochains rendez-vous : le 16 décembre pour un Rassemblement à Paris et le 23 décembre pour une journée d'action avec grève dans les stations si l'UNEDIC persiste à vouloir les traiter comme des sous-salariés. Leur mot d'ordre : Saisonniers, salariés à part entière et non entièrement à part !

04/12/2008

Elections Prud'homales Hautes Alpes : résultats

Mauvaise nouvelle d'abord : le taux de participation trop bas, moins de 25%... Mais il faut dire que ces élections sont une course d'obstacle pour le salarié qui veut voter. Des patrons refusent de les laisser aller au bureau de vote, du matériel de vote par correspondance incomplet ( manque de bulletins ou d'enveloppes), cartes d'électeurs non reçues, suppression de bureaux de vote...

Bonne nouvelle ensuite : la CGT progresse de 1,76% dans le département avec 36,05%, loin devant la CFDT ( 26%) qui perd 0,5% et FO (20,6%) qui perd 2%. les autres listes CFTC, CGC, UNSA et Solidaire sont à moins de 10%.

Les nouveaux conseillers prud'hommes de Gap se répartissent ainsi : 11 pour la CGT, 9 pour la CFDT, 4 pour FO et 1 pour la CGC.

Nous voilà un peu mieux armés pour les luttes sociales à venir !

02/12/2008

Elections pRud'homales : 3 décembre.

Demain, mercredi 3 décembre, 30 000 salariés des Hautes Alpes sont appelés à élire leurs Conseillers prud'homaux.

La justice prud'homale française est unique en Europe. Rendue par des juges non professionnels élus par les salariés et les employeurs. Certains voudraient bien la voir disparaître. Le niveau de la participation des salariés à ces élections constitue donc un enjeu important.

Les Prud'hommes sont souvent le dernier recour pour les salariés face aux abus patronaux, au non respect du Code du travail, etc...

Mais ces élections seront également l'occasion de mesurer l'influence réelle des syndicats qui présentent des listes. Dans les Hautes Alpes, seuls la CGT, la CFDT et FO présentent des listes dans les cinq sections : encadrement, agriculture, activités diverses, industrie et commerce. La CGC, la CFTC, l'UNSA et Solidaire sont présentes dans certaines sections seulement.

Il y a 6 ans, la CGT avait progressé de 2,5% et était arrivée en tête devant la CFDT et FO. Voici quelques arguments pour que les salariés, demain, une fois de plus, fassent ... le bon choix !





29/11/2008

BTP des Hautes Alpes : "Situation catastrophique"

Dans notre quotidien régional de ce jour, Le dauphiné Libéré, Gérard Dupré, Président départemental du BTP, juge la crise que traverse actuellement le bâtiment « dramatique ». « On l'avait prévue, mais on ne pensait pas qu'elle serait aussi brutale. On la sentait venir avec la baisse des permis de construire par exemple. Actuellement la situation est catastrophique avec une situation qui s'installe et où on ne voit pas le bout du tunnel. Par ailleurs, le temps de réponse du gouvernement est trop long. L'année 2009 s'annonce très difficile. Déjà des entreprises se restructurent en réduisant leur personnel. Les premiers à souffrir sont les intérimaires, puis les CDD et l'on voit déjà des entreprises qui licencient. »

Le BTP s'écroule ...

medium_Destruction_252Bpar_252BTsahal_252Bd_2527un_252Bb_25C3_25A2timent_252Bdu_252BHamas_252B_25C3_25A0_252BGaza_252B18_252B01_252B08.jpg


Selon lui, pour limiter les effets de la crise, il faut envoyer " le personnel en formation, en mettant les gens en congés, en ayant recours au chômage partiel. La plupart des entreprises vont finir l'année tant bien que mal, mais n'ont rien l'an prochain. Des carnets de commandes pleins sur 1 ou 2 ans auparavant, nous en sommes à peine à 1 ou 2 mois. Et tout a basculé d'un coup. Presque d'une semaine à l'autre courant octobre. Dans le contexte difficile, nous voyons des entreprises extérieures au département, voire étrangères, venir nous concurrencer sur les marchés haut-alpins. La situation est telle que le secteur du Bâtiment va perdre 100 000 emplois l'an prochain au niveau national. Avant notre secteur créait environ 50 000 emplois par an ».

Attention, Danger ... manque de travail !


medium_tn_industrie0520_9664.jpg


Après le tourisme, le BTP est l'un des principaux secteurs pourvoyeur d'emploi du département. C'est donc bien d'une catastrophe sociale annoncée dont il s'agit... Face à cela la représentante de l'Etat, Mme la Préfète, réuni les banquiers et refuse d'associer les salariés pour faire le point de la situation et étudier les réponses à apporter. Les premiers à trinquer seront pourtant bien les salariés. C'est le patron des patrons du BTP du département qui le dit lui-même !

19:55 Publié dans Actu | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : BTP, Hautes Alpes, crise, économie | |  Facebook | |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique