logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

06/10/2008

Lire en fête - J'ai aimé : "L'oiseau bariolé" de Jerzy Kosinski

Jerzy Kosinski, d'origine juive, est né en Pologne en 1933. Pays qu'il a quitté en 1957 pour s'installer aux Etats-Unis. C'est donc enfant qu'il a traversé la Seconde Guerre Mondiale dans son pays d'origine. Cette expérience intime le marquera à jamais. Dans l'avant-propos du roman, il déclare : "Je savais que les évènements réels avaient été beaucoup plus brutaux que les fantasmes les plus bizarres".

medium_4530.jpg


"L'Oiseau bariolé", écrit en anglais, fut publié aux Etats-Unis en 1965. Il est disponible, en poche, aux éditions "J'ai Lu", précédé d'un avant-propos de l'auteur.

medium_9782290006283.gif


Son objectif, avec "L'oiseau bariolé" ? Dépeindre l'homme "dans son état le plus vulnérable, celui d'un enfant, et la société sous la forme la plus meurtrière, en état de guerre".. A sa sortie, le livre partagea la critique. Il fit les frais d'attaques de certains à l'Est le jugeant téléguidé par les Américains et y voyant une charge contre les régimes d'Europe de l'Est. Mais aux Etats-Unis même, le livre fut jugé par d'autres trop complaisant avec l'armée soviétique. En Pologne le livre fut rejeté à cause de l'image obscurantiste qu'il donne des habitants des campagnes Polonaises.

Il s'agit en fait d'une métaphore apocalyptique de l'Histoire. A chaque page se rencontrent l'épouvante, la barbarie, la violence et la haine. L'écriture très froide et distanciée ajoute à l'aspect implacable des évènements vécus par l'enfant.Un désespoir définitif à l’endroit de l’Homme anime ces pages implacables.

A 6 ans, Jurek est envoyé à la campagne par ses parents qui pensent ainsi lui épargner les conséquences de la guerre. Mais, rejeté car différent physiquement par la couleur de ses cheveux, le petit garçon va de village en village et ne recontre qu'hostilité et superstitions.

medium_51WX27DJS3L._SL500_AA240_.jpg



Pourquoi ce titre "L'oiseau bariolé" ?


Un des personnages du livre, rencontré par Jurek, s'amuse à peindre des oiseaux de couleurs vives. Puis il les remet en liberté dans la forêt au milieu des autres oiseaux. Ceux-ci ne reconnaissent pas leur congénère et l'attaquent jusqu'à le mettre en lambeaux.

Cette histoire et une métaphore de la propre histoire du héro du livre. L'enfant cherche à se faire accepter des villageois qu'il rencontre sans y parvenir mais, au contraire, en provoquant violence et barbarie de leur part, à cause de sa différence de couleur de cheveux.

Les premières lignes.

" Je vivais dans la cabane de Marta et j'attendais chaque jour, chaque heure, que mes parents viennent me chercher. Je pouvais bien pleurer, mais à quoi bon ? Marta se souciait peu de mes pleurnichements.
Elle était vieille, et se tenait toujours courbée, comme si elle cherchait à se casser en deux. Ses longs cheveux, jamais peignés, étaient noués en plusieurs nattes épaisses, impossibles à dêméler. Elle les appelait "ses tresses de fée". J'aurais dit "les tresses du diable", car des puissances infernales les habitaient, qui attiraient peu à peu Marta, par ses cheveux, vers la sénilité."


Un livre immense.
medium_l-JKjpg.jpg

05/10/2008

Lire en Fête - J'ai aimé : "Beloved" de Toni Morrison

Je découvre depuis peu la littérature nord-américaine. Mes goûts et peut-être une certaine mode éditoriale m'avaient porté dans mes plus jeunes années vers les écrivains sud-américains qui tiennent d'ailleurs toujours une place importante dans mes choix de lecture.
C'est donc au fil de mes rencontres dans les rayons des libraires que j'ai commencé à approcher les écrivains américains, ou plutôt, états-uniens.

Ma dernière découverte, fut Toni Morrison et son roman "Beloved", publié aux Etats-Unis en 1987 et en France en 1989. Disponible en poche aux éditions 10-18 "Domaine étranger" - Christian Bourgois Editeur. "Beloved" est le 5eme roman de cette écrivaine, née dans une famille ouvrière de l'Ohio en 1931. Il lui a valu le Prix Pulitzer.

medium_2264039167.jpg


Depuis, en 1993, Toni Morrison a reçu le Prix Nobel de littérature. Première femme écrivain noir-amériaine à recevoir ce prix. Elle déclara : "Je ne pense pas qu’il y ait de vrais artistes qui n’aient jamais été engagés. Ils ont peut-être été insensible à tel ou tel fléau, mais ils étaient engagés car l’essence d’un artiste est d'être engagé".

medium_6303.jpg


En lui décernant le Prix Nobel, les jurés de Stockholm affirmaient :" Dans ses descriptions de l'univers réel ou imaginaire du peuple noir, Toni Morrison a rendu au peuple afro-américain son histoire morceau par morceau". Et c'est bien de cela dont il s'agit dans "Beloved". Le roman est inspiré d'une histoire vraie survenue en 1856. Une esclave évadée qui avait préféré tuer une de ses filles plutôt que de la voir retourner en esclavage chez son ancien maître.

Toni Morrison a longtemps hésité avant d'aborder ce fait-divers dans un roman. Elle dira plus tard "J’ai d’abord pensé au début que cette histoire ne pouvait pas être écrite, mais ça me dérangeait qu’une telle histoire soit inaccessible à l’art". Elle nous dévoile dans ce récit la folie de l'esclavage.

Le roman se déroule en 1873. Sethe, c’est le nom de l’héroïne, ancienne esclave qui a cherement conquis sa liberte, mère de plusieurs enfants, égorge son dernier né qui n’a pas encore de prénom, pour ne pas le voir tomber en esclavage. Le bébé est enterré, mais sur la pierre tombale, n’ayant pas assez d’argent pour faire écrire "Dear Beloved", figurera simplement "Beloved". Abandonnée par son mari, elle élève seule sa fille, Denver. Mais Seth n'a pas droit au repos de la rédemption. Elle reste hantée par le souvenir de cette enfant. Un jour, elle recoit la visite d'un ancien compagnon d'infortune, Paul D., qui lui propose de partager sa vie. Sethe accepte de le prendre à l'essai dans l'espoir qu'il saura remplacer le pere que sa fille n'a jamais connu. Quelques jours plus tard, une belle mais maléfique jeune fille à peine capable d'articuler son prenom: Beloved, arrive dans la maison où Sethe et sa fille Denver habitent avec Paul D. Sethe croit reconnaitre en elle le bébé qu'elle sacrifia dix-huit ans plus tot et decide de l'adopter. Et si Beloved revenue chez les vivants offrait ainsi à sa mère un moyen d'exorciser son passé... Un hymne à l'amour qui aborde avec talent un problème singulier : la rédemption par l'oubli.

Loin de tous les clichés, Toni Morrison, dans ce roman fort et douloureux parfois à la limite du fantastique, ranime la mémoire, exorcise le passé et transcende la douleur des opprimés. Un roman majeur de la littérature.

Premières lignes du roman :

"Le 124 était habité de malveillance. Imprégné de la malédiction d'un bébé. Les femmes de la maison le savaient, et les enfants aussi. Pendant des années, chacun s'accomoda à sa manière de cette méchanceté : puis, à partir de 1873, il n'y eut plus que Sethe et sa fille Denver à en être victimes. La grand-mère, Baby Suggs, était morte, et les fils Howard et Buglar s'étaient enfuis à l'âge de treize ans, l'un, le jour où un simple regard sur un miroir le fit voler en éclats ( ce fut le signal pour Buglar) ; l'autre, le jour où l'empreinte de deux petites mains apparut sur le gâteau ( cela décida Howard)."

Le roman a été porté au cinéma en 1999 par Jonathan Demme avec dans les rôles principaux : Danny Glover, Oprah Winfrey et Thandie Newton....
medium_025776.jpg


medium_025776_ph.jpg
medium_18826058.jpg

Lire en fête

medium_arton113-c45f3.jpg
"Lire en fête" célèbre cette année ses 20 ans d'exitence. L'édition 2008 est placée sous le signe de la jeunesse du 10 au 12 octobre. A cette occasion plusieurs animations sont proposées dans le département des Hautes Alpes.

medium_defaut_manif.jpg- Châteauroux les Alpes

. Du 1 octobre au 14 novembre : Exposition "L'amour des mots d'amour"
. Du 10 au 12 octobre : "Châteauroux se déLivre", échanges de livres, animations littéraires ( Apéro lecture, atelier-promenade d'écriture, lectures musicales...)

- Embrun"medium_defaut_manif.2.jpg

. Du 10 au 12 octobre : Exposition sur l'évolution du Livre pour enfant, au centre Hospitalier d'Embrun. En présence des auteurs Didier Janvier et Alexis Nouailhat.

medium_defaut_manif.3.jpg - Gap

. Le 10 octobre : Soirée cabaret lecture à la Bibliothèque Municipale avec le Théâtre de la Liberté.




- Laragnemedium_defaut_manif.4.jpg

. Spectacle de Contes à la salle des Fêtes "Histoire d'idiots parfaitement géniaux"

- Veynes

. Le 10 octobre : "Prélude d'automne". Exposition d'ouvrages sur le thème "Auprès de mon arbre" et animations autour des arbres de nos régions.

Le Blog "icidansmesmontagnes" se doit d'être à la hauteur de cet évènement culturel !!! C'est pourquoi je propose durant toute cette semaine qui nous sépare de "Lire en Fête", de nous mettre l'eau à la bouche en partageant quelques uns de mes coups de coeur de lecture.

19/09/2008

Biche m'a tagué !

C'est mon tour. Je viens d'être tagué par Biche.

Je dois donc choisir un livre. Ce sera "Blanche ou l'oubli" d'Aragon. Gallimard - 1967

Je dois recopier la page 123 des lignes 5 à 10 :

le coeur aux abréviations..." Elle essaye de s'imaginer les sentiments des gens, à T... ou ailleurs, devant ces objets de décadence. Et par exemple en zone occupée, où l'armée allemande laissait sur le bitume ses traces de pétrole. Elle imagine les gazogènes. L'humiliation des gazogènes. Surtout que les premiers temps, août, septembre... on n'usait pas encore de gazo-

Et je dois taguer 4 autres blogueurs :

- Laisser jazzer : http://laissezjazzer.blog50.com
- Héraime : http://heraime49.blog50.com
- Miche : http://motsetmauxdemiche.blog50.com
- le grillon heureux :http://legrillonheureux.blog50.com

medium__Aragon.jpg
medium_416JF5RV9SL._SL500_AA240_.jpg


Je pense qu'il s'agit d'un roman majeur de la littérature française qui, au-delà de l'histoire pose la question de l'écriture, du vrai et de la part d'oubli.... "Le roman est un langage où les mots disent plus, moins, autre chose que le sens fixé des dictionnaires" écrit Aragon. Dans ce passage, le gazogène devient le symbole de l'occupation allemande et de son cortège d'humiliations. Au-delà de l'objet, c'est son contexte qui fait sens.

19:45 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Aragon, Blanche ou l'oubli | |  Facebook | |

18/09/2008

Il m'arrive d'écrire...

Les Hautes-Alpes dans le Front Populaire. 1936-1938.
Contribution à l’histoire sociale.
Philippe Cottet.

Voici un pan de l’histoire sociale des Hautes-Alpes encore peu étudié à ce jour. « Comment les idées du Front Populaire ont-elles pu faire leur chemin jusque dans nos vallées ? Quels sont les hommes et les femmes qui les ont portées ? Quel rôle le syndicalisme a t-il joué ? Comment les luttes sociales de 1936 ont-elles été vécues ici et sous quelles formes ? Quels furent les débats politiques ?… » Autant de questions auxquelles l’auteur, enseignant en Lettres-Histoire à Gap et auteur d’une étude sur « Mai 1968 dans les Hautes-Alpes », apporte un éclairage riche d’analyses et de documents sur cette période charnière du XXème siècle. Alpes-Travail, 15x21, 200p. Vendu 10 €

medium_les_hautes_alpes_dans_le_front_populaire_philippe_cottet.jpg



Un bouquin que j'ai pubié l'an dernier. Si vous souhaitez vous le procurer, merci de m'envoyer un mail à :

philippe.cottet05@orange.fr

16/08/2008

Bravo !

Bravo à Crabillou et à Bernard. C'est effectivement Jean Giono, dans le Hussard sur le toit qui a créé le personnage de Pauline de Théus, la marquise qui fuit le choléra de Manosque juqu'à Théus en compagnie du bel Angélo Pardi.
En traversant aujourd'hui le village de Théus, on ne peut qu'évoquer la belle Pauline et son épopée!


medium_lehussardsurletoit3.jpg
Juliette Binoche tient le rôle de Pauline de Théus dans le film de Jean Paul Rappeneau

medium_vignette3.jpg
Giono, qui était de Manosque, dans les Basses Alpes ( actuelles Alpes de Haute Provence) venait souvent arpenter les sentiers hauts alpins.

medium_2253010847.08.MZZZZZZZ.gifLes noms de villages ou de lieux-dits l'ont souvent inspiré, tel celui de Baumugnes, hameau du Haut Buêch, qui lui a inspiré le titre de l'un de ses ouvrages : "Un de Baumugnes".

18:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Théus, Giono, Hussard, Binoche, Baumugnes | |  Facebook | |

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique