logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/08/2009

Randonnée : Le Jocou

Carte IGN 3237 OT "Glandasse - Col de la Croix Haute - PNR du Vercors".

Pour cette randonnée nous quittons les Hautes Alpes pour une incursion dans la Drôme. Le Jocou culmine à 2051 mètres. Son ascension depuis le col de Grimone n'offre aucune difficulté particulière. Elle permet d'alterner les passages en sous bois et en alpages.

Durée du circuit : 4h00

Accès :  A partir de la RD 1075 ( ex RN 75), dans le sens Sisteron - Grenoble, après le village de Lus la Croix Haute, prendre à gauche la RD 539 vers le Col de Grimone, Grimone et Glandage. 1,5 km après le col, un panneau sur la droite indique le passage du GR 93. Se garer à proximité.

Un panneau nous rappelle quelques règles de savoir vivre et de respect de l'activité pastorale dans nos montagnes qui ne sont pas qu'un lieu de détente mais aussi un lieu de travail pour les agriculteurs, éleveurs et bergers. Ce sont eux qui les entretiennent le mieux, la rendent moins dangereuse pour le promeneur et accessible.

SS102403.JPG
Le point de départ au bord de la RD 539. Nous empruntons le GR 93 à l'altitude de 1293 m.
SS102340.JPG
En nous retournant, après quelques minutes d'ascension, nous apercevons la route en contrebas et le Sarrier qui culmine à 1591 mètres.
SS102341.JPG
La grimpette s'effectue tranquillement en sous bois.
SS102344.JPG
Les Glaisettes. Nous abordons les alpages. En bordure de forêt, nous arrivons à un abreuvoir. Nous quittons alors le GR pour prendre la direction du Col de vente-Cul (cela ne s'invente pas !).
SS102345.JPG
Le Col de Vente-Cul et le sommet des Amousières.
SS102346.JPG
Le Col de Vente-Cul portait très bien son nom en cette journée du 23 juillet particulièrement ventée. Nous avions du mal à tenir debout. Nous avons atteint l'altitude 1650.
SS102347.JPG
Du col, belle perspective sur les cimes du Dévoluy. Le Grand Ferrand.
SS102348.JPG
La cime ventée des Glaisettes.
SS102350.JPG
Nous attaquons la dernière ascension vers le Jocou tout en admirant les beaux points de vue sur les montagnes environnantes. Malheureusement, la brume est très présente ce jour-là.
SS102351.JPG
Le Vercors : le Mont Aiguille.
SS102354.JPG
Au pied du Jocou, la cabane du berger nous offrira un abri lors de la pause casse-croute à la descente.
SS102356.JPG
Nous sommes en juillet, le mois idéal pour admirer la flore alpestre. Ici se côtoient la joubarbe qui préfère les zones rocailleuses et la potentille dorée très fréquente sur les prairies alpines exposées au vent comme c'est le cas ici.
SS102359.JPG
Une belle floraison de Joubarbe à toile d'araignée.
SS102360.JPG
Le sommet à 2051 m. est atteint après deux heures de marche environ. La vue à 360° sur les vallées et les montagnes environnantes est magnifique , même avec la brume.
SS102362.JPG
SS102363.JPG
La petite cabane du berger, en contrebas nous attend pour le casse-croute. Il n'y a plus qu'à descendre....
SS102365.JPG
Dans la brume, le Triève et quelques uns de ses villages.
SS102367.JPG
Et toujours la joubarbe, accompagnée cette fois de l'aster des Alpes. On ne s'en lasse pas...
SS102368.JPG
Les oeillets des Alpes également très présents dans ces alpages calcaires.
SS102371.JPG
L'étagement de la végétation : en bas la vallée cultivée, puis l'étage de la forêt et celui de l'alpage. La montagne en résumé ...
SS102373.JPG
Nous voici revenu au Col des Amousières. Nous avons pris, pour la descente du Jocou, le même itinéraire qu'à la montée, le GR 93 que nous allons suivre durant tout le chemin du retour. En arrière plan, Toussière qui culmine à 1916 m.
SS102374.JPG
Le vent laisse son empreinte sur la végétation. Ici les arbres ne parviennent pas à pousser à la verticale. Ils le font donc à l'horizontale, tordant leur branchage au plus bas, à proximité du sol. Cela donne à ce secteur une atmosphère assez particulière. Nous sommes a 1850 m. d'altitude.
SS102378.JPG
Non, il n'est pas déraciné. Il a poussé ainsi ! Une fourmilière s'est installée à son pied.
SS102379.JPG
Nouvelle joubarbe, un peu plus développée, accompagnée cette fois d'une fleur qui me semble être le calament des Alpes, sans en être certain (?).
SS102381.JPG
Nous entrons dans la Forêt Domaniale de Jocou et découvrons une zone peuplée d'une multitude de papillons qui nous accompagnent un bon moment tout au long de la descente. Magnifique ! Ici, une Petite Tortue ( c'est le nom du papillon !) ou Vanesse de l'ortie.
SS102382.JPG
Mais les plus nombreux, ce sont eux : les Grands Apollons. Il y en a des centaines !
SS102386.JPG
SS102387.JPG
Pont de vue sur la route qui serpente jusqu'au Col de Grimone.
SS102389.JPG
Dernier point de vue sur le Dévoluy.
SS102390.JPG
Et, avant de quitter les sous-bois, une dernière visite des Grands Apollons ...
SS102393.JPG
... puis d'une Belle Dame ou Vanesse des Chardons qui nous fait le plaisir de sa compagnie.
SS102400.JPG
Contre toute attente, ce ne sont pas les moutons que nous croisons en fin de randonnée, mais bien un troupeau de vaches.
SS102402.JPG
Ainsi se termine une promenade en montagne comme on les aime. Riche en découvertes  que ce soit de la flore ou de la faune et des points de vue imprenables.

30/11/2008

JO 2018 : les arguments des pro JO

Il y a quelques jours, j'ai publié l'opinion d'un opposant à l'organisation des Jo dans les Hautes Alpes. Cela m'a valu un commentaire d'un pro-Jo, Zazeg, m'accusant de diffamer à coup d'arguments bidons ... Et oui, rien que ça !

"Je trouve déplorable de promotionner le sport automobile, les stations de sports d'hiver, ... et de publier des notes anti JO, dont la plupart des arguments sont bidons.

Quelques exemples, Luc Alphand n'est pas le parrain de la candidature de Pelvoux Ecrins 2018....

La croisière blanche à Orcières n'a rien à voir avec la candidature .....

Le projet Pelvoux Ecrins prévoit justement de ne pas construire d'infrastructures qui passé les jeux seraient des friches...

Informez vous avant de diffamer !"




C'est le débat qui est intéressant. Pas les noms d'oiseau. Pour que chacun se fasse une idée juste des arguments échangés, je publie ci-dessous, l'argumentaire trouvé sur le site des JO 2018 à Pelvoux.


"ET SI ON FAISAIT LES JEUX D’HIVER A LA MONTAGNE ?


Pelvoux Ecrins 2018, le retour aux sources.

Une candidature LEGITIME
Une candidature PERTINENTE
Une candidature GAGNANTE

Des Jeux Olympiques, nature, humanistes, économes et populaires tel est l'objectif de la candidature de Pelvoux Ecrins 2018 pour l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques d'hiver de 2018.

Depuis, le 22 octobre 2008, Pelvoux, village de 450 habitants fait partie des quatre sites, avec Grenoble, Annecy et Nice qui sont candidats à l'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2018.

Nous avons volontairement choisi cette commune, riche de symboles, point culminant des Alpes du Sud, sanctuaire de l’Alpinisme, terre de naissance de Luc Alphand et dont le nom qui est aussi celui d’un massif est connu de tous les montagnards pour porter le drapeau d’une démarche dont la fondation est le développement durable d’un territoire où depuis des générations les enfants naissent les pieds dans la neige et la tête dans les étoiles.

Aux sources des sports d’hiver.

C’est à Montgenèvre en 1907 qu’a été organisé le 1er concours international de Ski.

Depuis, tous nos enfants savent skier, ils sont des milliers à fréquenter les clubs ( 1er club formateur de France pour le Hockey sur Glace , prés de 10 000 enfants licenciés en ski) et à alimenter les Equipes de France depuis des générations ( Jules Melquiond, Carole Merle, Anne Briand, Luc Alphand…)

Depuis 1935, date de la création des premiers clubs de Hockey sur Glace, les patinoires affichent complet chaque samedi lors des matchs ( Briançon réuni prés de 15 % de sa population à chaque match !) qui constituent le 1er spectacle sportif dans les Alpes du Sud

Les sports d’hiver, nous les aimons, nous les pratiquons, nous en vivons (60 % des revenus), c’est la réalité quotidienne des 150 000 habitants du massif.

Aux sources de la Durance, sur les plus hauts sommets des Alpes, Château d’eau de la Provence

Plus haut département de France, plus haute commune, ville, préfecture de France… les records d’altitude riment avec le nom des sommets prestigieux (La Meije, Les Ecrins,…) et des lieux mythiques (col d’Izoard, Galibier…).

Ici, nous sommes en montagne, en haut des montagnes, aux sources de la Provence qu’on alimente en eau et en énergie renouvelable (plus grande retenue d’eau d’Europe à Serre Ponçon), aux pieds des Glaciers, sur le toit de la région PACA…..

Et les pieds dans la neige 5 mois par an.

Aux sources de la nature

La création en 1974 du 1er Parc National Français dans les Ecrins, marque le début de la vocation environnementale des Alpes du Sud qui a su préserver la richesse des ses paysages, de ses traditions et de son identité.

Prés de 35 ans après, le monde a changé et le développement durable constitue ici non pas un argument de communication mais un exercice quotidien pour ceux qui ont la charge d’aménager ce territoire d’exception dont prés des 2/3 de la superficie est protégée et d’offrir à ses habitants une économie durable.

Aux sources du pragmatisme

A l'heure où les marchés sont en berne, Pelvoux Ecrins 2018 propose des Jeux Olympiques différents, raisonnables et raisonnés, par l'utilisation de structures existantes pour les hébergements et les lieux de compétitions. Chaque dépense devra être à l'échelle de la réalité économique : tout euro engagé pour les JO doit servir une économie durable et raisonnable.

Aux sources de l’Olympisme

Faire que la France au travers d’une candidature internationale exemplaire redimensionnant l’homme, sa nature, sa culture au centre des Jeux, des Jeux faits pour les athlètes, adresse un message lisible sur le développement durable et la nécessaire fraternité entre les peuples d’une même planète sur le sujet qui constitue l’enjeu des décennies à venir."


Voilà, les intentions sont belles. Mais est-ce bien raisonnable de laisser penser qu'il puisse en être ainsi à l'heure des JO du fric et de la démesure ? Est-ce bien cela qu'attende les entreprises qui vont mettre de l'argent ? Il faudra des retombées médiatiques, des visiteurs, etc...

02/11/2008

La fin des Hautes Alpes ... ???

L'Etat prépare actuellement une réforme de sa présence dans les territoires. Dans une précédente note j'évoquais la suppression de très nombreuses sous-préfectures à travers le pays dont celle, dans trois ans, de Briançon.

Dans le cadre de cette réforme, la Préfète des Hautes Alpes a rendu un rapport au Préfet de Région sur la façon dont elle envisage l'application de la réforme dans les Hautes Alpes. Et, au détour d'un paragraphe, elle relève que les Haut-Alpins sont opposés à une fusion entre les deux départements, Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence.

Mais pourquoi dit-elle cela ? Jamais une telle évolution n'a été évoquée dans un document officiel. D'où vient cette proposition ? Qui l'a formulée ? Au-delà des suppressions de Sous-Préfectures, y aurait-il aussi la volonté, non affirmée, mais bien réelle, de diminuer par fusion le nombre de départements ?

Que de questions ! Mais il ne faut pas s'inquiéter, c'est pour le bien des populations qu'on prépare des coups tordus dans leur dos. Qui ose penser qu'il peut en être autrement ...?

Cette carte de la Région PACA donne une idée de ce que serait un département englobant Hautes Alpes et Alpes de Haute Provence

medium_carte-paca.2.gif


Un département dont la surface occuperait près de la moitié de la Région PACA. Un département dont la distance NORD/SUD avoisinerait les 200 km, en grande partie sur des routes de montagne. Bonjour la proximité !

22/10/2008

JO 2018 : Grand Guignol ... ça continue !

Le feuilleton de l'automne continue...
medium_photo_1224611440520-1-0.jpg


Ca y est, ils ont enfin trouvé une ville pour être candidate aux JO d'hiver de 2018 au nom des Alpes du Sud. Enfin, ... une ville, c'est beaucoup dire.

Un peu plus de 400 habitants au dernier recensement
8 remontées mécaniques
14 pistes de ski

Un camping, 3 hôtels, une dizaine de refuges et quelques gîtes (5) pour accueillir tout ce beau monde. En se serrant un peu, on devrait y arriver.

Voilà effectivement de quoi accueillir dignement la fine fleur des skieurs et autres sportifs hivernaux. Alors là, l'argument des JO à taille humaine, pour le coup, il tient la route.

Voici le village en quelques photos :

medium_photo-du-moment-pelvoux-2.jpg
medium_photo-du-moment-pelvoux-5.jpg
medium_presentation-commune-pelvoux-station-de-ski.jpg


C'est beau, non ? Moi, je vous le conseille surtout en été. C'est une porte d'entrée pour les randos dans le Parc des Ecrins. le Glacier Blanc, Le Dome et la Barre des Ecrins, Le Pelvoux, etc.. medium_2003-tuckett-v.jpg

C'est grandiose. L'hiver, pour le ski familial, c'est pas mal non plus.

Pour y aller, voici la carte. J'ai oubllié de vous donner le nom, mais vous avez certainement tous reconnu... Pelvoux!



Service Offert par Mairie.biz : Mairie de Vallouise



Bon, d'accord, toutes les routes ne sont pas indiquées sur la carte. Mais pour y aller il faut quand même le vouloir... Parce que question enclavement, déjà les Hautes Alpes c'est pas mal, mais alors Pelvoux, c'est le pompon !

Promis, je vous tiens au courant des suites du feuilleton.

Si vous voulez en savoir plus n'hésitez pas à lire Le Dauphiné Libéré, Edition des Hautes Alpes. Comme disent les jeunes, ils sont à fond ! Ce matin 2 pleines pages sur la candidature de Pelvoux !

13/10/2008

JO 2018 ... faut rigoler !

Je viens de tomber sur une note distribuée par le Groupement Economique 2018. Intitulé "Le monde économique des Alpes du Sud vous informe...". Diable, c'est sérieux !

Il s'agit de convaincre du bien-fondé de la candidature des Alpes du Sud aux JO de 2018. Car même si les maires des seules villes qui éventuellement auraient pu postuler ont déclaré ne pas être intéressés, une bande d'irréductible continue ...

L'argument qui tue : "c'est pas cher" ! Pour être sélectionné parmi les villes françaises ( Annecy, Grenoble et Nice) cela coutera 370 000 euros au département. Et si par miracle le CNO Français nous accorde sa confiance et que nous sommes sélectionnés pour jouer la dernière manche auprès du CIO, il faudra rajouter 1 330 000 euros... Une bagatelle. Plus loin, l'évaluation atteint tout de même 2 557 334 euros.... Du simple au double ! Pas très sérieux notre "monde économique des Alpes du Sud" !!! Et si, une fois tout cet argent dépensé on n'est pas retenu ? Et pire, si on est retenu ? Combien ça va coûter ? Qui va payer ? Ils ne le disent pas... Ah bon ? Alors si on n'a pas calculé le coût de la réalisation des JO, c'est peut-être qu'on y croit pas vraiment... non ?

Le pire, c'est qu'en bas de cette prose, on trouve les logos des départements 04 et 05, du conseil régional PACA, de la ville de Marseille ( c'est les Alpes du Sud Marseille ?)...

Ah, j'oubliais, notre "monde économique" a fait faire une étude de faisabilité. Il en ressort que l'opinion publique n'est pas convaincue, une faiblesse des infrastructures générales, un manque d'infrastructures hôtellières, un manque d'expérience en matière d'organisation d'évènements sportifs. Pour le financement, il faut "privilégier le long terme"... le temps d'avaler la dette certainement ! Mais "le monde économique des Alpes du Sud" affirme que : "c'est possible, c'est souhaitable, c'est à notre portée...".

Le monde économique ? Ce n'est pas lui qui nous a mené au bord du gouffre financier actuel ? Pas étonnant !

21:15 Publié dans C'est dit | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : JO 2018, Alpes du Sud | |  Facebook | |

24/09/2008

Jeux Olympiques : le ridicule ne tue pas ...

Le CNOSF ( Comité National Olympique et Sportif Français) vient de décider de déposer la candidature de la France pour organiser les J.O. d'hiver de ...2018.

Plusieurs villes ou sites français sont sur les rangs pour l'organisation : Grenoble, qui a une certaine expérience en la matière, Annecy, Nice qui est bien connue pour ses stations de ski (!), et les Alpes du Sud.

medium_galleryLogo_sm.gif

L'idée de la candidature des Alpes du Sud à l'organisation des JO de 2018 a été portée par Jean Marc PASSERON,

medium_WEB_CHEMIN_2648_1204817912.jpg

ancien patron de radio, ancien conseiller général (UMP) pour qui la politique est affaire de communication. Ainsi, nous avons vu fleurir depuis trois ans des affiches, des inscriptions, des banderolles vantant la candidature des Alpes du Sud pour les JO de 2018.

Las cela n'a pas suffi pour que JMP soit réélu Conseiller général ni pour qu'il devienne Maire de Gap, comme il l'ambitionnait.

Faire porter une candidature par un département de 120 000 habitants, l'un des moins peuplé et des moins riche de France peut déjà interroger ! Mais il y a pire : quelques heures avant l'annonce par le CNOSF de la candidature française, le Maire de Gap ( Préfecture des Hautes Alpes - 40 000 habitants) déclarait qu'il n'était pas intéressé.

Et notre Jean Marc PASSERON de ne pas se démonter et d'affirmer que cette candidature serait centrée autour du Lac de Serre Ponçon. Et là, on rigole franchement, la plus grosse ville du secteur, c'est Embrun, 5 000 habitants !
medium_paysage11_JPG.jpg
Mais que l'on se rassure derrière tout cela, il y a un "groupemet d'acteurs économiques". C'est bien connu, les Hautes Alpes possèdent des entreprises ayant une envergure capable de porter financièrement l'organisation des JO !

Faut-il pleurer, faut-il en rire, font-ils envie ou bien pitié ?
Du pain et des jeux disait un Empereur il y a quelques siècles. Rien n'a changé ! Non ?

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique