logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

08/08/2009

Le Collet du Tat

Carte IGN 3337 OT - Dévoluy - Obiou - Pic de Bure

Une petite randonnée très tranquille, un peu moins de 300 m de dénivelé positif seulement. Donc à la portée de tous, sans aucune difficulté. Elle conviendra très bien pour une mise en jambes au printemps par exemple.

Durée : 3 heures

Accès : Sur la route départementale 17, entre le Col de Festre et Saint Etienne en Dévoluy. Un kilomètre après le village des Rioupes, garer la voiture. Le chemin ( GR 94) part sur la droite ( petite route goudronnée) direction La Joue, Le Festre ( altitude 1318 mètres)

Nous suivrons le GR 94 jusqu'à proximité de la station de la Joue du Loup. Il serpente au milieu de prairies et de champs et nous offre quelques beaux points de vue sur le Massif du Dévoluy.

 

SS100168.JPG

Le village des Rioupes et la forêt de Malmort

 

SS100169.JPG

 Les foins sont fraîchement coupés...

SS100171.JPG
Nous arrivons à proximité de la station de la Joue du Loup. Petite station créée dans les années 1980, ses pistes rejoignent celles de Superdévoluy. Mais l'architecture ( petits immeubles et chalets) et l'aspect familial de la station sont ses premiers atouts. La station poursuit son développement avec la constrution ces dernières années de nombreux chalets. Nous arrivons à un croisement de chemins. Nous abandonnons le GR 94 pour emprunter le GR 94 A, direction Collet du Tat, Superdévoluy.
SS100173.JPG
La montagne de Saint Gicon et le col de l'Aup de l'autre côté de la vallée.
SS100174.JPG
L'Obiou et ses 2789 mètres.
SS100175.JPG
 La bergerie du Forest du Puy et au second plan le Collet du Tat, sommet de notre petite promenade alpine. A gauche, la Crête des Beaumes
SS100176.JPG
En contrebas, la bergerie du Forest avec, au second plan, les sommets de la Montagne de Faraut qui sépare le Dévoluy du Champsaur.
SS100177.JPG
Au dessus du Bois la Baume, le Collet du Tat.
SS100178.JPG
En alignement la bergerie du Forest du Puy et la Montagne de Saint Gicon à la forme si caractéritique.
SS100180.JPG
Le Collet du Tat et ses 1613 mètres sont atteints. Point de vue sur l'Obiou, Tête de Lapras et Tête de l'Aupet.
SS100181.JPG
Entre les arbres du Bois des Issarts, le Pic de Bure. Nous redescendons sur l'autre versant du Collet du Tat, par un large chemin qui nous conduit à proximité de la station de Superdévoluy
SS100182.JPG
La station est en vue. Typique des stations construites dans les années 1970, avec ses grandes barres d'immeubles pas très décoratives dans le paysage. Comment peut-on venir en vacances dans de telles construtions alors que dans les villages proches, des gîtes offrent des accueils de qualité pour des tarifs de même niveau ? Le GR croise un chemin à l'altitude 1519 mètres et l'emprunte sur la droite. Nous ignorons ce chemin et coupons résolument en face à travers champs (le chemin a disparu) pour rejoindre un sentier qui descend vers Saint Etienne en Dévoluy, nous tournons alors le dos à la station.
SS100183.JPG
Le chemin descend assez raide. Nous découvrons bientôt le petit village de Saint Etienne en Dévoluy au fond de la vallée.
SS100188.JPG
SS100189.JPG
Nous rejoignons une petite route goudronnée et le GR 94. Nous l'empruntons vers la gauche. En nous retournant, dernière vue sur Saint Etienne, le sommet du Bec de l'Aigle et, tout au fond, le Col de Rabou, passage vers le Buëch.
SS100190.JPG
Nous revenons vers notre point de départ en passant par les Etroits, qui nous offre un apic de 150 mètres au dessus des gorges du torrent de la Souloise. Le chemin serpente ensuite en balcon puis redescend vers la RD 17. Nous l 'empruntons sur la gauche pendant quelques centaines de mètres afin de rejoindre la voiture.
Toutes mes excuses pour la faible qualité de certaines photos de cette série. Problème de réglage de mon appareil...

06/08/2009

Circuit de la Croix du Vallon

Carte IGN 3438 ET "Embrun - Les Orres - Lac de Serre Ponçon".

 Il s'agit incontestablement de l'une des randonnées qui offre les plus beaux points de vue sur le Lac de Serre Ponçon. Elle ne présente aucune difficulté particulière  et est accessible à tous. Lorsque nous l'avons effectuée nous avons croisé un groupe de jeunes aveugles en pleine ascension avec guides et chiens ... Le dénivelé de 630 m est raisonnable.

Durée : environ 4h00.

Accès : On part de la station de Réallon. Sur la RD 1094 ( ex RN 94), dans le sens Gap - Briançon, juste avant le pont de Savines, prendre la route qui part à gauche direction Réallon, Station de Réallon. Il faut aller jusqu'au centre de la station et s'y garer. Le sentier part au pied du télésiège du Clos des Aurans et le suit pendant 500 mètres.

 

La station de Réallon est une station familiale de moyenne altitude, le sommet des pistes ne dépasse pas les 2100 mètres. Construite dans les années 1980, elle est constituée de petits bâtiments et de chalets, loin des grandes barres d'immeubles visibles dans les stations des années 1970. Elle est dominée par les Aiguilles de Chabrières vers lesquelles nous allons nous diriger.

 

SS102404.JPG
Un large chemin forestier nous éloigne de la station en passant sous le téléski d'Aygue Noire.
SS102405.JPG
Nous atteignons bientôt la source captée de Font Guillarde à proximité d'une réserve collinaire qui permet d'assurer le ravitaillement en eau des canons à neige lors des hivers peu enneigés. La fabrication de cette neige de culture nécessite de disposer d'importants stocks d'eau immédiatement mobilisables d'où la création de nombreuses réserves collinaires : 1m3 d'eau nécessaire pour 2m3 de neige, soit 4000 m3 d'eau pour 1 ha en moyenne. Le pompage des nappes phréatiques pose n'énormes problèmes écologiques qui ont conduit à la création de ces réserves d'eau visibles autour de toutes les stations.
SS102406.JPG
La joubarbe est au rendez-vous, nichée dans la rocaille.
SS102408.JPG
La zone est un mélange de rocailles, de replats herbeux et de connifères épars. Le ceil est bien bleu mais l'air est frais en ce début de matinée. Conditions idéales pour la randonnée. Il n'en sera certainement pas de même d'ici quelques heures. Le cagnard sera alors de la partie....
SS102411.JPG
Nous approchons des Aiguilles de Chabrières et pouvons en admirer les détails sculptés par l'érosion due à la pluie et au vent...
SS102412.JPG
SS102413.JPG
Beau point de vue sur la vallée et le vieux village de Réallon.
SS102414.JPG
Et toujours, au fil des promenades les belles rencontre avec la flore locale. Ici, ce qui me semble être l' Armérie des Alpes.
SS102415.JPG
Le sommet est atteint. Nous sommes à 2146 mètres d'altitude. Une table d'orientation, tout en haut, nous permet de lire le paysage et de repérer les principaux sommets environnants.
SS102419.JPG
Nos efforts sont récompensés par une vue saisissante sur le Lac de Serre Ponçon. Magnifique ! Ici, la partie occidentale du lac.

SS102416.JPG

 

Avant de redescendre, le sentier longe les crêtes et nous permet d'admirer le point de vue. Ici, la partie orientale du lac.

SS102420.JPG
Nous décidons de profiter de la vue et de faire la pause casse-croute sur les crêtes.
SS102421.JPG
Le pied de joubarbe semble contempler le paysage.
SS102422.JPG
Tout comme ce rocher....
SS102423.JPG
... ou ce genevrier ...
SS102424.JPG
 Après ce passage en crête, le sentier rejoint un chemin qui permet de redescendre directement vers la station de Réallon. En l'empruntant on écourte d'environ une heure la randonnée. Nous choisissons de prolonger le plaisir et de descendre vers le Lac de Saint Apollinaire par un sentier qui serpente en sous- bois dans le forêt domaniale de Mont-Guillaume. Entre les arbres nous pouvons encore contempler le lac.
SS102425.JPG
Nous rejoignons une maison forestière à proximité d'une fontaine dans une clairière. Une petite pause pour remplir les gourdes car il commence à faire très chaud et la réserve d'eau s'amenuise.
SS102427.JPG
Quelques mètres plus bas nous arrivons sur la route forestière de Joubelle que nous empruntons pour le retour sur la station de Réallon. Pour ceux qui le souhaitent, il est possible, en prenant un sentier un peu plus loin sur la droite de descendre jusqu'au petit lac de Saint Apollinaire ( Buvette, Snack) et de revenir ensuite par un autre chemin jusqu'à la station. Mais le retour s'effectue alors en plein soleil. Compter une heure de marche supplémentaire.
Avant de quitter le lac, un dernier regard. Ici Savines le Lac et son pont. Lors de la constrution du barrage de Serre Ponçon, l'ancien village de Savines a été recouvert par les eaux et totalement reconstruit à son emplacement actuel. C'est maintenant un haut lieu du tourisme dans les Hautes Alpes.
SS102428.JPG
On s'en met plein les yeux avant le retour à la maison. Heureux d'avoir effectué une bien belle randonnée.
SS102429.JPG

04/08/2009

Randonnée : Le Jocou

Carte IGN 3237 OT "Glandasse - Col de la Croix Haute - PNR du Vercors".

Pour cette randonnée nous quittons les Hautes Alpes pour une incursion dans la Drôme. Le Jocou culmine à 2051 mètres. Son ascension depuis le col de Grimone n'offre aucune difficulté particulière. Elle permet d'alterner les passages en sous bois et en alpages.

Durée du circuit : 4h00

Accès :  A partir de la RD 1075 ( ex RN 75), dans le sens Sisteron - Grenoble, après le village de Lus la Croix Haute, prendre à gauche la RD 539 vers le Col de Grimone, Grimone et Glandage. 1,5 km après le col, un panneau sur la droite indique le passage du GR 93. Se garer à proximité.

Un panneau nous rappelle quelques règles de savoir vivre et de respect de l'activité pastorale dans nos montagnes qui ne sont pas qu'un lieu de détente mais aussi un lieu de travail pour les agriculteurs, éleveurs et bergers. Ce sont eux qui les entretiennent le mieux, la rendent moins dangereuse pour le promeneur et accessible.

SS102403.JPG
Le point de départ au bord de la RD 539. Nous empruntons le GR 93 à l'altitude de 1293 m.
SS102340.JPG
En nous retournant, après quelques minutes d'ascension, nous apercevons la route en contrebas et le Sarrier qui culmine à 1591 mètres.
SS102341.JPG
La grimpette s'effectue tranquillement en sous bois.
SS102344.JPG
Les Glaisettes. Nous abordons les alpages. En bordure de forêt, nous arrivons à un abreuvoir. Nous quittons alors le GR pour prendre la direction du Col de vente-Cul (cela ne s'invente pas !).
SS102345.JPG
Le Col de Vente-Cul et le sommet des Amousières.
SS102346.JPG
Le Col de Vente-Cul portait très bien son nom en cette journée du 23 juillet particulièrement ventée. Nous avions du mal à tenir debout. Nous avons atteint l'altitude 1650.
SS102347.JPG
Du col, belle perspective sur les cimes du Dévoluy. Le Grand Ferrand.
SS102348.JPG
La cime ventée des Glaisettes.
SS102350.JPG
Nous attaquons la dernière ascension vers le Jocou tout en admirant les beaux points de vue sur les montagnes environnantes. Malheureusement, la brume est très présente ce jour-là.
SS102351.JPG
Le Vercors : le Mont Aiguille.
SS102354.JPG
Au pied du Jocou, la cabane du berger nous offrira un abri lors de la pause casse-croute à la descente.
SS102356.JPG
Nous sommes en juillet, le mois idéal pour admirer la flore alpestre. Ici se côtoient la joubarbe qui préfère les zones rocailleuses et la potentille dorée très fréquente sur les prairies alpines exposées au vent comme c'est le cas ici.
SS102359.JPG
Une belle floraison de Joubarbe à toile d'araignée.
SS102360.JPG
Le sommet à 2051 m. est atteint après deux heures de marche environ. La vue à 360° sur les vallées et les montagnes environnantes est magnifique , même avec la brume.
SS102362.JPG
SS102363.JPG
La petite cabane du berger, en contrebas nous attend pour le casse-croute. Il n'y a plus qu'à descendre....
SS102365.JPG
Dans la brume, le Triève et quelques uns de ses villages.
SS102367.JPG
Et toujours la joubarbe, accompagnée cette fois de l'aster des Alpes. On ne s'en lasse pas...
SS102368.JPG
Les oeillets des Alpes également très présents dans ces alpages calcaires.
SS102371.JPG
L'étagement de la végétation : en bas la vallée cultivée, puis l'étage de la forêt et celui de l'alpage. La montagne en résumé ...
SS102373.JPG
Nous voici revenu au Col des Amousières. Nous avons pris, pour la descente du Jocou, le même itinéraire qu'à la montée, le GR 93 que nous allons suivre durant tout le chemin du retour. En arrière plan, Toussière qui culmine à 1916 m.
SS102374.JPG
Le vent laisse son empreinte sur la végétation. Ici les arbres ne parviennent pas à pousser à la verticale. Ils le font donc à l'horizontale, tordant leur branchage au plus bas, à proximité du sol. Cela donne à ce secteur une atmosphère assez particulière. Nous sommes a 1850 m. d'altitude.
SS102378.JPG
Non, il n'est pas déraciné. Il a poussé ainsi ! Une fourmilière s'est installée à son pied.
SS102379.JPG
Nouvelle joubarbe, un peu plus développée, accompagnée cette fois d'une fleur qui me semble être le calament des Alpes, sans en être certain (?).
SS102381.JPG
Nous entrons dans la Forêt Domaniale de Jocou et découvrons une zone peuplée d'une multitude de papillons qui nous accompagnent un bon moment tout au long de la descente. Magnifique ! Ici, une Petite Tortue ( c'est le nom du papillon !) ou Vanesse de l'ortie.
SS102382.JPG
Mais les plus nombreux, ce sont eux : les Grands Apollons. Il y en a des centaines !
SS102386.JPG
SS102387.JPG
Pont de vue sur la route qui serpente jusqu'au Col de Grimone.
SS102389.JPG
Dernier point de vue sur le Dévoluy.
SS102390.JPG
Et, avant de quitter les sous-bois, une dernière visite des Grands Apollons ...
SS102393.JPG
... puis d'une Belle Dame ou Vanesse des Chardons qui nous fait le plaisir de sa compagnie.
SS102400.JPG
Contre toute attente, ce ne sont pas les moutons que nous croisons en fin de randonnée, mais bien un troupeau de vaches.
SS102402.JPG
Ainsi se termine une promenade en montagne comme on les aime. Riche en découvertes  que ce soit de la flore ou de la faune et des points de vue imprenables.

03/08/2009

Randonnée : Les Gorges de la Méouge

Carte IGN 3339 OT - SISTERON LARAGNE-MONTEGLIN Montagne de Chabre.

Cette randonnée est à déconseiller aux personnes sujettes au vertige. Quelques passages culminants peuvent être assez impressionnants. Durée : environ 4h30. Possibilité  de se réapprovisionner en eau potable aux fontaines des villages de Saint Pierre Avez et d'Antonaves.

Ce secteur, dans les Préalpes du Sud est souvent soumis à de fortes chaleurs. Prévoir de se protéger du soleil. 

Accès : Dans la localité de Laragne, sur la place centrale, prendre la direction de Châteauneuf de Chabre, Barret sur Méouge et des Gorges de la Méouge. Après 5mn de voiture on rejoint la D 942, on tourne à droite et on entre dans les gorges. Se garer à l'intersection avec la route qui part sur la droite vers le hameau de Pomet. La randonnée est en circuit, nous reviendrons donc au point de départ.

Les Gorges de la Méouge sont une des merveilles du département des Hautes Alpes. Malheureusement, elles sont surfréquentées par les touristes lors de la période estivale. Les berges sont alors comparables à certaines plages méditéranéennes. Mais sur le sentier de randonnée que nous allons emprunter, c'est beaucoup plus calme !

Le départ s'effectue du pont romain qui traverse la Méouge. Il s'agit en fait d'un pont roman (il date du XIVeme siècle) et non romain. Pour y accéder, descendre un sentier qui part à gauche de la route et longe un mur de pierre. Il est 8h45, il n'y a encore personne au bord du torrent ...

SS102300.JPG

Nous accédons alors au fond des gorges. .

Cette année les torrents sont en basses eaux. Cela fait plusieurs semaines qu'il n'a pas plu lorsque nous effectuons cette randonnée, le 21 juillet 2009. La plupart du temps, lorsqu'il y a plus d'eau, de grands trous d'eau se forment qui font la joie des adolescents qui sautent des rochers dans ces trous avec force cris !

SS102301.JPG
Traverser le pont et prendre le sentier qui monte à gauche. Quelques mètres plus loin, prendre le sentier qui part à droite. Nous empruntons alors le GR de Pays des Baronnies et Méouge jusqu'à Saint Pierre Avez. Compter, deux heures de marche pour atteindre ce village sur un sentier qui alterne montées et descentes, passages raffaraîchissants à proximité de la Méouge et passages en surplomb avec des points de vue admirables
Après une petite grimpette pour se mettre en jambes, on peut apercevoir, sur l'autre rive du torrent, au sommet de la falaise, les premières maisons du village de Pomet. Vue imprenable pour les habitants !
SS102302.JPG
En contrebas, magnifique point de vue sur les méandres de la Méouge. ne tentez pas le plongeon !
SS102304.JPG
Une descente à travers la forêt pour rejoindre les berges du torrent.
SS102309.JPG
La rivière a creusé dans la roche son propre chemin et quelques millénaires plus tard ce fut au tour de l'homme de creuser la roche, au même endroit pour faire passer la route.
SS102310.JPG
Nous voici revenus au bord du torrent, l'occasion de se rafraîchir un peu avant que le chemin ne remonte dans la falaise.
SS102311.JPG
Il y a vraiment peu d'eau mais le ciel bleu est au rendez-vous une belle journée s'annonce et la chaleur, n'en doutons pas, sera au rendez-vous...
SS102312.JPG
Après une bonne heure de marche, nous sommes en vue du Rocher du Chateau qui semble surgir de la forêt avec son allure torsadée.
SS102313.JPG
Nous avons repris de l'altitude, nous dominons alors la Méouge de cent mètres environ. Attention au vertige !
SS102314.JPG
La randonnée est aussi l'occasion de traverser quelques petits ruisseaux qui viennent grossir un peu les eaux de la Méouge en dévalant les pentes de la falaise.
.SS102315.JPG
Certains de ces ruisseaux en coulant sur la végétation déposent le calcaire. Ils forment très progressivement une roche, le Tuff. Cette partie de la randonnée n'est pas praticable l'hiver car les ruisseaux se transforment alors en cascades de glace infranchissables
SS102316.JPG
Toujours aussi impressionnante, la vue qui s'offre à nous depuis le sentier de randonnée.
SS102317.JPG
En nous retournant, nous découvrons l'autre face du Rocher du Chateau, dans son intégralité, rocher épargné par l'érosion qui domine la Méouge. Nous sommes redescendus à proximité du torrent avant d'effectuer la dernière montée vers Saint Pierre Avez qui nous éloignera des gorges.
SS102318.JPG
Nous accédons enfin sur le plateau, en haut de la falaise et découvrons, face à nous, sur son promontoir, le village de Saint Pierre Avez. Le cicuit ne nous conduit pas dans le village. Pour les randonneurs qui ne souhaitent pas le visiter, il faut, à la balise 369, prendre à gauche, en direction d'Antonaves, une piste qui nous mène au bord du plateau par une ascension régulière.
SS102319.JPG
Nous faisons le choix de nous rendre dans le village pour la pause casse-croûte. Cela ralongera la randonnée d'environ 30mn mais nous permettra de faire le plein d'eau à la fontaine du lavoir communal dont l'eau est potable. Le village est peuplé de seulement 24 habitants mais le site est occupé depuis l'âge de bronze ( il y a trois milles ans !) où l'homme exploitait des mines de cuivre.
SS102320.JPG
Saint Pierre Avez, planté sur son promontoir à 760 mètres d'altitude offre une vue dégagée sur la haute vallée de la Méouge et le village de Barret sur Méouge (ex Barret le Bas). Au premier plan de la photo on remarque un magnifique tilleul. Nous sommes dans les Baronnies, dont l'une des spécialités est la récolte du tilleul. Cette production s'est développée au 19eme siècle, suite au déclin de la sériculture (culture du ver à soie) et à l'abandon de la garance ( plante à la racine colorante). Le tilleul existait à l'état naturel dans les forêts de la région. C'est à partir de ces tilleuls sauvages que se sont faites les plantations et la sélection. Le tilleul trouve dans les Baronnies des conditions climatiques très favorables : ensoleillement exceptionnel, précipitations modérées et réparties d'une façon qui favorise la maturité des fleurs, des vallées bien abritées avec peu de gelées au printemps, une altitude qui, en été, allège le poids des grandes chaleurs dont le tilleul souffre dans les vallées plus basses.
Tous les ans, le troisième week-end de juillet, à Buis les Baronnies, dans la Drôme, a lieu la fête du tilleul.
SS102321.JPG
Après la pause bien méritée, suite à environ 2h30 de marche, nous repartons vers la balise 369, en direction d'Antonaves. Chemin que nous avons quitté pour rejoindre le village de Saint Pierre Avez et qui s'élève très régulièrement sur le plateau , traverse le vallon d'Ourse, pour atteindre l'altitude de 930 mètres et longer la partie supérieure de la falaise. A cet endroit nous dominons la Méouge d'environ 400 mètres... Le sentier va ensuite s'éloigner de la bordure du plateau pour amorcer la descente vers Antonaves.
SS102324.JPG
Le point de vue nous permet de contempler la forêt domaniale de la Méouge ainsi que, au lointain, la vallée du Buêch.
SS102325.JPG
La vallée du Buëch et une belle perspective vers les Alpes de Haute Provence.
SS102327.JPG
Après une bonne heure de marche, nous avons effectué la traversée du plateau qui domine la Méouge et nous redescendons vers Antonaves en traversant des vergers. Ici des abricotiers protégés par des filets. La récolte est proche.
SS102329.JPG
Nous arrivons au village d'Antonaves (166 habitants) à la porte des gorges de la Méouge. Siège d'un prieuré fondé en 960 par la reine Berthe, Antonaves n'est plus aujourd'hui qu'un tout petit village à vocation agricole sur la "route des fruits et des vins", posé comme un "balcon" sur la plaine du Buëch.
Le village est construit sur une hauteur, accroché à la montagne de Saint Cyr, pour se prémunir des crues dévastatrices de la Méouge  et voir venir l'ennemi, à l'époque médiévale.
SS102333.JPG
N'oublions pas que, dans les Hautes Alpes, nous sommes au pays des cadrans solaire. Il y en a plus de 400 dont plus de 280 anciens. Record de France ! Antonaves possède le sien ( assez récent, 2001) sur le mur rénové de la petite église avec la tradionnelle maxime. Ici : "Le temps enchaîne, la lumière guide". De quoi méditer pour la fin de la randonnée. Comme l'indique le cadran, il est 12h30 au soleil ... et il fait très chaud. Nous rejoignons le GR de pays "Baronnies et Méouge", au nord du village,  qui nous ramène vers la fraîcheur de la Méouge et la fin de notre randonnée.
SS102334.JPG
Qui dit Provence, soleil et chaleur, dit ... cigales. Elles nous ont accompagnés de leur chant strident tout au long de la randonnée. En voici un spécimen que nous avons réussi à repérer après un bon moment de recherche et d'écoute à la sortie du village. On s'approche, elle se tait. On s'éloigne, ele se remet à chanter. Mais avec un peu de patiente et de persévérance, on parvient à la voir...
SS102335.JPG
 Un peu plus loin, après la cigale, la lavande. Oui, il n'y a pas de doute, nous sommes bien en Provence.
SS102336.JPG
En face, de l'autre côté de la vallée, nous apercevons le chateau médiéval de Mison. Enfin ... ce qu'il en reste.
SS102337.JPG
Le sentier s'enfonce dans les Gorges et, à flan de falaise, rejoint le Pont romain ( roman) d'où nous sommes partis.
SS102338.JPG
 Le pont romain est beaucoup plus fréquenté que ce matin. Pourtant nous n'avons croisé aucun randonneur tout au long de cette journée de marche. Il semble bien que les touristes viennent à la montagne pour autre chose que la randonnée et la découverte de la nature.
SS102339.JPG
Quelle magnifique randonnée que ce circuit de la Méouge ! Vraiment, si vous aimez marcher et n'êtes pas trop impressionnés par le vide, je vous la recommande. Vous n'atteindrez pas des altitudes vertigineuses, nous ne sommes pas en haute montagne, mais quels points de vue !

28/07/2009

En Forêt de Durbon : les 8 cols.

Carte IGN 3338OT - Serres-Veynes

Randonnée accessible à tous. Ne pas oublier les gourdes d'eau car il n'y a aucun point d'eau sur la randonnée. Durée : environ 4h30.

Départ : Pont la Dame (780 m.) - Arrivée: Veynes(825 m.), à proximité de la piscine. prévoir une voiture pour faire la liaison entre les deux extrémités du parcours.

Accès: Pont la Dame se situe au carrefour de la RD 1075 et de la RD994b, à la hauteur d'un pont de chemin de fer qui passe sur la nationale et d'un pont sur le Buëch. Entre les communes d'Aspres sur Buëch et de La Faurie.

Cette randonnée à travers la forêt de Durbon permet de franchir 8 cols avant le retour sur Veynes. Beau point de vue sur la ville.

Au départ, en ce samedi de vacances, 18 juillet 2009, le serpentin ininterrompu de voitures nous permet d'apprécier note position privilégiée, au milieu de la nature.

SS102265.JPG
Point de vue sur la vallée du Buêch vers Aspres sur Buêch ... la route des vacances, direction le Sud, la Côte d'Azur, la mer et ses plages bondées !
SS102267.JPG
Le village de La Faurie. Porte du Haut Buëch et du Beauchêne, cher à Jean Giono, vers Grenoble. C'est le nom du village de Baumugne, à quelques encablures de là, qui lui a donné le titre de l'un de ces romans, "Un de Baumugnes"...
SS102269.JPG
Au bord du chemin forestier qui nous conduit vers le col de l'Angélus, un pied de lavande sauvage nous rappelle que nous sommes dans les Alpes du sud, même si ce jour-là le ciel était un peu gris suite au mauvais temps du matin...
SS102270.JPG
Le premier col est atteint, le Col de l'Angélus qui "culmine" à 1088 mètres. Nous prenons alors la direction du Col de Berthaud par un chemin forestier. La descente vers Agnielles permet de réaliser une randonnée plus courte en revenant au point de départ.
SS102271.JPG
Point de vue sur la forêt de Durbon, essentiellement peuplée de conifères.
SS102274.JPG
Le second col de la journée est atteint. Le col de Gaudissart à environ 1150 mètres d'altitude. Nous continuons en direction du col de Berthaud, à travers la forêt.
SS102275.JPG
La forêt est exploitée, des grumes fraîchement coupées attendent d'être transportées vers les scieries.
SS102276.JPG
Après avoir franchi un troisième col, celui de la Chapelle, à 1279 mètres, nous arrivons au col de Berthaud. Cette pancarte nous rappelle que ces montagnes étaient autrefois occupées par les hommes qui travaillaient rudement la terre dans ce hameau qui a donné son nom au col.
SS102277.JPG
En ces montagnes sèches, les citernes d'eau sont indispensables en cas de départ de feu. Nous en croiserons tout au long de la randonnée. Ici, au col de Berthaud.
SS102278.JPG
Le Col de Berthaud, à la croisée des pistes forestières. Altitude 1328 mètres. Nous avons rejoint le GR 94D aprés environ 2 heures de marche. Les nuages ont la bonne idée de s'estomper et de laisser place à un beau ciel bleu.
SS102280.JPG
Nous rentrons dans la forêt communale de Veynes. En arrière plan, le massif du Dévoluy.
SS102282.JPG
Du col, beau point de vue sur la montagne d'Aurouze, coiffée par les nuages.
SS102283.JPG
Nous prenons la direction du Col de Combe Noire, en quittant les chemins forestiers pour emprunter un sentier dans les sous-bois, très agréable lors des journées de forte chaleur. Dans cette partie nous atteignons le point culminant de la randonnée à 1360 mètres. Nous laissons derrière nous le Charajaille (1813 mètres) qui domine la petite vallée agricole de Glaise.
SS102284.JPG
Plusieurs cols restent encore à franchir avant l'arrivée sur Veynes. Parmi eux, le Col de la Chaise où nous prenons la directin de Veynes en suivant toujours le GR 94D.
SS102286.JPG
Une clairière dans la forêt et le regard s'évade vers les sommets environnants.
SS102287.JPG
Nous atteignons, par un sentier en balecon, le col du Paillet
SS102288.JPG
Avant celui de Combe Noire, nous sommes redescendus à 1300 mètres d'altitude. Nous rejoindrons Veynes par le Col de Cuberselle.
SS102289.JPG
Après trois heures trente de marche, le col de Cuberselle est atteint. C'est le huitièeme et dernier col de la randonnée. Nous entamons alors une descente assez rapide sur Veynes.
SS102291.JPG
Point de vue sur le plaine du Petit Buëch, en aval de Veynes.
SS102292.JPG
Le hameau de Saint Marcellin, niché au pied du plateau des Egaux et le plan d'eau de Veynes.
SS102293.JPG
Soudain, au détour du sentier, alors que nous approchons du plateau des Eygarets, Veynes nous apparaît. L'arrivée est proche mais il reste encore environ 200 mètres de dénivelé à descendre.
SS102295.JPG
Dernier point de vue. Celui sur les lignes SNCF et la gare  qui nous rappelle que Veynes est le noeud ferroviaire des Alpes du Sud à la croisée des lignes venant de Marseille, de Valence, de Grenoble ou de Briançon...
SS102299.JPG
Lors de cette randonnée qui emprunte en grande partie un sentier de grande randonnée, qui ne comporte strictement aucune difficulté, nous n'avons  pas rencontré le moindre randonneur. Seuls deux VTTistes nous ont croisés car ces chemins sont, dans la première partie, également accessibles aux VTT.

20/09/2008

Lac Ste Marguerite

Mes amis normands, Gilles et Jocelyne m'ont envoyé quelques photos d'une rando que nous avions faite en août. Le Lac Ste Marguerite (2227m) au dessus de la station des Orres, dans l'Embrunais.
Si vous voulez les admirer "en grand", ouvrez l'album "Lac de Ste Marguerite".

medium_P1020977.jpgmedium_P1020978.JPG

medium_P1020979.jpg
medium_P1020980.JPG



La rando est accessible à toute la famille. Elle ne présente aucune difficulté particulière. Le dénivelé est d'environ 550m. Durée : 3h30 ( 2h de montée). Et le pique-nique au bord du lac, c'est le paradis !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique