logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/09/2009

DOMINIQUE VERSINI, DEFENSEURE DES ENFANTS, DECOUVRE QUE LE GOUVERNEMENT A DECIDE DE SUPPRIMER LE DEFENSEUR DES ENFANTS AU MOMENT DU 20ème ANNIVERSAIRE DE LA CONVENTION INTERNATIONALE DES DROITS DE L'ENFANT (CIDE)

 

 Alors que partout en France et dans le monde, se prépare le 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l'enfant, la Défenseure des enfants, Dominique VERSINI, découvre avec stupeur les 2 projets de loi présentés lors du dernier conseil des ministres (9/09/09) qui suppriment l'Institution du Défenseur des enfants créée par la loi du 6 mars 2000 en tant qu'Autorité indépendante chargée de défendre et de promouvoir les droits des enfants et diluent ses missions au sein d'un nouveau Défenseur des droits.

Dominique VERSINI, qui n'a été à aucun moment ni consultée ni auditionnée (malgré les demandes de rendez-vous qu'elle a formulées auprès de l'exécutif dès la connaissance du projet de création d'un Défenseur des droits fin 2007), conteste à la fois la méthode, qui relève de la maltraitance institutionnelle ainsi que les 2 projets de lois qui posent de nombreuses interrogations :

Le nouveau Défenseur des droits, qui a été institué par la réforme constitutionnelle du 23 juillet 2008 sans que son périmètre soit défini au moment du vote, a pour but, selon le projet, de renforcer et de donner plus de cohérence et de lisibilité à la protection des droits et des libertés des citoyens en le dotant de pouvoirs renforcés. Si tel est le but, on ne comprend pas pourquoi le Gouvernement a décidé de limiter son champ d'intervention aux compétences du Médiateur de la République, du Défenseur des enfants et de la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS), excluant de fait la protection de droits aussi fondamentaux pour nos concitoyens que ceux concernant les discriminations, le contrôle des lieux privatifs de liberté, la protection de la vie privée menacée par la multiplication des fichiers informatiques qui resteraient gérés respectivement par la HALDE, le Contrôleur général des lieux privatifs de liberté (CGPL) et la CNIL.

La Défenseure des enfants exprime son total désaccord sur le fait qu'ait été décidé arbitrairement et sans aucune concertation de dissoudre certaines autorités indépendantes et d'aménager une simple articulation avec d'autres.

Elle demande donc au Gouvernement d'expliciter sur la base de quelles logiques il a pris la décision de supprimer à mi-mandat une autorité indépendante de la République en charge de la défense et de la promotion des droits de l'enfant dont le travail est reconnu unanimement en France et à l'étranger.

Concernant plus spécifiquement les enfants :

La Défenseure des enfants rappelle que depuis sa création l'Institution a traité des réclamations concernant près de 20.000 enfants.

1. La Défenseure des enfants considère que cette nouvelle organisation va affaiblir la mission de défense et de promotion des droits de l'enfant :

- Les enfants (mais aussi leurs parents) ne s'adresseront pas facilement à un Défenseur des droits qui n'aura pas une compétence visible et spécialisée pour les enfants. Les modèles européens auxquels fait référence le projet de loi prévoient sous une forme ou sous une autre un Défenseur des enfants en tant que structure distincte ou adjointe du Médiateur général.

- En matière de défense des droits de l'enfant le projet de loi marque un recul par rapport à la loi du 6 mars 2000 qui a confié au Défenseur des enfants la mission de défendre tous les droits fondamentaux des enfants consacrés par la loi ou par un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé, et notamment la Convention internationale des droits de l'enfant à laquelle il n'est à aucun moment fait référence dans le projet.

Cela ne pourra qu'entraîner une réduction des interventions que la Défenseure des enfants est amenée à faire régulièrement auprès des pouvoirs publics en faveur d'enfants qui vivent des situations qui ne sont pas formellement interdites dans le droit français mais qui sont contraires à leur intérêt supérieur au sens de la Convention internationale des droits de l'enfant : par exemple, la présence d'enfants dans les Centres de rétention administrative, le traitement des mineurs étrangers isolés, l'accès aux soins des enfants de Mayotte, ... C'est donc l'Autorité morale et la force d'interpellation de la Défenseure des enfants à travers ses interventions et avis qui sont réduites.

- Le projet de loi ne prévoit rien sur le maintien de la mission de promotion des droits de l'enfant qui est affirmé dans l'article 5 de la loi du 6 mars 2000, que la Défenseure des enfants a développé considérablement en 3 ans - en partenariat avec des conseils généraux de tout bord politique et avec l'Education nationale - par la création de 32 « jeunes ambassadeurs »faisant leur service civil volontaire auprès de son institution et ayant sensibilisé sur les droits de l'enfant plus de 50 000 enfants en trois ans dans 12 départements.

Elle rappelle qu'elle anime également une équipe de 60 correspondants territoriaux qui la représentent sur tout le territoire. Leurs attributions (promotion des droits de l'enfant, médiations interinstitutionnelles de premier niveau lorsqu'un droit de l'enfant est menacé, liens avec les différentes autorités publiques, enquêtes de terrain sur la mise en oeuvre des droits de l'enfant, tutorat des jeunes ambassadeurs ...) diffèrent de celles des délégués du Médiateur de la République. Le projet de loi ne dit rien sur le devenir de ces hommes et de ces femmes issus de la société civile qui, souvent depuis la création de l'institution, se dévouent à la cause des enfants.

2. Dominique VERSINI rappelle que l'apport du Défenseur des enfants dépasse le traitement des réclamations et s'inscrit dans une réflexion de société sur les grandes questions concernant les enfants elle a fait des propositions de réformes législatives sur des questions de société reprises par le Gouvernement (le statut des tiers beaux-parents, la situation des enfants dans les séparations parentales conflictuelles,...), des propositions d'améliorations de politiques publiques (le rapport sur les Adolescents en souffrance mis en application par la ministre de la Santé a entraîné la multiplication des Maisons des adolescents et des équipes mobiles de pédopsychiatrie), des recommandations relatives aux mineurs étrangers isolés, aux tests ADN, et à la justice des mineurs.

 

En 2009, a été réalisée une grande consultation nationale donnant la parole aux collégiens et lycéens sur 10 sujets qui les concernent (famille, éducation, discriminations, violences, justice, handicap, santé, expression et la participation ...). Leurs 200 propositions, rassemblées dans un livre d'or de la parole des jeunes et destinées au Président de la République et au Parlement, seront rendues publiques par leurs porte-parole à la Sorbonne le 20 novembre 2009. Ces Défenseurs des enfants se réunissent en assemblée générale à Paris du 23 au 25 septembre 2009 pour échanger leurs expériences en matière de respect des droits de l'enfant en présence de représentants du Conseil de l'Europe et de la Commission européenne.Dominique VERSINI va assurer la Présidence du réseau européen des 35 Défenseurs des enfants (European Network of Ombudspeople for Children).

La Défenseure des enfants pense qu'il serait particulièrement opportun que le Gouvernement vienne à cette occasion expliquer aux jeunes le nouveau dispositif envisagé pour la défense de leurs droits.

 

La Défenseure des enfants invite le Gouvernement, le Parlement et la presse à venir les rencontrer pour comprendre leurs différentes modalités d'organisation qui, dans tous les cas, identifient nettement la visibilité de la fonction de Défenseur des enfants.

Dominique VERSINI considère que la suppression du Défenseur des enfants sous la forme décidée par le Gouvernement marque un recul dans le respect des droits fondamentaux des enfants et va à l'encontre des préconisations du Comité des droits de l'enfant des Nations Unies qui, dans son rapport du 22 juin 2009, a demandé au Gouvernement de « continuer à renforcer le rôle du Défenseur des enfants ».

domver.png

Pour mémoire :

Dominique VERSINI, conseiller d'Etat, ancien secrétaire d'Etat chargée de la lutte contre la précarité et l'exclusion (2002-2004) et Co-créatrice du Samu Social de Paris (1993), a été nommée Défenseure des enfants par décret du Président de la République le 29 juin 2006 pour une durée de 6 ans (2006-2012). Elle a succédé à Claire Brisset (2000-2006), actuelle médiatrice de la Ville de Paris.

 Pour apporter votre soutien  :http://www.defenseurdesenfants.fr/

15/09/2009

Quand Sarko va à l'hosto ...

Témoignage de deux élèves infirmières de l'Hôpital Paul Brousse (Av. Paul Vaillant Couturier, à Villejuif 94800)

"Le 18 septembre (entre 12h et 14h) Nicolas Sarkozy sera l'invité du centre hépato-biliaire (réputé pour sa 1ère greffe hépatique) pour fêter la 2500è greffe.

Seulement, pour sa visite, l'hôpital dépensera 170 000€ pour un chapiteau qui recevra 3000 personnes (seuls 600 seront des greffés, le reste, des personnalités) soit l'équivalant de 5 postes et demi qui auraient pu être créés en 1 an !!!!

sarkozy-sancerre.jpg

De plus, à partir du 15 au soir : personne n'aura le droit de se garer dans l'hôpital, même les soignants qui seront obligés de se garer à 15-20 min à pied de l'hôpital, les consultations seront fermées le jour de sa visite. Et la moitié de l'hôpital sera interdit d'accès le jour de sa visite.  Nous devrons prouver (bien entendu) que l'on travaille dans cet hôpital pour pouvoir entrer. Les syndicats seront parqués, il vient juste pour se faire de la pub, ainsi que favoriser celle de l'hôpital, mais il n'y aura aucune possibilité de profiter de l'occasion pour l'atteindre et parler des problèmes des hôpitaux, encore une fois la réalité sera cachée.

Les syndicats de l'hôpital et le parti communiste de Villejuif tenteront une/des actions, un rassemblement, avertir les médias et la population villejuifoise de sa visite, etc... l'idéal serait que d'autres militants (soignants ou non) des autres villes nous rejoignent et que cela passe dans les infos...

 Nous comptons donc sur vous pour diffuser ce mail à un maximum de personnes, pour dénoncer la technique "sarkozyste"...

 En vous remerciant,"

 Cécile M., Marion T.

 

sarkozy-reforme-hopital.jpg

07/09/2009

La leçon d'économie à l'américaine...



Ça se passe dans un tout petit village américain qui vivait du tourisme,
Sauf qu'à cause de la crise il n'y a plus de touristes.
Tout le monde emprunte à tout le monde pour survivre.
Plusieurs mois passent, misérables....
Arrive enfin un touriste qui prend une chambre dans l'unique hôtel du coin.
Il la paie avec un billet de $100.
Le touriste n'est pas plutôt monté à sa chambre que l'hôtelier court porter
le billet chez le boucher, à qui il doit justement cent dollars.
Le boucher va aussitôt porter le même billet au paysan qui l'approvisionne
en viande.
Le paysan, à son tour, se dépêche d'aller payer sa dette à la prostituée à
laquelle il doit quelques passes.
La prostituée se rend de suite à l'hôtel pour rembourser l'hôtelier,
qu'elle ne payait plus quand elle prenait une chambre à l'heure.
Comme elle dépose le billet de $100 sur le comptoir, le touriste, qui
venait dire
à l'hôtelier qu'il n'aimait pas sa chambre et qu'il n'en voulait plus,
ramasse son
billet et disparaît . . .
Rien n'a été dépensé, ni gagné, ni perdu.
N'empêche que plus personne dans le village n'a de dettes. Et . . .
N'est-ce pas ainsi qu'on est en train de résoudre la crise mondiale ? ? ?

19:33 Publié dans C'est dit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crise, amérique | |  Facebook | |

31/08/2009

Les fabricants de vaccins contre la grippe H1N1 viennent d’obtenir l’immunité juridique

Un article de F. William Engdahl publié sur le site du Centre de recherche sur la mondialisation ( http://www.mondialisation.ca )qui poursuit la réflexion sur la réalité de la supposée pandémie et les intérêts qui y sont liés.

a_WEngdahlHome04.jpg
F. William Engdahl

" La secrétaire d'Etat U.S. à la santé, Kathleen Sebelius, vient de signer un décret conférant une totale immunité aux fabricants de vaccins contre la grippe H1N1, en cas de poursuite judiciaire. De plus le programme accéléré - de 7 milliards de dollars - pour la fabrication du vaccin qui devra être mis sur le marché à l'automne ne prévoit pas de test de sécurité. Y aurait-il un programme sous-jacent à l'officielle et hystérique campagne de l'OMS destinée a élever la prétendue grippe porcine au rang de pandémie ?

 

sebelius.jpg
Kathleen Sebelius

Tout d'abord, ni l'OMS ni le CDC ni aucune instance scientifique n'a produit de preuve quant à l'existence de ce nouveau virus H1N1, virus qui devrait être isolé, caractérisé et photographié par un microscope électronique en vertu des procédures scientifiques habituelles lorsqu'il existe un danger de pandémie.

L'actuelle panique provoquée par campagne officielle sur les dangers supposés de la grippe porcine prend des allures de roman de science-fiction Orwellien. Le décret signé par Sebelius accorde l'immunité à ceux qui fabriquent le vaccin contre la grippe porcine conformément aux dispositions de la loi 2006 sur les urgences de santé publique.

Un SAGE peu sage

Sur recommandation du « Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale » à l'Organisation Mondiale de la Santé ( OMS ) à Genève, l'OMS a déclaré que le H1N1 était en phase 6 , stade de la pandémie, activant ainsi un programme d'urgence qui pourrait être mis en place même dans des pays comme l'Allemagne où les cas « supposés » de contamination au H1N1 se comptent sur les doigts d'une seule main.

Depuis 2005, le directeur du SAGE ( Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale à l'OMS ) est le Docteur David Salisbury, responsable du groupe de vaccination et des maladies infectieuses au Ministère de la santé du gouvernement britannique. Dans les années 80, le Dr Salisbury a été sévèrement critiqué pour avoir mené une campagne massive de vaccination des enfants avec le vaccin ROR ( rougeole-oréillon-rubéole ) fabriqué par le prédécesseur de GlaxoSmithKline. Ce vaccin fut retiré du marché japonais après que des effets secondaires aient été constatés chez de nombreux enfants vaccinés. Le gouvernement japonais a été obligé de payer d'importantes indemnités aux victimes. En Suède, le vaccin ROR de GlaxoSmithKline fut retiré de la circulation après que des scientifiques aient établi le liens entre le vaccin et la maladie de Crohn. Apparemment ces éléments n'ont guère perturbé le directeur du groupe SAGE de l'OMS, le Dr Salisbury

salisbury_david040429.jpg
Dr David Salisbury

Selon un chercheur britannique indépendant, Alan Golding qui a obtenu les documents sur ce cas, en 1986, Trivirix, un vaccin combiné ROR contenant une souche vaccinale d'oreillons Urabe AM-9 fut introduit au Canada en remplacement du MMR I. Les inquiétudes concernant l'introduction de ce vaccin en Grande-Bretagne ont été consignées le 26 juin, dans le compte rendu du Groupe de liaison pour le « Groupe de travail de l'Association des pédiatres britanniques » et le « Comité sur la vaccination et l'immunisation ». Inquiétudes fondées car les rapports ont mis en évidence une augmentation de méningites aseptique chez les individus vaccinés. Tous les vaccins ROR contenant la souche Urabe ont été retiré du marché canadien en 1988, c'est à dire bien avant que les vaccins contenant cette souche soient homologués par le Ministère de la santé britannique et utilisé au Royaume-Uni.

Les rapports ajoutent que Smith-Kline & French, devenue Smith-Kline-Beecham et qui à l'époque étaient impliqués dans la production anglaise, étaient préoccupés par les questions de sécurité et hésitaient à demander une licence britannique pour leur vaccins contenant la souche Urabe. Leurs préoccupations concernant les possibles préjudices d'un de leurs produits sur les enfants, les conduisit à demander au gouvernement britannique de les garantir contre toute action en justice résultant d'un dommage lié au vaccin. Sur les conseils du Dr Salisbury et des représentants du ministère de la santé, le gouvernement britannique, enthousiaste à l'idée d'obtenir des vaccins bon marché, donna son accord.

Aujourd'hui, le même Dr Salisbury promeut l'usage du vaccin, non testé, H1N1 également produit par la même entreprise qui s'appelle maintenant, GlaxoSmithKline.

La dernière intox sur la grippe porcine

C'est en 1976, que le gouvernement des USA fut confronté pour la dernière fois à un nouveau virus de grippe porcine. Il y eut une campagne nationale de vaccination à la suite de laquelle des milliers de personnes ont demandé des dommages et intérêts alléguant qu'elles avaient subi des effets secondaire dus à la vaccination.

Cette fois-ci le gouvernement a pris des mesures pour empêcher tout procès intenté par les milliers de citoyens américains qui souffriront des sévères complications dues aux vaccins non testés.

L'histoire s'assombrit maintenant que l'Administration Obama a signé le document conférant l'immunité en cas de poursuites judiciaires. La FDA ( Food and Drug Administration ) américaine et les autorités sanitaires au Royaume-Uni ont décidé de laisser l'industrie pharmaceutique introduire sur le marché les vaccins sans que leurs possibles effets secondaires ne soient évalués. Les premières doses de vaccins seront délivrées au public avant que leur innocuité et leur efficacité ne soit avérées. Les vaccins non testé sont délivrés en deux doses. Une des marques de vaccin contiendrait un additif chimique - adjuvant - afin de renforcer l'effet, augmentant dramatiquement le potentiel d'effets secondaires.

Les enfants seront en première ligne et pourraient être vaccinés un mois avant que les résultats des essais ne soient connus. En Grande-Bretagne, les services de santé du gouvernement se sont préparés pour un scénario qui prévoit, durant l'hivers, 65 000 décès dont plusieurs milliers d'enfants. Le gouvernement britannique a commandé 132 millions de doses de vaccins aux fabricants Baxter et GlaxoSmithKline qui ,dans la perspective d'une pandémie, ont obtenu par avance une licence pour trois « bases » de vaccins, alors même que l'OMS et les épidémiologistes nous disent que nous ne pouvons pas nous préparer à l'avance du fait d'une possible et inquiétante mutation de l'actuel et si peu dangereux H1N1.

Curieusement, un an avant que le premier cas de la prétendue grippe porcine ne soit décelé, la plus grande firme pharmaceutique Baxter, a déposé un brevet pour un vaccin contre le H1N1 : Brevet US 2009/0060950 A1 qui stipule « la composition ou vaccin composé de plus d'un antigène ... comme la grippe A et B en particulier prélevé sur un ou plus des types humains de H1N1, H2N2, H3N2, H5N1, H7N7, H1N2, H9N2, H7N2, H7N3, H10N7, de grippe porcine H1N1, H1N2, H3N1 and H3N2 sous-type, de la grippe du chien ou du cheval H7N7, H3N8 sous-type ou de la grippe aviaire H5N1, H7N2, H1N7, H7N3, H13N6, H5N9, H11N6, H3N8, H9N2, H5N2, H4N8, H10N7, H2N2, H8N4, H14N5, H6N5, H12N5 sous-type."

La demande de brevet précise : « des adjuvants appropriés peuvent être choisis à partir de gels minéraux, d'hydroxyde d'aluminium, d'agents de surface, de lysolecithin, de pluronic polyols, de polyanions, ou d'émulsions d'eau et d'huile. Bien sûr la sélection de l'adjuvant dépend de l'utilisation. Par exemple la toxicité dépend de l'organisme auquel le produit est destiné et peut varier d'une toxicité nulle à une toxicité élevée. »

En l'absence de toute responsabilité juridique se pourrait-il que Baxter se prépare à vendre des millions de doses de vaccins contenant un adjuvant hautement toxique tel que l'hydroxyde d'aluminium ? Il serait peut-être temps de demander à tous les responsables de l'OMS, du SAGE, du CDC et des membres de l'Administration Obama, d'être les premiers à se faire inoculer la dose entière de vaccin H1N1 qui sera distribuée au public. Nous devrions ajouter à la liste des premiers vaccinés, tous les membres du Congrès qui ont voté l'allocation d'urgence de 7 milliards de dollars et qui ont entériné l'immunité accordée aux firmes pharmaceutiques dans l'éventualités de procès. La population n'a pas à servir de cobaye pour les essais d'un nouveau vaccin. Nous pourrons observer les résultats. Le même principe doit s'appliquer à tous les gouvernements et organismes de santé qui demandent à leurs citoyens d'expérimenter les vaccins H1N1 de GlaxoSmithKline ou de Baxter, afin de vérifier leur innocuité.

Et l'OMS cessa de surveiller le H1N1

 

logo_oms.gif

Un autre élément indique, qu'avec ce scénario alarmiste de l'OMS, on nous prend pour des imbéciles. L'OMS elle même, l'organisation mondiale chargée de surveiller les foyers de ce que l'on nomme pandémies, voire même « pandémies mondiale » ( sic ) vient juste de décider d'arrêter le suivi de l'évolution de la grippe porcine ( ou de virus H1N1 comme on préfère l'appeler maintenant afin de ne pas froisser les producteur de porcs)

Dans une note d'information, déroutante, postée sur son site web, l'Organisation Mondiale de la Santé indique qu'il n'est plus nécessaire de recenser les cas de H1N1. La dernière mise à jour de l'OMS, en date du 6 juillet, indique 94 512 cas confirmés dans 122 pays, dont 429 décès. Apparemment l'OMS affirme que le nombre de cas confirmés en laboratoire est insignifiant. La note précise que les pays continueront à notifier les premiers cas confirmés. il est également indiqué que les pays doivent suivre les groupes de cas graves ou mortels qui peuvent indiquer une mutation du virus vers une forme létale. Il est dit qu'il faut « être vigilant » en cas d'augmentation d'absentéisme scolaire ou d'augmentation du nombre de consultation dans les services d'urgences.

Le « Centre de contrôle et de prévention des maladies »( CDC ) d'Atlanta est d'accord avec l'OMS pour arrêter le décompte. Le Docteur Michael T. Osterholm, directeur du « Centre de recherche sur les maladie infectieuses de l'Université du Minnesota », admet que les tests existants pour confirmer le H1N1 sont empiriques et peu sûrs et affirme : « de mauvaises mesures sont pires que pas de mesures du tout ». Ainsi l'OMS a décidé de supprimer les tests qui de toutes façons ne permettent pas de déterminer scientifiquement qui est atteint du H1N1 et qui ne l'est pas. Et ainsi ils ont décidé de supprimer le décompte des résultats des tests, mais aussi des cas de grippe H1N1, avec pour tout commentaire : « nous présumons que presque tous les cas sont des cas de grippe porcine H1N1 ». Et c'est sur des bases aussi scientifiques que celles-là que nous devons faire vacciner nos jeunes ? Stop là ... pas avec nos enfants."


Article original en anglais, Now legal immunity for swine flu vaccine makers, publié le 19 juillet 2009.

Traduction : Laurence Kalafatides, Oulala.net.

F. William Engdahl est l'auteur de Pétrole, une guerre d'un siècle : L'ordre mondial anglo-américain, et de Seeds of Destruction: The Hidden Agenda of Genetic Manipulation



Son site : www.engdahl.oilgeopolitics.net.

27/08/2009

Cliniques / Hôpitaux : comparaison ne vaut pas raison !

touchepas.png

Dans un communiqué de presse, la fédération Hospitalière de France dénonce la campagne de lobing lancée par les cliniques pour obtenir des augmentations de leurs tarifs.

Comparaison des hôpitaux et des cliniques : pas les mêmes missions, pas les mêmes prestations, pas les mêmes tarifs


La Fédération Hospitalière de France dénonce la campagne de communication organisée par les cliniques commerciales pour obtenir une hausse de leurs tarifs. Elle tient à souligner que les exemples avancés démontrent clairement l'inanité des arguments employés :
1. Un écart de tarif de 398 euros en matière d'obstétrique... sans tenir compte bien-sûr desdépassements d'honoraires facturés par les libéraux qui ont dépassé l'an dernier deux milliards d'euros, contre environ cent millions dans les établissements publics. Pour les Français, qui y seront soignés quel que soit leur revenu, c'est l'hôpital public qui est la solution la moins coûteuse.
2. Un écart de tarif de 1351 euros pour une embolie pulmonaire... sans préciser l'importance pour cette pathologie des services d'Urgences et Réanimation dont seuls disposent les hôpitaux publics. Pour les Français, qui auront accès à un plateau technique de pointe, c'est l'hôpital public qui est la solution la plus sûre.
3. Des écarts de tarif pour des actes comme les drains transtympaniques qui mettent surtout en lumière l'importance des différences de pratique médicale entre les secteurs. Ce n'est pas la multiplication des actes médicaux, mais leur pertinence, qui permettra à la Sécurité Sociale de retrouver l'équilibre. Pour les Français, c'est à l'hôpital public que l'on trouvera l'application la plus rigoureuse des référentiels de qualité.
4. Des écarts imaginaires dans de nombreux autres cas car, contrairement aux affirmations, ils ne tiennent pas compte des honoraires médicaux (ainsi des soins palliatifs où l'écart est de 302 euros et non de 1585 euros) ou des examens d'imagerie ou de biologie dont le coût
doit être ajouté aux tarifs des cliniques .
Les cliniques commerciales choisissent les pathologies les plus rentables. Dès qu'une activité est déficitaire (Réanimation, unité neurovasculaire, pédiatrie, soins aux diabétiques...), c'est en effet l'hôpital public qui l'assume, comme il est le seul à accueillir les patients les plus fragiles et ceux qui ont besoin des soins les plus lourds, comme il sera le seul à faire face demain aux risques de pandémie.


En cette période de crise, l'urgence est bien de conforter les structures qui accueillent tous les patients, vingt-quatre-heures sur vingt-quatre, sans discrimination, pas d'augmenter la rémunération des actionnaires des cliniques. Le seul actionnaire des hôpitaux publics, c'est le patient.


Claude Evin, Président
Gérard Vincent, Délégué Général

23/08/2009

Géraldine, à Saint Grégoire du Vièvre

Enseignante à Saint Grégoire du Vièvre dans l'Eure (300 habitants), elle s'adresse au Président sous la forme d'un poème, véritable cri du coeur, cri de colère, cri de solidarité et d'humanité.

Mais nous le savons bien, la valeur humaine, notre cher Président n'en a rien à secouer ! Comme disait l'autre, il faut dégraisser le mamouth  et pour cela toujours plus de précarité, de jeunes recrutés, non formés et jetés après avoir rendu tant de services ...

Une autre raison, s'il en était besoin de se révolter.

conte.gif

Monsieur Le Président,
 
Merci de lire ce message,
  Un p'tit bonheur sur une page,
  Une douceur..pour l'Education Nationale.

  Je le confie à la toile,
  La grande toile du progrès,
  Afin qu'il tisse les voiles...
  De la solidarité,
  Et qu'il rayonne aux ondes...
  De l'humanité.

  Je suis Professeur des Écoles
  Dans un petit village de l'Eure,
  Trois cents âmes y demeurent,
  Et vingt- six élèves à l'école...
  Une classe, dite « unique »,
  Mais cinq cours, dits multiples...

  Dans cette école une chance,
  Un p'tit morceau de bonheur,
  Qui s'écrit avec ces trois lettres:
  Employée de la Vie Scolaire...

  Pour l'Education Nationale,
  Un p'tit bonheur, c'est pas banal,
  Un léger baume sur le coeur
  De cette Grande Dame
  Un peu...bancale !

  Notre bonheur, c'est Géraldine,
  En silence elle participe
  A la guérison d'la Grande Dame...
  Elle est..une Valeur Ajoutée
  HUMAINE rentabilité,
  Et c'est du bonheur ...assuré !

  Dès le matin, elle s'active,
  C'est sur le net qu'elle s'incline
  Les courriers, les notes de service,
  Toutes les infos de l'inspectrice,
  Et celles de l'Académie...

  Mes mots notés au brouillon,
  Les compte-rendus de réunion,
  Tapés, imprimés, photocopiés,
  Enveloppés, adressés, timbrés,
  Prêts à être distribués...

  Encadrés, les derniers dessins des CP,
  Affichés, sinon...à quoi bon dessiner?
  Un CM vient montrer son texte sur le musée,
  Elle l'aide à le recopier, à taper sur le clavier...
  Afin de ne pas gêner, le travail commencé,
  Un autre enfant vient finir avec elle l'exercice,
  Elle explique et décortique, redonne de l'énergie..

  Rangée la bibliothèque,
  Notés les livres prêtés,
  Elle prépare la maquette,
  La une du journal scolaire...

  Ah! Notre petit journal
  « Magique », ils l'ont appelé
  Quel travail de fourmi,
  J'y passerai......des nuits ?

  Sonne la récréation, une mi-temps pour souffler,
  Elle me rejoint, souriante, à la main nos deux cafés,
  Quelques chaudes gorgées, entre... deux conflits à régler,
  Des solutions à trouver, des mots à reformuler,
  Une écorchure à soigner, une blessure à consoler...

  Et puis...c'est reparti !
  Sur les chemins de la connaissance,
  Vaincre ainsi sans cesse l'ignorance,
  Avec labeur, effort, sérieux,
  S'ouvrir l'esprit, être curieux.

  Ne pas oublier l'insouciance,
  De tous ces êtres en enfance,
  La bonne blague!... On la mettra dans le journal,
  Les bons gags, et les rires, c'est vital !

  Dans les pots
  Les peintures sont bien préparées,
  Quatre enfants sur un chevalet,
  Deux à l'ordi pour recopier,
  Les autres en dessin sur papier,
  ..Sans elle, jamais...
  Ce ne serait si bien géré.

  Le soir, coup de fil...
  C'est Géraldine,
  A sa voix, je perçois,
  Une blessure qui abîme...
  Ecoute, me dit-elle...c'est à pleurer !
  Du « Pôle Emploi » j'ai reçu...un imprimé,
  Dans quelques semaines, c'est marqué,
  Votre contrat est terminé...
  Ils me demandent ce que j'ai fait,
  Pour trouver un futur emploi..
 
  Sa voix se fêle... »J'ai..un emploi! »
  Ils me demandent ce que j'ai fait,
  pour me former, pour m'insérer,
  Sa voix se gèle.... puis accélère: « Je...suis formée,
  depuis trois ans, j'me sens utile, insérée et c'est varié,
  pas bien payé, mais..j'veux rester ! »
  Sa voix s'étrangle... c'est à pleurer...

  Ils me demandent mes compétences
  C'que j'ai acquis, que vais-je répondre?
  Il y a l'espace ...d'UNE LIGNE
  UNE LIGNE.... mais tu te rends compte !

  J'ai honte, honte...il aurait fallu UNE PAGE
  Au moins UNE PAGE pour répondre,
  J'ai honte, honte..pour notre Grande Dame
  Pour ceux qui l'ont créée, l'ont fait évoluer,
  Qui a tant appris aux enfants,Qui a tant encore à leur apprendre..

  Et Géraldine ???
  On n' lui dira même pas MERCI
  Bien sûr, pas de parachute doré,
  Et même pas d'indemnité
  Ils lui précisent... Oh!..comme ils disent
  D'étudier ses droits...pour..le R.M.I.
  Elle a raison...c'est à pleurer..

  Alors qu'on demande chaque jour,
  A nos élèves de dire « Bonjour »
  De dire « Au revoir » et.... « Merci »
  De s' respecter, d'être poli
  Comme vous dîtes, Monsieur Sarkozy...
  Que vais-je dire, à la p'tite fille,
  Qui l'aut're jour, près de moi ,s'est assise,
  Et ,toute fièrement, m'a dit:
  « Tu sais, Maîtresse,moi, quand j'serai grande,
  J'irai au collège, comme mon grand frère,
  J'irai au lycée, j'passerai mon bac,
  Et je ferai...comme Géraldine! »

  Je sursaute.. Mon coeur se serre..C'est à pleurer.

  C.Picavet

  Professeur des écoles
  à l'école des Livres Magiques
  Saint-Grégoire du Vièvre (Eure)

arton419.jpg


  En hommage à toutes les Géraldine, Florence, Sabrina, Laurence,Elodie,
  à tous les Philippe, Sébastien, et bien d'autres qui ont valorisé mon
  travail, et participé à la guérison d'la Grande Dame...
  qui est encore bien malade...

  Je ne crois pas à la peur, je crois à la force et à la magie des mots,
  Et pour garder notre bonheur, il suffirait de quelque Euros...
  Quel patron, quelle entreprise, après trois ans de formation,
  Jetterai son salarié, pour prendre un autre, recommencer ?
  Quel jardinier, quel paysan, brûlerai sa récolte mûre, après avoir semé, soigné?

  Je n'ai pas fumé la moquette
  Je veux seulement que l'on arrête,
  De prendre les gens pour des pions,
  Qu'on arrête de tourner en rond !
  Torpillé le « Chagrin d'école »
  En mille miettes de BONHEUR !
 
  En l'honneur de tous ces p'tits bonheurs..
  INONDONS LE NET
  les amis, les décideurs,
  les chômeurs, les travailleurs,
  les directeurs, les inspecteurs,
  employés et professeurs,
  députés, ministres,
  r'm'istes ou artistes,
  chanteurs, compositeurs, rapeurs, slameurs,
  radios, journaux, télés,

  et à tous ceux qui sont...parents...d'un enfant..
  enfin à chaque être humain de ce pays
  qui j'espère un jour dans sa vie,
  a bénéficié d'un peu de bonheur,
  de cette Valeur Ajoutée
  HUMAINE rentabilité,
  dans le giron de la Grande Dame.

  P.S: Ironie..... A la rentrée, c'est presque sûr
  Notre petite école rurale
  Sera dotée d'une Valeur Matérielle Ajoutée,
  Des fonds ont été débloqués,
  Huit ordinateurs et un tableau interactif
  Une « classe numérique »
  Nous serons à la pointe du progrès ! Et pour cela, je serai formée !
  Mais, qui m'aidera à installer, et à gérer, sans Valeur
  Humaine Ajoutée
!

 

rubon17.jpg
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique