logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/03/2009

Le poème de minuit (2)

medium_medium_cadou_1.jpg


L'HOMME AU KEPI DE GARDE CHASSE

Qu'est-ce que je suis moi Pacifique Liotrot
Depuis qu'on a enterré les persones du château ?

Un rien une clé perdue dans un massif
Un survivant des derniers feux d'artifice

Et le vieux garde-chasse en rond s'assied
Dans le soleil avec sa tristesse à ses pieds

medium_fs04000101.jpg
Ce n'est pas d'avoir arrosé les glaïeuls
Qui le rendra ce soir un peu moins seul

Voilà vingt ans qu'il n'a pas bu de bon café
Mais de l'eau rouge sur des glands éclatés

Et qu'il dort comme un enfant d'asile dans un lit-cage
Entouré de vieilles photographies de mariage

Mais ce soir c'est plus fort que lui si l'air est doux
Si la sueur colle à la jointure de ses genoux

Il est debout dans sa jeunesse et il s'habille
De velours vert avec des boutons qui brillent

Entendez-moi je suis Pacifique Liotrot
Je suis le garde-chasse du château !

Qu'est-ce qu'il porte là dans ses deux mains brisées ?
Un cor de cuivre noir comme un poulet vidé.
medium_2trompes.jpg

René Guy Cadou "Hélène ou le Règne végétal" Editions Seghers - 1952

medium_memoirecadou36.jpg

23/03/2009

Le poème de minuit ( 1)

Le nombre de commentaires et le plaisir avoué par beaucoup d'entre ceux qui me font l'honneur de jeter un oeuil sur ce blog, m'incitent à poursuivre la proposition régulière de poèmes.

Nous sommes donc nombreux à aimer la poésie, c'est plutôt une bonne nouvelle.

Chaque jour, à minuit un nouveau poème sera mis en ligne : le poème de minuit . Glané au hasard de mes lectures.

Voici le premier....

ODEUR MARINE

J'ai dans l'âme une odeur marine....medium_83458261220081630.jpg



Odeur de large, odeur de plage, odeur de ports,
De vieux ports goudronneux et saurs où la marée
Délaye lentement l'ombre des grands navires

Odeur des goëmons aux capsules dorées,
Chevelures d'ambre, algues que je sens encor
Glisser, vivantes, sur ma bouche et ma mémoire ;medium_varechs-penmarch-france-1045440211-1205893.2.jpg

Coquillages gravés au long des promontoires,
Beau souvenir qui sent la mer et le soleil,
Les grands chemins marins et les syrtes profondes ;
O les chemins qui ne sont pas toujours pareils
Et qui s'en vont vers l'autre bout du monde ! -

J'ai dans lâme, une odeur marine.

Je porte au fond de moi cette odeur de la mer,
Cette odeur de ciel libre et d'eau sur les falaises,
Comme un sachet, comme un secret magique et cher...

Je porte au fond de moi cette odeur de la mer
Comme le souvenir des pays et des rêves
Pour lesquels mon destin n'appareillera plus.

Mon destin, à jamais banal et révolu,
- Ah ! l'amarre d'un seul bateau qui tire et vire
Au long du quai désert, sur son anneau de fer ! -medium_frankc0693_051107.jpg

J'ai dans l'âme une odeur marine.

medium_923109024.jpgPêcheurs aux masques salés et vous, filles
Aux seins pointus et durs sous le caraco bleu,
Mousses qui sommeillez sur le rebord du môle,
Vieux à pipes tassés sous un mur écailleux
Destin contre destin, épaule contre épaule
O voyageurs qui pouvez voir toutes les mers !,medium_barque-mer-barques-port-cap-508410.jpg


Et vous, barques, avec vos mâts et vos cordages,
Qui découpent en carrés d'or
Le ciel, le ciel cruel et divin des voyages,
M'attendez-vous ? et dans quel port ?

Et quelle voile, pour moi seul enfin tendue,
Emportera vers l'aventure et vers la mer
Mon âme à tout jamais contumax et perdue...


Roger Dévigne - Poèmes, Editions de l'Encrier - 1956.

20/03/2009

C'est le printemps !

Pour terminer cette série poétique, un dernier poème pour saluer le printemps.


medium_img2.gif


LA FLEUR QUI PARLE

j'ai découvert la fleur qui parle
dans un grand champ de romarin
pas très loin de la route d'Arles.
Il était très tôt le matin.

Une pierre preque violette
la soutenait comme un écrin,
elle perdait un peu la tête
et moi aussi, je le crois bien.

Elle m'a dit de jolies choses
et des mots tellement petits
que passereaux et passe-roses
étaient comme des ombellies.

medium_DSCF1231.174154805_std.JPG


Elle m'a dit l'une après l'une
les paroles d'Evangélie
et les serments de Pierrelune
aux blancs rendez-vous d'Arcadie.

Les arcs-en-ciel d'offrefontaine,
les misériers engoulevents
les martins-pêcheurs des fontaines
faisaient partie de son plain-chant.

medium_engoulevent.GIF


Elle m'a dit battre frontière,
l'opale pâle d'Amélie,
les épineuses ombrières, les grenats grenats d'Alvoisie.

Alors j'avais tant de vacances
à écouter parler ma fleur
que mon silence de silence
peut-être un instant lui fit peur.

Et j'ai perdu la fleur qui parle
dans le grand champ de romarin
pas très loin de la route d'Arles
un peu de terre dans mes mains.

medium_u18011828.jpg


Louis AMADE - "Chef-lieu : La Terre" - 1959

- www.printempsdespoetes.com
medium_PDP_Affiche_Jaune-2.5.jpg

19/03/2009

En attendant le printemps - 17

Le printemps, c'est demain. Je vous propose de terminer cet hiver qui fut rude par un peu de douceur, en poésie. Une sélection totalement arbitraire parmi mes poètes préférés. Tous les jours à 12h, un nouveau poème


medium_diapo-1.jpg

SUR LE PRINTEMPS

Bien avant
Qu'on se soit rué sur le pétrole, l'ammoniaque et l'acier
Il y avait un temps dans l'année
Où les arbres triomphaient, et en leurs feuilles, à pleine sève, éclataient.
On se rappelle tous
Les jours plus longs, les cieux plus clairs,
Le changement de l'air.
Ainsi s'avançait le printemps
Irrésistiblement.
Des livres nous disent encore cette saison de fête.
Et pourtant au-dessus de nos villes
On ne voit plus depuis longtemps
Le célèbre envol des oiseaux.
Tout au plus, soudain,
Le printemps tombe-t-il sur les gens
Assis dans les trains,
Alors que les plaines se déroulent
Avec sa clarté d'autrefois.
Certes, très haut dans le ciel, on dirait
Que des tempêtes se déchaînent ;
Elle ne surprennent
Que nos antennes.

Bertolt BRECHT- 1928

- www.printempsdespoetes.com
medium_PDP_Affiche_Bleu-2.5.jpg

18/03/2009

En attendant le printemps - 16

Le printemps, c'est dans 2 jours. Je vous propose de terminer cet hiver qui fut rude par un peu de douceur, en poésie. Une sélection totalement arbitraire parmi mes poètes préférés. Tous les jours à 12h, un nouveau poème


medium_rene-char.jpg


JOUVENCE DES NEVONS

Dans l'enceinte du parc, le grillon ne se tait que pour s'établir davantage


Dans le parc des Névons
Ceinturé de prairies,
Un ruisseau sans talus,
Un enfant sans ami
Nuancent leur trsitesse
Et vivent mieux ainsi.

Dans le parc des Névons
Un rebelle s'est joint
Au ruisseau, à l'enfant,
A leur mirage enfin.

Dans le parc des Névons
Mortel serait l'été
Sans la voix d'un grillon
Qui, par instants, se tait

René CHAR - "Poèmes en Archipel - Les Matinaux - La sieste blanche".

Ce poème a été magnifiquement mis en chanson par Hélène Martin; pour l'écouter, allez sur le site :

http://www.helene-martin.com/renechar.html

medium_PDP_Affiche_Vert-2.4.jpg


- www.printempsdespoetes.com

17/03/2009

En attendant le printemps - 15

Le printemps, c'est dans 3 jours. Je vous propose de terminer cet hiver qui fut rude par un peu de douceur, en poésie. Une sélection totalement arbitraire parmi mes poètes préférés. Tous les jours à 12h, un nouveau poème.

- www.printempsdespoetes.com

medium_PDP_Affiche_Rose-2.4.jpg



sauf la poussière du chemin il n'y avait que les cigales
le claquement d'une bâche de plastique au-dessus de serres désertes
l'eau se reflétait sur les murs tout approchait si lentement
le vent soulevait juste la chemise des oliviers

Dominique GRANDMONT - "Ici-bas" -1983


medium_dgrandmont.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique