logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/10/2010

Quel culot !

 Ils se gardent bien d'en parler !

Par un vote du 3 septembre 2010, les députés ont rejeté à la quasi-unanimité l'amendement n°249 Rect., déposé par trois députés, qui proposait d'aligner leur régime spécifique de retraite (dont bénéficient également les membres du gouvernement) sur le régime général des salariés.

Alors qu'ils n'ont de cesse d'expliquer l'importance de réformer rapidement un régime de retraite en déficit, les parlementaires refusent donc d'être soumis au régime de retraite de la majorité des Français. 

C'est ce qu'ils appellent une réforme "juste" paraît-il ! Alors pourquoi ne se l'appliquent-ils pas à eux ?

 
source :
www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/2770/277000249.asp

26/08/2010

Histoire d'en France ... Triste à pleurer !

Mardi 20 juillet, quatre policiers s’emparent de la famille ODIKADZE
> alors qu’elle sortait de sa chambre au centre de rétention
> administrative de Lyon pour le petit déjeuner et, ni une ni deux, sans
> leur laisser le temps d’avertir qui que ce soit ni le temps de prendre
> leurs affaires, ils les ont embarqués manu militari dans un avion
> spécialement affrété pour eux.
>
> DIRECTION LA POLOGNE !
>
> > Zinaida et David ont fui la Géorgie en juin 2009 car leurs familles
> n’acceptent pas leur mariage. Ils arrivent en Pologne et, comme si
> l’exil n’était pas suffisamment difficile et douloureux, des médecins
> détectent une hépatite C chez David. Cette hépatite vient de
> transfusions faites après des sévices infligés par l’une des familles.
>
> > L’horreur continue pour eux. Ils se retrouvent une nouvelle fois en
> fuite, suite aux violences dans le camp de réfugiés en Pologne. Ils
> arrivent en France espérant trouver asile et vivre normalement avec leur
> fils qui va alors bientôt naître.
>
> > Demande d’asile en France : non prise en compte. La France de Sarkozy
> veut les renvoyer en Pologne en raison des accords qui font d’eux des «
> Dublin 2 ».
>
> > Demande de carte de séjour comme étranger malade : refusée. Le préfet
> de l’Isère ne veut pas entendre leur histoire et veut les renvoyer en
> Pologne. Il n’accepte pas de prendre en compte l’état de santé de David.
>
> > 2ème demande de carte de séjour : refusée. Le préfet ne se contente
> pas cette fois-ci de fermer ses oreilles, il ordonne l’arrestation et
> l’expulsion de cette famille vers la Pologne.
>
> > Arrestation le 7 juillet
> > Centre de rétention de Lyon.
> > Expulsion prévue le 8 juillet.
>
> > L’avocat fait alors un référé qui permet de repousser l’expulsion.
> > Ouf ? Non !
>
> > Le tribunal administratif de Lyon maintien l’expulsion en toute
> connaissance du dossier : père malade, mère enceinte de son 2ème enfant,
> bébé malade d’une bronchite.
>
> > Le lendemain, le Juge des Liberté et de la Détention prolonge la
> rétention.
>
> > David devait subir une intervention médicale prévue de longue date ?
> Pas grave !
> > Georgi souffre d’une bronchite chronique et pleure toute la journée ?
> Pas grave !
> > Zinaida a des complications de grossesse ? Pas grave non plus !
> > Ils passeront l’été privés de leur liberté, enfermés dans une prison
> pour étrangers en attendant d’être expulsés.
>
> > Le 16 juillet, Zinaida est conduite d’urgence à l’hôpital Lyon Sud.
> Elle est entrain de faire une fausse couche mais son état ne nécessite
> pas une hospitalisation. Elle peut très bien finir sa fausse couche au
> centre de rétention entourée de son mari et son bébé eux aussi malades !
>
> > Le week-end passe entre douleur pour Zinaida, pleure pour Georgi et
> désespoir pour David. Lundi, Zinaida est reçu par le médecin du centre
> de rétention. Sa fausse couche est terminée, elle n’a pas besoin de se
> rendre à l’hôpital pour une visite de contrôle.
>
> > La machine à expulser de Messieurs Sarkozy et Besson s’est accélérée
> pour cette famille. Ils vont bien, sont en état de voyager et
> n’encourent aucun danger !
>
> > Expulsion.
>
> > Arrivés à Varsovie, Zinaida réussit à joindre son frère quelques
> courtes minutes au téléphone pour le prévenir et lui raconter les
> conditions de leur départ. Depuis nous sommes sans nouvelles car le
> téléphone ne passe plus, nous ne savons pas où ils sont, dans quelles
> conditions…
>
> ON VA JUSQU’OU COMME ÇA ?

09/08/2010

La manipulation

Dans une précédente note, le 6 août dernier, je criais ma colère suite à la parution du sondage publié dans le Figaro la semaine dernière concernant l'opinion des Français sur les mesures sécuritaires annoncées par Sarkozy à Grenoble.

Aujourd'hui ma colère est très largement atténuée car nous en savons un peu plus sur les circonstances dans lesquelles ce sondage a été effectué. En effet, depuis vendredi, et la publication dudit sondage, nombre d'analyses et de commentaires sont venus jeter un  trouble sur les conditions dans lesquelles ledit sondage s'est déroulé.

1. Le sondage a été entre les 3 et 5 août. Or 70% de nos concitoyens partent en vacances. Réaliser un sondage en période de vacances est inhabituel dans la profession.

2. Le sondage a été réalisé par ordinateur. Comment constituer un échantillon représentatif de la population, en plein mois d'août, en se limitant aux Français «connectés» ? Un petit tiers des Français n'ont pas accès à internet. Dans sa réponse, l'Ifop répond notamment que la population internaute a désormais le même profil que la population française. L'Ifop oublie de répondre à l'autre question cruciale : un Français connecté pense-t-il comme un Français non connecté ?


3. Les réponses «sans opinion» n'ont pas été prises en compte. C'est pourtant le B-A-BA du sondage. Normal,le sondage ne les prévoyait pas . En d'autres termes, le sondage donne une tendance des opinions positives ou négatives uniquement, ce qui a pour effet de gonfler les clivages.

4. La taille des sous-échantillons, par opinion politique, suscite quelques questions: l'Ifop mentionne dans ses tableaux que les résultats concernant les supporteurs de Lutte Ouvrière, du NPA, du Front de Gauche et ... de Jean-Marie Le Pen sont, dixit, «à interpréter avec prudence en raison de la faiblesse des effectifs» des sondés correspondants, inférieurs à 50.

5. Les questions sont biaisées. Il s'agit de se prononcer aux propositions sarkozyennes telles quelles, sans éléments de contexte ni d'alternatives. S'agissant des Roms, aucune définition n'est fournie. Aucun rappel des manques de places de campements non plus. S'agissant de la déchéance de nationalité, aucune question sur le «degré» de «Francitude» requis n'est évoqué.

6. Le sujet d'ensemble, la lutte contre l'insécurité, n'est pas replacé dans son contexte : les Français ont-ils le sentiment d'être davantage insécures qu'avant ? L'insécurité devance-t-elle le chômage ou la précarité dans leurs préoccupations du moment ? Cette lacune est moins le problème de l'iFop, simple prestataire, que du Figaro, le commanditaire.

7. Ce sondage a-t-il également été cofinancé par l'Elysée ou le gouvernement ? On se souvient du second rapport de la Cour des Comptes, en juillet 2009. La Cour avait révélé à l'époque que l'Elysée avait cofinancé près de 200 sondages en une année.

Pour moi, cela s'appelle de la manipulation de l'opinion. La méthode est simple. On saute sur l'occasion donnée par un fait divers pour caller un discours sécuritaire avec pour objectif de rassurer l'électorat de droite et du Frant national. On balance des annonces aux relents racistes et xénophobes dont on sait très bien que certaines ne seront pas applicables. Mais c'est l'annonce médiatique qui compte, pas la mise en oeuvre ! On commande un sondage bidon pou laisser entendre que les Français sont d'accord avec les mesures annoncées. Le tour est joué.

Ainsi, en pleine période vacances, on est parvenu à occuper la scène médiatique, à jeter le trouble dans l'opinion, à faire oublier les mauvais chiffres du chômage, la réforme des retraites, l'augmentation du prix de l'eléctricité, etc...

Pour plus d'infos sur les conditions de réalisation de ce sondage du Figaro : sarkofrance.blogspot.com/ et le site de l'hebdomadaire Marianne

06/08/2010

La France a peur

L'édition du Figaro de ce jour publie un sondage réalisé à la suite des annonces par Sarkozy de son énième plan "Sécurité". 80% des Français soutiennent les mesures annoncées. Chasse aux Roms suite à un fait divers monté en épingle qui ne les concernait même pas, chasse aux immigrés présentés comme source d'insécurité par le porte parole de l'UMP sans que cela fasse sourciller quiconque, déchéance de la nationalité ( et tant pis si cette mesure est inconstitutionnelle, c'est l'effet d'annonce qui compte !) pour les néo-français qui ne respecterons pas les lois françaises( une nouvelle catégorie de citoyens, des sous-citoyens qui doivent faire leurs preuves ?), peines d'emprisonnement pour les parents de mineurs qui ne respectent pas leurs condamnations, etc...

80% des Français et plus de 60% des sympathisants de gauche soutiennent ça! C'est à vomir. Ce n'est qu'un sondage diront certains, oui ... mais tout de même !

Pourtant Sarkozy est Président de la République depuis plus de trois ans. Avant il a été ministre de l'intérieur. Et les mesures sécuritaires n'ont cessé de pleuvoir durant toutes ces années. Résultat, il y aurait toujours autant d'insécurité ? Alors, c'est qu'il est nul !

Mais de quelle insécurité parle-t-on ? Qui parle de l'insécurité du lendemain pour les travailleurs précaires, pour ces femmes seules avec leur enfant obligées de trimer à temps partiel pour un salaire de misère et d'accepter les pires conditions de travail pour survivre ? Qui parle de l'insécurité des conditions de vie pour les 25% de jeunes qui sont au chômage  ( Il n'y en a jamais eu autant !) ? Qui parle de l'insécurité quotidienne dans les banlieues des grandes villes. Insécurité qui est surtout celle de ne pas savoir de quoi sera fait le lendemain quand les suppressions d'emplois se multiplient et que les conditions pour obtenir les aides sociales sont de plus en plus drastiques ... Qui parle des difficultés des stuctures sociales pour fonctionner dans ces quartiers faute de moyens ?

Quant aux faits divers hyper médiatisés qui de temps en temps embrasent les banlieues, ils ne servent qu'à stigmatiser des quartiers et des populations déjà marginalisées par  la société de la finance et du fric facile.

Quand c'est le sommet de l'Etat qui donne l'exemple du fric facile, des petits tripatouillages entre amis ...

Quand c'est ce même sommet de l'Etat qui détourne la loi pour faire financer par ses amis milliardaires ses partis politiques ...

Quand celui qui se présente aujourd'hui comme le monsieur propre est entouré  de personnalités, de ministres qui sont eux-mêmes ( ou leurs  proches) mêlés à des scandales en tous genres ...

Quand ce Monsieur Propre se vautre ostensiblement dans le luxe le plus vulgaire avec les Bouygues, Bolloré et autre milliardaires, sur leurs yachts, dans leurs salons ou résidences privées et se permet ensuite d'aller faire la leçon dans les quartiers déshérités, à des populations dont il n'a que faire !

Comment 80% des Français peuvent-ils encore tomber dans le panneau ? C'est Le Pen qui doit se réjouir. Il n'aura pas réussi à conquérir le pouvoir mais ces idées sont au pouvoir !

Je fais partie des 20% qui ne soutiennent pas ! Je fais partie de ceux qui face à cette politique de la haine et de la peur ont décidé de résister !

"Résistance", face à la peste brune qui, à travers la peur,  gagne les cerveaux. "Résistance" face à la stiglatisation trop facile, des pauvres, des immigrés, des pas pareils, des pas comme nous, des qui sont pas de chez nous.

Pour essayer de calmer cette colère qui m'emporte aujourd'hui, je vous propose trois chansons. Elles valent certainement mieux que mes discours . Et puis la musique adouci les moeurs !

Mickey 3D : La France à peur.

 Gorges Brassens : Ceux qui sont nés quelque part.

 

 Damien Saez : Fils de France

05/08/2010

Droit de suite : Grippe H1N1 ... Quand on vous le disait !!

La Commission d'enquête du Sénat vient de rendre son rapport sur le traitement de la fameuse "Grippe H1N1" par le gouvernement français.

Le rapport pointe le manque de rigueur du gouvernement vis à vis des laboratoires pharmaceutiques lors des commandes de doses de vaccins. Les laboratoires ont joué leur intérêt financier et le gouvernement a suivi.

Dans ce blog, nous dénoncions la collusion entre l'industrie pharmaceutique, l'OMS et le Ministère de la santé dans des notes publiées le 20 et le 31 août 2009 et le 10 janvier dernier. Aujourdh'ui le Sénat confirme comme l'illustre la video ci-dessous :

 
 
 

Selon les termes contenus dans le rapport rédigé par Alain Milon, membre de l’UMP et révélé par le magazine "Le Point", «L'ensemble de ces contrats se caractérise par leur remarquable déséquilibre et par la légalité douteuse de certaines de leurs clauses». Les conclusion se focalisent essentiellement sur les contrats signés entre le gouvernement et les laboratoires pharmaceutiques au mois de juillet et d’août de l’année dernière. A cette période, 94 millions de doses avaient été commandées pour parer à la pandémie de grippe A H1N1. Le gouvernement avait déboursé pas moins de 670 millions d’euros.

 La commission sénatoriale dénonce l’impossibilité du gouvernement à pouvoir modifier la commande par l’intermédiaire d’une clause de révision. «Il n'est pas admissible que des autorités chargées d'assurer une mission de service public d'une importance vitale soient à la merci des fournisseurs de vaccins», souligne le rapport .

Pour les sénateurs, le gouvernement n’a pas su gérer convenablement la pandémie. Il y a eu une «surestimation constante du risque par le gouvernement», une «dramatisation infondée de sa communication» et une «stratégie vaccinale surdimensionnée», avec «gaspillage des fonds publics». Les garanties sur l’efficacité du vaccin n’auraient pas non plus été mentionnées lors de la signature du contrat. Le gouvernement aurait donc accepté aveuglement les doses fabriquées par les vaccins pharmaceutiques. «Les modèles utilisés n'ont en effet pas envisagé l'hypothèse selon laquelle le virus A pourrait se révéler moins virulent que celui de la grippe saisonnière», précise le rapport. L'Institut de veille sanitaire avait prédit 96 000 morts en France. Il y  a eu 312 décès réels.

Mais aujourd'hui tout cela est loin et le rapport est rendu en plein mois d'août. Comme cela, aucun risque de nouveau scandale ...

03/08/2010

Maïs OGM : les mauvais coups de l'été

Selon le site internet du magazine l'Express de ce mardi 03 août 2010, le gouvernement a signé, dans la plus grande discrétion, le 25 juillet dernier un décret permettant la commercialisation de 38  maïs OGM en France en les inscrivant au catalogue officiel des semences. L'été, tous les mauvais coups sont permis !

Si Greenpeace et la Confédération Paysanne n'avaient pas soulevé le lièvre, l'information serait passée totalement inaperçue. Pourtant, en janvier 2008, la France avait déclenché auprès de Bruxelles une clause de sauvegarde qui permet à tout état membre de l'UE de suspendre la culture d'un organisme génétiquement modifié.

La France juge donc ces maïs trop dangereux pour être cultivés sur le territoire national mais pas pour en exporter la semence dans d'autres pays ! 

"En attendant, la France va être responsable de sa réintroduction en Europe", dénonce Arnaud Apoteker de Greenpeace. Car l'inscription au catalogue français "ouvre la porte à la culture en Europe", explique-t-il, puisqu'elle entraîne une inscription automatique au catalogue européen. Et de conclure, qu'"aujourd'hui, rien n'empêche plus la culture de ces maïs dans l'Union européenne".

Ce décret, comme le dénonce Greenpeace,  est une victoire pour le lobby agro-industriel. Une fois de plus le gouvernement fait la démonstration qu'il est aux ordres des multinationales quelqu'en soit le prix à payé pour la santé des populations.

 

 

14:52 Publié dans C'est dit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : maïs, ogm, l'express, monsanto | |  Facebook | |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique