logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/12/2010

Un bateau français pour gaza

 

 

L'initiative du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens et de la Plateforme des ONG pour la Palestine, il a été décidé d'organiser un BATEAU POUR GAZA au printemps prochain. Il rejoindra une flottille composée de bateaux d'une vingtaine de pays d'Europe.

60 associations, syndicats et partis politiques participent à cette campagne avec le soutien d'élus et de personnalités publiques qui pour certains d'entre d'eux se sont déjà portés volontaires pour embarquer sur le bateau.

Afin de mener à bien ce projet, vous pouvez rejoindre les différentes organisations et collectifs et apporter votre aide en participant aux groupes de travail ainsi qu'en contribuant financièrement par des dons.

Pour toutes informations utiles et pour l' envoi de vos dons, vous trouverez, ci-dessous l'adresse du site : www.unbateaupourgaza.fr


23/08/2009

Une maison sans porte : Kafka à Eygliers

Ils s'appellent Antoine et Amparo Mignemi. Couple septuagénaire venu s'installer dans les Hautes Alpes, à Eygliers, quartier de la Rua d'Amont, pour couler une retraite heureuse. En 1991, ils achètent, en prévision de cette retraite qui approche, une vieille bicoque en assez mauvais état. Les années suivantes, ils passent congés et week-end à retaper la petite maison pour en faire une nid douillé dès que l'heure de la retraite aura sonné.

 

%5B1108%5D%5B1328%5D%5Bp4%5D.png

La vie avance, les jours s'écoulent paisiblement jusqu'à cette décision de la commune d'opérer un échange de parcelle avec un particulier. Le problème , c'est que la parcelle cédée par la commune est justement celle qui permet d'accéder chez Antoine. En 2000, le nouveau propriétaire, André Domény, entame une procédure pour obtenir la fermeture de la porte et de la fenêtre donnant sur sa parcelle. En 2003, le Tribunal de grande instance de Gap mandate un expert. L'expertise fera ressortir « qu'il n'existe pas de traces d'un accès ancien, que les ouvertures sont plus que trentenaires et qu'un nouvel accès serait techniquement possible avec empiétement sur le domaine public, moyennant un coût estimé à 9 000 euros. » ( Le Dauphiné Libéré.)

Le couple fait appel, mais en 2008, il est condamné par la Cour d'appel de Grenoble à fermer porte et fenêtres dans un délai de six mois. À la clé, des pénalités de 100 euros par jour de retard...

À la suite de cette décision, le couple dépose un permis de construire pour créer un escalier en façade, comme le préconise l'expert. Et c'est là que Kafka entre en jeu ... En effet, le projet  est rejeté par la Direction Départementale de l'Equipement et la commune. Antoine doit donc condamner sa porte sans pouvoir en ouvrir une autre sur le domaine communal. Sa maison est donc privée de porte. Et oui, les maisons sans porte, ça existe... dans les Hautes Alpes !

Le 3 septembre prochain, Antoine Mignemi doit se présenter devant le juge d'application des peines du TGI de Gap. Il est passible d'une lourde astreinte s'il ne condamne pas sa porte. Mais un Comité de soutien s'est créé pour soutenir le combat du couple. Fort de ses quelques 300 membres, il compte bien faire pression le samedi 29 août prochain pour que la justice entende raison. Un rassemblement est organisé à Eygliers à cet effet.

 

 

27/06/2009

Le coup de gueule d'Eva JOLY contre la suppression du juge d'instruction.

Eva JOLY, députée européenne, ancienne magistrate pousse son coup de gueule contre le projet de suppression des juges d'instruction dans une lettre ouverte au Président de la République

 

Eva-Joly-1.jpg

Monsieur le président,


 

Supprimer le juge d'instruction ne constitue pas une simple réforme de notre système pénal, mais porte atteinte au plus haut de nos principes, celui de la séparation des pouvoirs et de l'indépendance de la justice à l'égard du pouvoir politique. 

Votre discours ne mentionne aucune garantie d'indépendance pour les  enquêtes.

Ce silence, dans un domaine qui constitutionnellement vous échoie,  porte la marque du stratagème politique.  

Mais le verbe haut et toute la rhétorique du monde ne suffiront pas pour convaincre les Français qu'un parquet soumis aux instructions du ministre constitue une meilleure garantie pour le justiciable qu'un juge indépendant.  

Vous affirmez que notre pays est marqué par une tradition de "rivalité" entre le politique et le judiciaire.

La rivalité n'est pas du côté des juges, elle est le fruit de la peur des politiques.

Vous pensez que la légitimité politique prime sur tous les pouvoirs. Or c'est précisément pour contenir le désir de toute-puissance qui s'empare naturellement des gouvernants que les Lumières ont forgé le concept de séparation des pouvoirs.

John Locke l'a observé justement : "C'est une expérience éternelle, que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser ; il va jusqu'à ce qu'il  trouve des limites."

Il ne fait pas bon en France incarner une de ces limites. Plus d'un magistrat en France peut en témoigner. 

Qui peut encore croire que le juge d'instruction est "l'homme le plus puissant de France" ?

Certainement pas vous, Monsieur le président. L'homme le plus  puissant de France, c'est vous.

Vous avez le pouvoir de faire saisir un tribunal arbitral qui attribue 285 millions d'euros à un de vos soutiens. 

Vous avez le pouvoir de déguiser une grâce individuelle à un préfet dévoyé en grâce collective.


LE SPECTACLE DE L'IMPUNITÉ 

A de rares exceptions, en matière financière, il n'y a plus que des enquêtes  préliminaires, et des dossiers bouclés dorment dans les tiroirs.

La liste des  enquêtes non effectuées est impressionnante : les soupçons de corruption à  l'encontre de Christian Poncelet, ex-président du Sénat ; les flux financiers allégués de Jacques Chirac au Japon ; les fortunes apparemment mal acquises des présidents africains placées en France ; le rôle supposé de la BNP Paribas dans  les montages corrupteurs au Congo-Brazzaville et Congo-Kinshasa. 

La justice aurait dû enquêter pour crever l'abcès.

Elle ne l'a pas fait,  laissant se répandre le poison du soupçon et le spectacle de l'impunité.

Une justice dépendante, c'est une justice qui n'ouvre pas d'enquête lorsque les faits déplaisent au pouvoir.

Rappelez-vous du massacre des Algériens à Paris le 17 octobre 1961. Il n'y eut jamais aucune enquête ! Aucune condamnation ! Parce que le parquet ne le jugea pas opportun. Est-ce cette face-là de la justice qu'il faut faire ressortir au XXIe siècle ?  

Le juge d'instruction est le fruit de notre histoire. Il n'existe pas ou a disparu en dehors de nos frontières. Il peut évidemment être supprimé, mais à condition que sa disparition entraîne davantage de démocratie et non davantage d'arbitraire.

Peu importe qui mène les enquêtes pourvu que les magistrats soient préservés des pressions ; pourvu que les investigations puissent être conduites, ne soient pas étouffées dans l'œuf. 

Vous voulez confier les enquêtes au parquet ?

Cela se peut, mais il faut alors  rendre le parquet indépendant de votre pouvoir, ce qui, vous en conviendrez, n'a guère été votre choix.

Les contempteurs des juges d'instruction affirment qu'il  est impossible d'instruire à charge et à décharge. Si le parquet enquête, il héritera du même dilemme. A moins que vous n'ayez l'intention d'accorder aux  avocats un pouvoir d'enquête. Non seulement la justice sera aux ordres, mais elle deviendra inégalitaire, à l'image de la justice américaine. 

En somme, vous aurez pris le pire des deux systèmes : l'arbitraire et  l'inégalité.

Face à un projet qui foule aux pieds l'idéal de 1789 d'égalité des citoyens devant la loi, face à une réforme qui risque de transformer notre pays en République oligarchique, à la solde de quelques-uns, j'appelle les Françaises et les Français épris de justice à la mobilisation contre votre projet.

Eva Joly, ancienne magistrate  

06/06/2009

"Hou la menteuse"

On vient d'apprendre qu'une blogueuse, Dominique Broueilh, mère de famille de 49 ans, domiciliée à Saint Paul lès Dax,  tranquille par ailleurs, a été convoquée par la brigade de répression de la déliquance contre la personne. Un officier de police judiciaire de Paris se déplacera donc à Dax pour entendre cette délinquante...

Mais qu' a-t-elle donc bien pu faire ?

Elle a osé, dans un commentaire laissé sous une vidéo sur le site de Dailymotion, écrire "Hou la menteuse", à l'adresse de Nadine Morano, députée UMP de Meurthe et Moselle, secrétaire d'Etat à la famille. Sur cette video, on voyait Nadine Morano s'expliquer sur I télé sur son apparition en catimini à un meeting de Ségolène Royal, dans une tenue "camouflée".

Injures-sur-le-web-Morano-calme-le-jeu_img_234_199.jpg

Selon le quotidien "Sud-Ouest", une quinzaine d'autres internautes seraient également concernés par la plainte déposée par Nadine Morano pour "injures envers un membre du ministère". Ainsi, affirmer que quelqu'un est un menteur, en terre Sarkozyste, est passible de poursuites.

Jusqu'où vont-ils aller dans les attaques contre la liberté d'expression ? Derrière ces "faits divers" qui nous font peut-être sourire ( comme le "Sarkozy, je te vois" en gare Saint Charles à Marseille), il y a là une accumulation d'éléments qui doivent nous inciter à réagir.

Alors, bien entendu, comme pour Sarkozy et l'affaire de la Gare Saint Charles, Nadine Morano, invoque un trop grand zèle de la police pour justifier cette convocation. Mais pourquoi la police s'estime-t-elle en droit d'agir ainsi ? Tout est criminalisé : les paroles des internautes, les remarques citoyennes dans la rue, les actions syndicales des salariés, les écrits dans tel ou tel tract politique, etc...

Si l'on n'y prend garde, nous risquons bien de nous reveiller un de ces jours, totalement muselés. Et le meilleur moyen de sauvegarder la liberté de nous exprimer, c'est d'utiliser cette liberté.

Alors, ami blogueurs et autres internautes, exprimons-nous !

 

17/04/2009

Honte à eux !

Plusieurs ouvriers de Caterpillar à Echirolles ( près de Grenoble) viennent d'être condamnés pour entrave à la liberté de travail ! Leur crime : avoir occupé leur usine. L'accusateur : les patrons de Caterpillar. Pourquoi occupaient-ils leur usine : parce que Caterpillar veur supprimer 733 emplois sur les sites d'Echirolles et de Grenoble. En difficulté Caterpillar ? Que non ! En 2008, le groupe américain a dégagé 3,56 milliards de dollars de bénéfice.

Donc, c'est logique, ce sont les salariés qui sont condamnés pour entrave à la liberté de travail. Caterpillar lui peut licencier en toute liberté...

C'est à vomir. Dans quelle société vivons-nous pour accepter de telles logiques ?

Face à la montée du mécontentement et d'actions de plus en plus déterminées des salariés, gouvernement et patronat montent le ton, poursuivent les salariés en lutte devant les tribunaux et menacent, comme vient de le faire Fillon aujourd'hui. Ce ne sont pas les patrons bandits qui font des profits et licencient que menace le gouvernement. Non, ce sont les pauvres ouvriers qui se retrouvent au chômage.

Ce gouvernement à la botte des patrons est incapable de répondre à la crise sociale alors il intimide et réprime. Honte à lui.

Ces patrons se sont goinfrés sur le dos des salariés pendant des décennies et continuent à engranger les profits tout en licenciant : honte à eux !

Il n'y a qu'une réponse : la mobilisation massive. Nous devons leur montrer qu'ils ne nous impressionnent pas. Et le 1 mai, nous leur montrerons dans la rue.

25/10/2008

Croisière Blanche : Condamnée...

Je vous en avais parlé dans une précédente note, il y a quelques jours. Les organisateurs de la Croisière Blanche, ces fadas de 4x4 qui polluent les chemins du Champsaur chaque hiver, étaient poursuivis par la Justice.

Celle-ci vient de les condamner pour n'avoir pas respecté le tracé autorisé en 2007 et 2008.
C'est l'association "Mountain Wilderness" qui avait formé un recours contre eux, reprochant à l'organisation de la "course" automobile d'avoir fait passer les concurrents sur des chemins qui n'étaient pas prévus dans le parcours validé par la préfecture des Hautes-Alpes. L'organisateur a été condamné à 1500 € d'amende ; l'association a 7500 € d'amende. Le préjudice invoqué par "Mountain Wilderness" a également été reconnu: "les Grands randonneurs motorisés" devront verser 4000 € à l'association écologiste.

Ce n'est qu'un début, continuons le combat pour que cette croisière "noire" sot définitivement abandonnée.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique