logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/07/2012

Pétition : non à la casse de PSA Aulnay !

Nous tenons par notre signature à protester contre les projets de fermeture de l’usine Peugeot Citroën d’Aulnay-sous-Bois. Ce ne sont pas moins de 4 000 emplois qui seraient détruits en cas d’abandon par la direction du site de PSA Aulnay ! Une grande partie de ces salariés vivent en Seine Saint-Denis, département aux 121 000 demandeurs d’emploi déjà particulièrement frappé par le chômage !

Rien ne peut justifier un tel choix. PSA est une entreprise qui ne rencontre aucune difficulté financière. Ses ventes sont au plus haut niveau avec son record historique de 3,6 millions de véhicules vendus en 2010. La direction de PSA a déclaré disposer de 11 milliards d’euro de réserve. De plus, PSA reçoit en permanence des aides financières de l’Etat : aides à la recherche, dégrèvement des cotisations sociales, prêt de trois milliards d’€, prime à la casse, 

Il est inadmissible que ces subventions aident ce grand groupe industriel à fermer les usines, détruire les emplois, jeter des travailleurs à la rue. Nous exigeons le maintien du site de production d’Aulnay-sous-Bois par engagement écrit et signé de la direction de PSA et du gouvernement.

 

Pour la signer, aller sur le site : cgt-psa-aulnay.fr

 

30/10/2011

Refusons le budget militaire 2012


Les caisses sont vides ? Et pourtant, les députés sont appelés à voter le 9 novembre un budget de la Défense de plus de 40 Milliards d'euros, pensions comprises.

Ce n'est pas la crise pour tout le monde et tous les budgets. Ce budget de la Défense 2012 prépare les guerres de demain et alourdit la dette publique. L'arme nucléaire y a encore une fois la part belle.

Ce budget est la conséquence de la réintégration de la France dans le commandement militaire de l'Otan et du vote de la Loi de programmation militaire 2010-2013 qui engloutira ces prochaines années 186 milliards d’euros au bénéfice de la Défense, dont 102 milliards seront consacrés à l’équipement des forces. Quelles sont les menaces auxquelles notre pays doit faire face et qui nécessitent un tel détournement de fonds ?
Au lieu de servir à préparer la guerre, ces sommes colossales devraient servir à éradiquer la faim dans le monde, assurer un accès à l'eau potable à tous, garantir une éducation partout sur la planète, ...promouvoir la paix.

Le Mouvement de la Paix vous invite à vous mobiliser pour refuser ce véritable budget de guerre.


Pour cela :

  • Signez la cyber-pétition en ligne qui sera envoyée en votre nom aux parlementaires, députés et sénateurs, de votre département - cela ne prend que quelques instants;
  • Faites signer cette pétition autour de vous (en téléchargeant la pétition en un fichier pdf) et renvoyez les signatures au comité du Mouvement de la Paix de votre département ou au siège national du Mouvement de la Paix, Maison de la Paix, 9 rue Dulcie September, 93400 Saint Ouen;
  • Demandez un rendez-vous aux parlementaires de votre département pour les mettre devant leur responsabilité;
  • Faites suivre ce message (en format html) à vos connaissances pour former la chaîne de la paix.

Nous comptons sur vous.

logo_paix

24/10/2010

Refusons le budget militaire 2011

Signez la Cyber-Lettre adressée aux parlementaires
Refusez le budget militaire 2011



Signez la cyber-pétition en ligne


Les caisses sont vides ? Et pourtant, les députés sont appelés à voter le 4 novembre un budget de la Défense de plus de 31 Milliards d'euros (hors pensions).

Ce n'est pas la crise pour tout le monde et tous les budgets. La caractéristique principale du budget de la Défense 2011 est de préparer les guerres de demain par le sacrifice des hommes au profit des équipements sophistiqués et meurtriers. L'arme nucléaire y a encore une fois la part belle.

Ce budget est la conséquence de la réintégration de la France dans le commandement militaire de l'Otan et du vote de la Loi de programmation militaire 2010-2013 qui engloutira ces prochaines années 186 milliards d’euros au bénéfice de la Défense, dont 102 milliards seront consacrés à l’équipement des forces.
Au lieu de servir à préparer la guerre, ces sommes colossales devraient servir à éradiquer la faim dans le monde, assurer un accès à l'eau potable à tous, garantir une éducation partout sur la planète, ...promouvoir la paix.

Le Mouvement de la Paix vous invite à vous mobiliser pour refuser ce véritable budget de guerre.


Pour cela :

  • Signez la cyber-pétition en ligne qui sera envoyée en votre nom aux parlementaires, députés et sénateurs, de votre département - cela ne prend que quelques instants;
  • Faites signer cette pétition autour de vous (en téléchargeant la pétition en un fichier pdf) et renvoyez les signatures au comité du Mouvement de la Paix de votre département ou au siège national du Mouvement de la Paix, Maison de la Paix, 9 rue Dulcie September, 93400 Saint Ouen;
  • Demandez un rendez-vous aux parlementaires de votre département pour les mettre devant leur responsabilité;
  • Faites suivre ce message (en format html) à vos connaissances pour former la chaîne de la paix.

Nous comptons sur vous.

Le Mouvement de la Paix

www.mvtpaix.org

03/07/2010

Pour une radio publique indépendante

POUR UNE RADIO PUBLIQUE INDEPENDANTE
   http://www.pouruneradiopubliqueindependante.net/

Nous, auditeurs-trices et salarié-e-s de Radio France (France INTER,
France INFO, France BLEU et ses 42 locales, France CULTURE, France
MUSIQUE, LE MOUV’, FIP) refusons la main mise du pouvoir en place sur
les antennes de la radio publique.

Les suppressions injustifiées d’émissions, les licenciements sans
ménagement de producteurs-trices et de chroniqueurs-euses dont ceux de
Didier Porte et Stéphane Guillon sont les plus symboliques, mettent en
évidence la mission confiée par Nicolas Sarkozy à la direction de Radio
France : transformer les antennes de la Radio Publique en machine de
guerre électorale à son profit.

Les antennes de la radio de service public sont celles de tous les
citoyen-nes et non pas la propriété d’un clan.

Nous exigeons :

# Le respect et la garantie de la liberté d’expression, de l’indépendance
des programmes et de l’information sur les radios de service public.
# Le respect du travail des rédactions de Radio France.
# Le droit à l’impertinence, à la différence.
# Des propositions professionnelles réelles et sérieuses pour les
producteurs-trices écarté-e-s des antennes de Radio France .

*/Et demandons le retour sur l’antenne des chroniques de Didier Porte et
Stéphane Guillon dans la matinale de France Inter et dans l’émission le
fou du roi./*

Nous, auditeurs-trices et salarié-es sommes attaché-e-s aux valeurs qui
ont bâti la radio de service public.

*ARRETEZ DE CASSER NOS ANTENNES !*

/Cet appel a le soutien de l'intersyndicale de RadioFrance/
Logo de la CFDT Logo de la CFTC Logo de la CGT Logo de la Sud
RadioFrance Logo de la Sud RadioFrance

------------------------------------------------------------------------
_*Organisations soutenant l'initative*_ :

   * AC ! - SAINT-BRIEUC (Agir contre le chômage, la précarité,
     l'exclusion),
   * ACRIMED,
   * ACU (Association des communistes unitaires),
   * AGECOSA,
   * ALTERNATIFS,
   * AMIS DE LA COMMUNE DE PARIS 1871 (Association),
   * Aece ASSOCIATION (Entrepreneur de spectacles),
   * ASSOCIATION "FRONT SYNDICAL DE CLASSE",
   * ASSOCIATION "TOUS AVEC FIP",
   * ASSOCIATION ACTION CONSOMMATION,
   * Association ASSOCIATION LA CAGNA,
   * Cinémas art et essai de bretagne ASSOCIATION LA REGLE DU JEU (Rennes),
   * CAP21,
   * CGT DU CENTRE HOSPITALIER DE HYÈRES,
   * COLLECTIF BELLACIAO,
   * COLLECTIF CITOYEN POUR UNE ALTERNATIVE DE GAUCHE (Vallée de l'oise
     95 (fase) ),
   * COMMUNAUTÉ EMMAÜS LESCAR-PAU,
   * COMPAGNIE JOLIE MÔME ,
   * DROIT SOLIDARITÉ,
   * EMANCIPATION (Tendance intersyndicale),
   * EUROPE ÉCOLOGIE LIMOUSIN,
   * FASE (Fédération pour une alternative sociale et écologique),
   * FÉDÉRATION CGT DU SPECTACLE,
   * FSU (Fédération syndicale unitaire),
   * GAUCHE UNITAIRE,
   * LES ALTERNATIFS 44,
   * LES AMIS DE LA COMMUNE,
   * MJCF 86 (Mouvement des jeunes communistes de la vienne),
   * NPA,
   * PARTI DE GAUCHE,
   * PAS26/UDAS (Pour une alternative syndicale 26/union des
     alternatives syndicales),
   * RFI RIPOSTE,
   * ROUGE VIF 13,
   * Le havre SNAD-CGT (Syndicat des douanes),
   * SNES-FSU (Syndicat national des enseignements de second degré),
   * Tours SUD RAIL (Syndicat),
   * SUD RAIL 37,
   * SUDPTT 44,
   * SUDPTT 84 (Vaucluse),
   * Sud santé SYNDICAT (Syndicat),
   * Unsa sante oise SYNDICAT (Clermont de l'oise),
   * SYNDICAT CFDT SANTÉ-SOCIAUX DU DOUBS (Liberté, égalité, fraternité),
   * SYNDICAT CGT DE L'OPH DE PARIS,
   * Syndicat cgt SYNDICAT CGT SAN SALVADOUR APHP (Hopital public),
   * UL CGT DE SAVERNE (67),
   * UNL (Union nationale lycéenne),
   * UNL ISERE


_*Premiers signataires*_ :

   * Françoise ALAMARTINE (Membre du collège exécutif des verts),
   * Damien ALARY (Président du conseil général du gard, vice-président
     de la région lr),
   * Jean-claude AMARA (Porte parole de droits devant!!,),
   * Gabriel AMARD (Sn parti de gauche),
   * Marie-hélène AMIABLE (Députée des hauts-de-seine, maire de bagneux),
   * Samir AMIN (Directeur du forum du tiers-monde),
   * Jean-pierre ANDREVON (Excrivain, journaliste, grenoble),
   * Gérard ASCHIERI (Syndicaliste fsu),
   * Anna AUBOIS (Vp conseil régional auvergne et formatrice),
   * Denis BAUPIN (Adjoint au maire de paris chargé du développement
     durable, de l'environnement, du plan climat),
   * Guy BEDOS,
   * Mounia BENAILI (Bn parti de gauche, adjointe au maire),
   * Jean-luc BENNAHMIAS (Député européen, vice président du mouvement
     démocrate),
   * Olivier BESANCENOT (Montreuil, porte-parole du npa),
   * Jean-louis BIANCO (Député - président du conseil général des alpes
     de haute provence),
   * Martine BILLARD (Députée, porte parole du parti de gauche),
   * Michel BILLOUT (Sénateur de seine et marne),
   * Marie christine BLANDIN (Sénatrice du nord),
   * Patrick BLOCHE (Député de paris - secrétaire national du ps chargé
     des médias),
   * Alain BOCQUET (Député du nord - maire de saint-amand-les-eaux),
   * Gérard BOULANGER (Conseiller régional aquitaine délégué à la
     culture et à la citoyenneté),
   * Catherine BOURSIER (Conseillère regionale de lorraine),
   * José BOVE (Député européen),
   * Marie-george BUFFET (Députée),
   * Claude CALAME (Directeur d'études à l'ehess),
   * Monique CERISIER BEN GUIGA (Sénatrice),
   * Guy CHAPOUILLIÉ (Ancien directeur de l'ecole supérieure
     d'audiovisuel),
   * André CHASSAIGNE (Député pcf du puy-de-dôme),
   * Yves CONTASSOT (Conseiller de paris, les verts),
   * Eric COQUEREL (Conseiller regional idg parti de gauche),
   * Alexis CORBIERE (Conseiller de paris (pg)),
   * Annick COUPE (Porte parole de l'union syndical solidaire),
   * Pierre COURS-SALIES (Universitaire. paris 8),
   * Armand CREUS (Conseiller régional rhône alpes ( gauche unitaire)),
   * François DELAPIERRE (Délégué national du pg, conseiller régional),
   * Jonathan DENIS (Président d'aujourd'hui, autrement),
   * Marc DOLEZ (Député du nord),
   * William DUMAS (Député (ps)),
   * William DUMAS (Vice- président et député du gard),
   * Annie ERNAUX (Ecrivain),
   * Michèle ERNIS (Conseillère régionale gauche unitaire haute-normandie),
   * Michel ESTEBAN (Vice president conseil general lot et garonne),
   * Antoine EVENNOU (Président de l'union nationale lycéenne (unl)),
   * Loic FAUJOUR (Dessinateur de presse paris),
   * Gérard FILOCHE (Démocratie & socialisme),
   * Guy FISCHER (Sénateur du rhône, vice-président du sénat),
   * Christian GAUTHIER (Conseiller régional pg),
   * Michael GENTILE (Producteur de long-metrages),
   * Alain GIRARD (Premier secrétaire du syndicat national des
     journalistes),
   * Christophe GIRARD (Maire-adjoint pg - saint-denis 93),
   * Jérôme GLEIZES (Directeur de publication d'ecorev),
   * Daniel GOLDBERG (Député de la seine saint-denis, conseiller
     municipal de la courneuve),
   * Catherine GRÈZE (Députée européenne),
   * Bernadette GROISON (Secrétaire générale fsu),
   * Stéphane GUILLON (Humoriste),
   * Jacques GURFINKIEL (Secrétaire général du syndicat cgt de l’oph de
     paris),
   * Catherine HERBERTZ (Conseillère régionale europe ecologie
     rhône-alpes , présidente de la commission culture),
   * Charles HOAREAU (Syndicaliste cgt marseille),
   * Marc HORVAT (Conseiller régional europe écologie limousin),
   * Raoul m JENNAR (Militant altermondialiste mosset (66)),
   * Cédric KLAPISCH,
   * Mathieu KLEIN (Vice-président du conseil général de
     meurthe-et-moselle conseiller municipal de nancy),
   * Alain KRIVINE,
   * Gilbert LAFFAILLE (Auteur compositeur),
   * François LAMY (Député maire de palaiseau),
   * Pierre LAURENT (Secrétaire national du pcf, conseiller régional ),
   * Françoise LAURENT-PERRIGOT (Sénateur du gard),
   * Virginie LE TORREC (Maire adjointe, ville de saint-denis),
   * Dominique LEMOINE (Porte-parole national cap21. elu à tours),
   * Catherine LEMORTON (Députée haute-garonne),
   * Corinne LEPAGE ( présidente de cap21, députée européenne),
   * Jacques LERICHOMME (Conseiller régional gauche unitaire provence
     alpes cote d'azur),
   * Noel LEVILLAIN (Maire de tourville la riviere, vice président de
     la région haute-normandie),
   * Jean-marc LÉVY-LEBLOND (Professeur émérite, université de nice),
   * Emily LOIZEAU (Chanteuse),
   * Francois LONCLE (Depute de l'eure),
   * Céline MALAISSÉ (Porte parole de gauche unitaire, conseillière
     régionale ile de france),
   * Henri MALER (Co-animateur d’acrimed),
   * Martine MARTINEL (Députée ps haute-garonne),
   * Laurent MARTINEZ (Conseiller régional pays de la loire),
   * Josiane MATHON POINAT (Senatrice de la loire (pc)),
   * Caroline MÉCARY (Présidente de copernic et avocate),
   * Jean luc MELENCHON (Président du parti de gauche, député européen),
   * Anne MESLIAND (Conseillère régionale paca front de gauche),
   * Pierre MINNAERT (Président commission europe et membre du conseil
     politique des verts),
   * Claire MONOD (Conseillère régionale idf europe ecologie),
   * Bertrand MONTHUBERT (Secrétaire national du ps à l'enseignement
     supérieur et à la recherche),
   * Corinne MOREL DARLEUX (Secrétaire nationale du parti de gauche,
     conseillère régionale rhone alpes. ),
   * Richard MOYON (Co-fondateur de resf),
   * Jacques MULLER (Sénateur maire de wattwiller (verts)),
   * Marie odile NOVELLI (Vice présidente du conseil régional rhône alpes),
   * Francis PARNY (Vice président du conseil régional d'idf),
   * Nadia PELLEFIGUE (Conseillère régionale ps midi-pyrénées),
   * Christian PICQUET (Porte parole de la gauche unitaire, conseiller
     régional de midi-pyrenées),
   * Didier PORTE (Humoriste),
   * Alain RAFESTHAIN (Président du conseil général du cher),
   * Maurice RAJSFUS (Observatoire des libertés publiques),
   * Serge REGOURD (Directeur de l'institut du droit de la
     communication. université toulouse 1),
   * Claudine REY (Présidente des amis de la commune de paris),
   * Christiane RIGAUX (Vice-présidente conseil général 37),
   * Jean louis ROBERT (Président des amis de la commune de paris),
   * Daniel ROBIN (Secrétaire général du snes),
   * Bernard ROMAN (Député),
   * Henri SABY (Député honoraire au parlement européen),
   * Laurence SAUVAGE (Conseillère régionale - parti de gauche),
   * Mireille SCHURCH (Sénatrice de l'allier),
   * Guilhem SERIEYS (Conseiller régional midi-pyrénées parti de gauche),
   * Danielle SIMONNET (Conseillère de paris secrétaire nationale du
     parti de gauche),
   * Roger SOUZA (Acteur 92130),
   * Stessy SPEISSMANN (Conseiller régional de lorraine, conseiller
     municipal de gérardmer),
   * Jean-marc STRICKER (Journaliste),
   * Nicole TAQUET (Conseillère régionale gauche unitaire nord-pas de
     calais),
   * Stéphane TASSEL (Secrétaire général du snesup-fsu),
   * Eric THOUZEAU (Conseiller régional ps pays de la loire),
   * Marie-christine VERGIAT (Députée européenne),
   * Robert VEYRET (Vice-président - conseil général isere),
   * Jean VOIRIN (Secrétaire général cgt spectacle),
   * Bertrand VUAROQUEAUX (Syndicat national des agents des douanes cgt),
   * Roland WEYL (Droit solidarité),
   * Claude WILLARD (Président d’honneur des amis de la commune de paris),
   * Henriette ZOUGHEBI (Vice présidente du conseil régional d'ile de
     france, chargée des lycées et de la politique éducative)

06/02/2010

Sauvons les cinémas le Club et le Centre de Gap

 

Les cinémas Le Centre et Le Club (le seul art et essais de la ville et dans un périmètre de 40KM) risquent de fermer dans les prochains mois. Les locaux propriétés du diocèse vont être vendus. L'évêque de Gap et d'Embrun, Monseigneur Di Falco, a annoncé la décision qui entre dans le cadre de la rationalisation de l'immobilier de l'église dans le département. Aucune date n'a été donnée mais le diocèse de Gap a déjà informé l'association gestionnaire des cinémas de son obligation de quitter les lieux prochainement.

NOUS VOULONS TROUVER UNE SOLUTION ET SAUVEZ NOS CINEMAS

Il s'agit ici de défendre la culture en milieu rural et de sauvegarder plusieurs emplois ! Nous ne pouvons pas laisser faire ça sans agir, l'accès au cinéma d'auteur est un droit pour tous, alors aidez-nous, signez, et faites circuler cette pétition au plus grand nombre pour que nos voix soient entendues

Cliquer sur le lien ci-dessous

http://www.lapetition.be/petition.php?petid=6019

11/08/2009

Médecins urgentistes pour sauver la santé publique

Ci-dessous le texte d'une pétition nationale des médecins urgentistes.  Après les chiffres effrayants de médecins, très souvent spécialistes, qui refusent de soigner les malades les plus démunis, ces médecins urgentistes sont l'honneur de leur profession!

mini_site_bxnord_urgences_4.jpg

 Nous,
médecins urgentistes de toute la France,
annonçons dès maintenant, que quelque soit l'avenir de la loi HPST, en parfaite conscience de la gravité  de notre geste, demain nous entrerons en résistance.
Nous continuerons à accomplir la mission que le conseil national  de la résistance a souhaitée pour l'hôpital public.
Nous accueillerons à l'hôpital public, en tout temps, en tout lieux, tous les hommes  et toutes les femmes qui se tourneront vers le service public de la santé.
Aucun patient n'est une marchandise, nos hôpitaux ne sont pas des entreprises où un  pseudo PDG pourra demain décider quels sont les bons et les mauvais soins, quel est le projet médical que les médecins "à la botte" devront mettre en œuvre.
Notre dignité est de refuser de choisir les patients "qui valent la peine". Notre dignité est de voir dans chacun de ceux et celles qui se tournent vers nous des hommes et des femmes souffrant qu'il faut aider au nom de l'humanité, qui n'est pas une valeur de marché.
Nous appelons tous les soignants, s'il le faut, demain, à désobéir à la logique qui nous est imposée malgré tous nos appels à la raison.
Nous préférons la légitimité à la légalité.
Nous préférons  les valeurs humaines à la loi.
Nous préférons la dignité  aux honneurs.
Il n'existe pas de délit de solidarité.
Nous entrons en résistance parce que nos valeurs sont différentes de celles de cette loi, nos valeurs sont celle du Conseil National de la Résistance et de notre république : "liberté, égalité, fraternité Nous,
médecins urgentistes de toute la France,
annonçons dès maintenant, que quelque soit l'avenir de la loi HPST, en parfaite conscience de la gravité  de notre geste, demain nous entrerons en résistance.
Nous continuerons à accomplir la mission que le conseil national  de la résistance a souhaitée pour l'hôpital public.
Nous accueillerons à l'hôpital public, en tout temps, en tout lieux, tous les hommes  et toutes les femmes qui se tourneront vers le service public de la santé.
Aucun patient n'est une marchandise, nos hôpitaux ne sont pas des entreprises où un  pseudo PDG pourra demain décider quels sont les bons et les mauvais soins, quel est le projet médical que les médecins "à la botte" devront mettre en œuvre.
Notre dignité est de refuser de choisir les patients "qui valent la peine". Notre dignité est de voir dans chacun de ceux et celles qui se tournent vers nous des hommes et des femmes souffrant qu'il faut aider au nom de l'humanité, qui n'est pas une valeur de marché.
Nous appelons tous les soignants, s'il le faut, demain, à désobéir à la logique qui nous est imposée malgré tous nos appels à la raison.
Nous préférons la légitimité à la légalité.
Nous préférons  les valeurs humaines à la loi.
Nous préférons la dignité  aux honneurs.
Il n'existe pas de délit de solidarité.
Nous entrons en résistance parce que nos valeurs sont différentes de celles de cette loi, nos valeurs sont celle du Conseil National de la Résistance et de notre république : "liberté, égalité, fraternité

 C'est tout de même très réconfortant de lire ce genre de prise de position par les temps qui courent. Mis en ligne par l'AMUF ( Association des Médecins Urgentsites de France), la pétition a reçu la signature de plusieurs centaines de médecins.

AMUF.gif
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique