logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

04/03/2012

En Marche - Episode 14 : Duel

Dans cet épisode, Jean-Luc Mélenchon se rend à Grenoble, dans le quartier populaire de la Villeneuve. Il participe à une réunion publique sur l’éducation. Nous retrouvons ensuite le candidat du Front de Gauche à Paris lors de la manifestation de soutien au peuple grec. L’épisode se termine sur les coulisses du face à face avec Marine Le Pen dans l’émission Des paroles et des actes sur France 2.

 


03/03/2012

En marche - Episode 13 : L'affiche

Passage obligé dans une campagne présidentielle: l'affiche officielle. Jean-Luc Mélenchon ne déroge pas à la règle et se prête même au jeu. Sous l'œil attentif de son directeur de la communication, nous suivons toutes les étapes, du shooting à l’imprimerie, en passant par la conception de cette affiche qui va fleurir sur tous les murs de France.

 


EP.13 - En marche : L'affiche par PlaceauPeuple

02/12/2011

En 2012, on va leur faire un dessin


Ep.3 : En 2012, on va leur faire un dessin - "La... par CN-PCF

29/09/2011

Sortir de l'Eurolibéralisme

Une video réalisée par le M'PEP sur la construction européenne, les évolutions de l'Europe et les conséquences de la politique européenne. De la nécessité de sortir d'une construction libérale de l'Europe....

 


SORTIR DE L'EUROLIBÉRALISME par M-PEP

20/03/2011

Lybie : La guerre des dupes ?

La France de Sarkozy libératrice du peuple Lybien ? Il faut se pincer pour croire qu'on ne rêve pas ! Après avoir osé proposer d'aider Ben Ali à mater la révolution tunisienne, après avoir gardé un silence assourdissant lors de la révolution égyptienne, voilà que le gouvernement français se trouve soudain des élans de solidarité avec le peuple Lybien. Mais qu'est-ce qui a bien pu piquer Sarkozy pour en arriver là et enfourcher le cheval blanc de la démocratie et du droit des peuples ?

Première question : Pourquoi ceux  qui condamnent « la violation flagrante et systématique des droits de l'homme, y compris les détentions arbitraires, disparitions forcées, tortures et exécutions sommaires » perpétrés par Kadhafi et exigent qu'il y mette fin, n'ont pas jugé utile d'en faire de même avec le dictateur Ali Abdallah Saleh du Yemen qui a fait tirer ses nervis sur des milliers de manifestants à Sanaa, ce vendredi, tuant au moins 41 personnes ? Ce dernier fait partie de la Ligue arabe signataire de la résolution de l'ONU contre Kadhafi, comme ses comparses de Barhein et d'Arabie Saoudite, ce royaume moyenâgeux où l'on décapite les condamnés à mort sur la place publique et où l'on ampute les voleurs au couteau... Alors vraiment, s'agit-il de droits de l'homme, de liberté et de démocratie ?

Deuxième question : Quel est le positionnement des occidentaux et de leurs alliés Arabes ? Les Etats-Unis, dit-on, étaient « réticents » tandis que Sarkozy et le Britannique Cameron auraient fait des pieds et des mains pour obtenir une résolution autorisant la force armée contre Kadhafi.  La manoeuvre a été menée de main de maître : en réalité la Maison Blanche est en faveur d'une intervention armée sans limitation de forme. Et comme vient de l'avouer Mme Clinton l'« objectif final » de la résolution 1973 de l'ONU doit être le départ de Moummar Kadhafi et l'instauration d'une d 'exclusion aérienne dans le ciel libyen n'est "qu'une étape importante". Autrement dit, un changement de régime, ce que n'évoque en aucune manière la résolution 1973.

Troisième question : Que cherche réellement Sarkozy ? Washington ne peut se permettre – avec les guerres d'Irak et d'Afghanistan – de prendre en charge un troisième conflit ouvert. Aux « alliés » donc, de faire le « sale boulot ». Pour Sarkozy et Cameron cette exigence est du « pain béni » : un moyen exceptionnel, pensent-ils, pour se refaire une santé politique face à leurs opinions publiques en jouant les va-t-en-guerre, quel qu'en soit le gâchis!

Quatrième question : Quel est l'objectif inavoué des occidentaux ? C'est en premier lieu la reprise en main des révolutions populaires arabes par la puissance hégémonique états-unienne. Pour Washington, mais aussi pour Paris, Londres ou encore Berlin, ces soulèvements doivent rester dans le carcan de la souveraineté limitée des peuples face aux puissances occidentales. Ils ne doivent donc pas induire un changement de régime allant jusqu'à mettre en cause les diktats du capitalisme de la « concurrence libre et sans entraves ».

Les insurgés lybiens réclament la liberté et la démocratie et la prise en main de leurs affaires face à un régime ossifié où le clanisme clientéliste est devenu la règle de survie. L'exigence de démocratie des citoyens lybiens doit aboutir et la condition en est l'abolition de la dictature. Une aventure militaire de puissances intéressées avant tout par le pétrole ne peut répondre à cette aspiration fondamentale de liberté.

Cinquième question : Quelles seront les conséquences d'une telle intervention ? Ne nous y trompons pas, Kadhafi aura beau jeu de se présenter comme « une victime de l'impérialisme » et, dans le même temps on aura frustré les peuples arabes de leur victoire sur le despotisme des féaux des puissances « occidentales ». Le désespoir n'engendrera-t-il pas, plus tragiquement que jamais, un replis sur la folie du fanatisme identitaire?

Toutes ces questions méritent d'être posées. Ne nous laissons pas aveugler par les sirènes médiatiques qui nous abreuvent de bonne conscience. Le réveil risque d'être difficile. Les peuples ont besoin de soutien pour abattre leurs dictateurs, pas de l'interventionnisme néo-colonial tel que les puissances occidentales le pratiquent à travers le monde dès que l'occasion leur en est donnée....

Ce billet est construit en partie à partir de l'article de Michel Muller publié dans "L'Humanité" du 18 mars 2011: "Après l'Irak et l'Afghanisatn, la Lybie ?"

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique